En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Trump, en difficulté à Washington, reçu en grande pompe à Paris

| AFP | 415 | Aucun vote sur cette news
Le président français Emmanuel Macron et le président américain Donald Trump lors du G20 de Hambourg (Allemagne), le 7 juillet 2017
Le président français Emmanuel Macron et le président américain Donald Trump lors du G20 de Hambourg (Allemagne), le 7 juillet 2017 ( Tobias SCHWARZ / AFP )

Le président américain Donald Trump, embourbé chez lui dans des accusations de collusion avec la Russie, devrait avoir un répit fastueux jeudi et vendredi à Paris, où il est l'invité d'honneur d'Emmanuel Macron pour les commémorations de l'entrée des Etats-Unis dans la Première guerre mondiale.

Attendu jeudi matin dans la capitale française, M. Trump aura une matinée consacrée aux personnels civil et militaire américains, avant d'entamer la partie diplomatique et commémorative de sa visite.

Accueil solennel et cérémonie militaire aux Invalides, visite du tombeau de Napoléon, entretien au palais de l'Elysée, dîner des couples présidentiels dans un restaurant étoilé de la Tour Eiffel, défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées: le programme élaboré par la présidence française devrait faire oublier momentanément ses ennuis à M. Trump - son fils aîné est soupçonné de collusion avec Moscou pendant la campagne électorale américaine.

Les Premières dames, Brigitte Macron et Melania Trump, visiteront de leur côté la cathédrale Notre-Dame de Paris, au coeur de Paris, avant une croisière sur la Seine.

Le président Trump "est très excité. La Première dame est très excitée. Rendre visite à un couple comme les Macron dans la Ville Lumière, c'est assez prodigieux", confie un haut responsable américain.

Le restaurant Jules Verne, au deuxième étage de la Tour Eiffel, à Paris, où les couples Macron et Trump vont déjeuner jeudi soir
Le restaurant Jules Verne, au deuxième étage de la Tour Eiffel, à Paris, où les couples Macron et Trump vont déjeuner jeudi soir ( ludovic MARIN / AFP )

"Nous avons l'habitude de bien recevoir les gens qu'on invite. Nous aurons à coeur que ce séjour se déroule bien", explique de son côté l'Elysée, démentant l'idée que cette invitation en grande pompe constitue un blanc seing à l'imprévisible dirigeant américain.

La visite de M. Trump revêt une forte charge politique, compte tenu des relations difficiles que le président, chantre de l'"Amérique d'abord", entretient avec de nombreux pays. Et elle intervient quelques jours après un G20 houleux, où les Etats-Unis ont réaffirmé leur volonté de faire cavalier seul, notamment sur la question primordiale du climat.

- Lutte contre le terrorisme -

La présidence française insiste sur les enjeux diplomatiques. Il s'agit, selon M. Macron, de ne pas "rompre" avec les Etats-Unis, de ne pas les "isoler", et de réaffirmer les "liens historiques" qui unissent les deux vieux alliés. Les deux dirigeants s'entretiendront jeudi après-midi en tête à tête à l'Elysée, avant un entretien élargi aux délégations.

Les discussions seront en grande partie consacrées "à ce qui unit le plus les deux pays en ce moment: la lutte antiterroriste", explique l'Elysée. La France, deuxième contributeur de la coalition antijihadiste en Irak et en Syrie, est "un partenaire très proche dans le domaine sécuritaire", reconnaît un haut responsable américain.

Toutefois, précise l'Elysée, les sujets de divergence, en particulier le climat, "ne seront pas évités". Depuis le retrait début juin des Etats-Unis de l'accord de Paris, le président français a endossé le costume de défenseur de l'accord, notamment avec une formule choc: "Make our planet great again" ("Rendre sa grandeur à notre planète") qui parodiait le slogan de campagne du président Trump. Néanmoins, il a affirmé ne pas désespérer de convaincre les Etats-Unis de revenir dans l'accord.

Experts et diplomates, eux, mettent en garde contre l'imprévisibilité totale de M. Trump. "C'est très compliqué de jouer aux échecs avec un homme dont on ignore tout de la stratégie, et dont le seul postulat est de tout subordonner à l'intérêt national américain. S'imaginer qu'on le fera changer d'avis est une pure folie", analyse le spécialiste des relations internationales Bertrand Badie.

- 'Bonne alchimie' -

Les deux hommes, que tout semble opposer au premier abord, "ont beaucoup de chose en commun dans leur façon de voir le monde", estime le haut responsable américain. Selon lui, il y a "une très bonne alchimie" entre le centriste pro-européen Macron, 39 ans, et l'isolationniste et impétueux Trump, 71 ans.

"Ils ont une relation de travail extrêmement ouverte, franche, mais aussi constructive. La relation s'est bien mise en place", opine-t-on côté français.

Lors du récent sommet du G20, le président français a multiplié les amabilités, les gestes complices, les accolades, en net contraste avec les autres Européens, notamment la chancelière allemande Angela Merkel, très critique vis à vis de l'Américain.

Hasard du calendrier, Mme Merkel est d'ailleurs à Paris jeudi en même temps que M. Trump, pour un sommet franco-allemand qu'elle coprésidera dans la matinée avec Emmanuel Macron.

Mais aucune rencontre n'est prévue entre la chancelière et le dirigeant américain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/07/2018

Alexandre Benalla (g) accompagne le président Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet à Paris ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP/Archives )Le séisme de l'affaire Benalla n'a pas fini de…

Publié le 21/07/2018

Neymar, avec son fils Davi Lucca, accorde un entretien à l'AFP, le 21 juillet 2018 à Praia Grande, près de Sao Paulo ( Miguel SCHINCARIOL / AFP )"Je ne voulais plus voir de ballon devant moi,…

Publié le 21/07/2018

Combinaison de photos réalisée le 20 juillet 2018, Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump à gauche et le président américain à droite ( MARK WILSON, NICHOLAS KAMM / GETTY IMAGES…

Publié le 21/07/2018

Le Français Michaël Blanc, arrêté à Bali en 1999 avec de la drogue et lourdement condamné, en compagnie de sa mère, le 21 janvier 2014 à Jakarta ( ROMEO GACAD / AFP/Archives )Le Français…

Publié le 21/07/2018

Mike Manley, nouveau président de Fiat Chrysler (FCA), ici le 12 avril 2017 à New York ( Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )Michael Manley, nommé samedi à la tête de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…