En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 894.03 PTS
-
5 869.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 636.38
-0.21 %
DAX PTS
13 158.14
-0.48 %
Dow Jones PTS
27 821.09
-0.4 %
8 283.75
-0.66 %
1.107
+0.01 %

Trump vante son retrait de Syrie et une surprenante lettre à Erdogan

| AFP | 520 | 2 par 4 internautes
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019 à Washington
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019 à Washington ( Olivier Douliery / AFP )

Donald Trump a défendu mercredi bec et ongles le retrait des troupes américaines de Syrie, minimisant la menace qui pèse sur les forces kurdes et faisant l'éloge d'une incroyable lettre adressée à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

Vantant une approche "brillante d'un point de vue stratégique", le milliardaire républicain a balayé un à un tous les arguments de ses nombreux détracteurs sur ce dossier, y compris au sein de son propre camp.

Quelques heures avant le départ du vice-président Mike Pence pour Ankara, où il espère convaincre les Turcs de mettre fin à leur invasion dans le nord de la Syrie visant les Kurdes, le président a pris ses distances avec le conflit en cours.

"Si la Turquie pénètre en Syrie, c'est une affaire entre la Turquie et la Syrie, ce n'est pas une affaire entre la Turquie et les Etats-Unis comme beaucoup de gens stupides voudraient vous le faire croire", a-t-il lancé.

Un réunion organisée peu après avec les leaders démocrates à la Maison Blanche a donné lieu à un vif affrontement, Donald Trump qualifiant Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, de "politicienne de bas étage".

"Nous avons vu le président craquer, c'est triste à dire", a relaté cette dernière après la rencontre au cours de laquelle il a, selon les démocrates, vanté sa lettre "agressive" à M. Erdogan.

Le courrier en question, qui a fuité peu après, a suscité la stupeur à Washington.

La lettre envoyée le 9 octobre par Donald Trump au président turc Recep Tayyip Erdogan
La lettre envoyée le 9 octobre par Donald Trump au président turc Recep Tayyip Erdogan ( - / Social Media/AFP )

"Trouvons un bon accord", suggère M. Trump dans cette missive dont l'authenticité a été confirmée à l'AFP. Datée du 9 octobre, elle a été adressée au président turc le jour où il a lancé ses troupes à l'assaut des Kurdes dans le nord de la Syrie.

"Vous ne souhaitez pas être responsable du massacre de milliers de personnes, et je ne veux pas être responsable de la destruction de l'économie turque -- ce que je ferais (si nécessaire)", écrit le président américain.

"L'Histoire vous jugera d'un oeil favorable si vous agissez de façon juste et humaine. Elle vous considérera à jamais comme le diable si les choses se passent mal", met en garde M. Trump, sans autre précision.

"Ne jouez pas au dur! Ne faites pas l'idiot!", conclut le locataire de la Maison Blanche. "Je vous téléphonerai plus tard".

"C'est ce que l'Amérique veut"

En se retirant abruptement de Syrie, Washington ne risque-t-il pas de laisser Moscou devenir un acteur encore plus omniprésent en Syrie? "Si la Russie aide à protéger les Kurdes, c'est une bonne chose, pas une mauvaise chose", a répondu M. Trump lors d'une conférence de presse.

Des soldats turcs et des combattants syriens alliés aux abords de la ville de Minbej, dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, le 14 octobre 2019
Des soldats turcs et des combattants syriens alliés aux abords de la ville de Minbej, dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, le 14 octobre 2019 ( Zein Al RIFAI / AFP/Archives )

L'influent sénateur républicain Lindsey Graham estime qu'il est en train de faire "la plus grande erreur de sa présidence"? "Lindsey devrait se concentrer sur les démocrates-qui-ne-font-rien", a-t-il rétorqué, appelant l'élu avec lequel il joue régulièrement au golf à consacrer plus de temps à ses électeurs de Caroline du Sud qu'à la géopolitique du Moyen-Orient.

"Nous n'avons pas besoin d'être engagés dans des guerres sans fin, nous ramenons nos soldats", a-t-il martelé. "J'ai gagné l'élection sur cette base. Que ce soit bien ou mal, c'est comme ça!"

"Je suis prêt à parier --c'est mon instinct politique qui me le dit-- que c'est ce que l'Amérique veut".

Un argument revient en boucle depuis quelques jours dans la bouche du 45e président américain: il est temps que d'autres pays --amis ou ennemis-- prennent le relais dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

"Tout le monde déteste l'EI", martèle-t-il. "Pourquoi protéger la Syrie, qui n'est pas un pays ami? Pourquoi protéger leur territoire?"

A ceux soulignant que les Etats-Unis ont une responsabilité particulière envers les Kurdes, qui se sont battus à leur côté contre les jihadistes de l'EI, le locataire de la Maison Blanche rétorque qu'il ne faut pas trop s'inquiéter, et ne pas les idéaliser.

Les Kurdes "ne sont pas des anges"

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019 à Washington
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019 à Washington ( Brendan Smialowski / AFP )

"Ce ne sont pas des anges, ce ne sont pas des anges", a-t-il lancé. "Les Kurdes savent se battre", a-t-il ajouté, affirmant même qu'ils étaient "plus en sécurité aujourd'hui".

Puis, dans une sortie surprenante de la part d'un président américain, mais qui sera douce aux oreilles de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, il a affirmé que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une sanglante guérilla contre la Turquie depuis plusieurs décennies, était "probablement" une plus grande "menace terroriste" que l'EI.

Revendiquant haut et fort son choix de retrait des troupes, M. Trump a estimé cependant qu'il n'avait en rien donné à M. Erdogan son accord pour son offensive militaire dans le nord de la Syrie contre une milice kurde, qui se considère comme la branche syrienne du PKK.

"Je ne lui ai pas donné de feu vert. Quand vous dites ça, c'est très trompeur", affirme-t-il, sans cependant élaborer. "C'était l'inverse d'un feu vert. D'abord, nous n'avions quasiment pas de soldats là-bas. Ils étaient partis pour la plupart".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2019

Les données personnelles et bancaires de 130.000 à 140.000 clients d'Accorhotels ont été exposées par erreur à la suite d'une négligence d'une de ses filiales, révèle mercredi soir le site…

Publié le 20/11/2019

Adomos envisage la signature du compromis de vente en décembre 2019

Publié le 20/11/2019

Capelli publie un chiffre d'affaires semestriel pour l'exercice 2019-2020 de 83,4 ME en légère hausse...

Publié le 20/11/2019

Arkema s’associe à de nouveaux partenaires et étend l’utilisation de ses polymères haute performance à la fabrication en 3D de matériaux composites, un axe de développement majeur de…

Publié le 20/11/2019

ITS Group, ESN spécialisée dans l’accélération de la transformation digitale, annonce que son Conseil d’administration s’est réuni pour prendre acte de la réalisation ce jour des apports…