En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 868.88 PTS
-0.14 %
4 859.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 878.60
-0.26 %
DAX PTS
11 164.85
-0.36 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.16 %

Trump blâme les démocrates pour la mort d'enfants migrants

| AFP | 417 | Aucun vote sur cette news
Un garçon porte une photo de Jakelin Caal, décédée aux Etats-Unis, pendant ses obsèques au Guatemala le 25 décembre 2018
Un garçon porte une photo de Jakelin Caal, décédée aux Etats-Unis, pendant ses obsèques au Guatemala le 25 décembre 2018 ( Johan ORDONEZ / AFP/Archives )

En plein bras de fer sur le financement d'un mur anti-immigration à la frontière avec le Mexique, Donald Trump n'a pas hésité samedi à imputer aux démocrates la "stricte" responsabilité de la mort d'enfants migrants, après le décès de deux petits Guatémaltèques aux Etats-Unis.

"Toute mort d'enfants ou d'autres à la Frontière est strictement de la faute des démocrates et de leur politique migratoire pathétique qui permet aux gens de faire la longue traversée en pensant qu'ils peuvent entrer illégalement dans notre pays. Ils ne peuvent pas. Si nous avions un Mur, ils n'essaieraient même pas!", a tweeté le président américain.

Des propos aussitôt critiqués sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes dénonçant son manque d'empathie.

"Le président tombe toujours plus bas avec ces tweets ridicules", a assené l'élu démocrate Dwight Evans dans un tweet publié par son équipe. "Son gouvernement est la cause de la douleur et de la souffrance à la frontière. Rien de ce qu'il dit ne changera la réalité".

Et pour le Washington Post, "Trump politise la mort de deux enfants migrants pour marquer des points dans la bataille sur le mur frontalier".

Tout juste entrés aux Etats-Unis en provenance du Guatemala, Jakelin Caal, 7 ans, et Felipe Gomez, 8 ans, sont morts à deux semaines d'intervalle en décembre, après leur arrestation par des garde-frontières américains.

Alors que leur décès fait encore l'objet d'enquêtes, M. Trump a assuré qu'ils "étaient très malades avant d'être remis aux garde-frontières". Il a également soutenu que le père de la fillette "ne lui avait pas donné d'eau depuis des jours", bien que plusieurs médias citant sa famille aient dit le contraire.

Ces morts ont suscité une vague d'émotion et d'indignation, mais aussi des interrogations sur les conditions de détention des immigrés clandestins et notamment des milliers de mineurs qui patientent dans des structures surpeuplées.

Mercredi, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient prendre des "mesures extraordinaires" face au nombre croissant d'enfants pris en charge à la frontière avec le Mexique, notamment des examens sanitaires renforcés.

Une fillette du Honduras observe la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis à Playas de Tijuana, dans l'Etat de Baja California au Mexique, le 2 décembre 2018
Une fillette du Honduras observe la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis à Playas de Tijuana, dans l'Etat de Baja California au Mexique, le 2 décembre 2018 ( Guillermo Arias / AFP/Archives )

"Le système est clairement débordé et nous devons travailler ensemble pour répondre à cette crise humanitaire", a déclaré la ministre à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, qui s'est rendue ce week-end dans des zones frontalières.

"Plus avec moins"

Le mur promis par le président américain à la frontière avec le Mexique est au coeur de l'impasse budgétaire qui provoque une paralysie partielle des administrations fédérales depuis huit jours.

Donald Trump exige que la loi de finances prévoie 5 milliards pour sa construction, ce que les démocrates refusent en proposant plus d'un milliard pour d'autres mesures de sécurité à la frontière.

Or le milliardaire républicain a fait de la construction de ce mur l'une de ses priorités; sans les cinq milliards de dollars, il assure qu'il ne signera pas les lois de financement de 25% des administrations fédérales, bloquées depuis le 22 décembre à minuit.

Plus tôt samedi, M. Trump avait appelé les démocrates à parvenir à un accord pour mettre fin à ce "shutdown". "Je suis dans la Maison Blanche, j'attends que les démocrates viennent et concluent un accord sur la Sécurité à la Frontière", a-t-il tweeté.

Sa ministre à la Sécurité intérieure a abondé en son sens. "Si le Congrès agissait (...), nous pourrions régler cette crise dès demain, mais au lieu de cela nous continuons à faire plus avec moins", a dit Kirstjen Nielsen.

Vendredi, M. Trump avait menacé de fermer la frontière si "les Démocrates Obstructionnistes" (sic) persistaient à ne pas vouloir financer la construction du mur.

Catarina Gomez Lucas, soeur du petit Felipe Gomez, mort en rétention aux Etats-Unis, montre une photo de son frère sur son téléphone portable
Catarina Gomez Lucas, soeur du petit Felipe Gomez, mort en rétention aux Etats-Unis, montre une photo de son frère sur son téléphone portable ( JOHAN ORDONEZ / AFP/Archives )

Les chefs démocrates sont silencieux depuis Noël, lorsqu'ils ont accusé la Maison Blanche de présenter des demandes fluctuantes rendant impossible toute négociation.

La balle est dans le camp du Sénat, qui reprendra l'examen d'une loi budgétaire le 2 janvier.

Ce "shutdown" est le troisième de l'année, après janvier (trois jours) et février (quelques heures). Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours. Le record, de 21 jours, remonte à 1995-96.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Le Conseil d’administration de Renault devrait choisir cette semaine une nouvelle direction, l’incarcération au Japon de son PDG Carlos Ghosn ayant été prolongée, indique Reuters citant des…

Publié le 21/01/2019

Bruxelles va bloquer le projet de rapprochement entre Alstom et Siemens Mobility, qui aurait créé un champion européen du ferroviaire, a appris Reuters auprès de sources proches du dossier. Les…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Casino a annoncé avoir conclu des promesses en vue de la cession de 6 hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d’euros.…

Publié le 21/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que FinancièreArbevel ont annoncé…

Publié le 21/01/2019

Drone Volt, constructeur français aéronautique spécialisé en drones civils professionnels, annonce la nouvelle livraison d’un drone Hercules 10 aux Etats-Unis, à un groupement de producteurs…