En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 403.27 PTS
-0.25 %
5 407.50
-0.17 %
SBF 120 PTS
4 328.58
-0.15 %
DAX PTS
12 686.29
-
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.165
+0.02 %

Trump annule une visite à Londres, nouveau camouflet à la "relation spéciale"

| AFP | 485 | 4.50 par 2 internautes
Une statue de cire du président américain Donald Trump devant une nouvelle ambassade des Etats-Unis à Londres, le 12 janvier 2018
Une statue de cire du président américain Donald Trump devant une nouvelle ambassade des Etats-Unis à Londres, le 12 janvier 2018 ( Justin TALLIS / AFP )

Le président Donald Trump a annulé sa visite destinée à inaugurer la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Londres, où il risquait d'être accueilli par des manifestations hostiles, bousculant une nouvelle fois la "relation spéciale" avec le Royaume-Uni.

"La raison pour laquelle j'annule mon voyage à Londres est que je ne suis pas un grand fan de l'administration Obama, qui a vendu l'ambassade la mieux située et la plus agréable à Londres pour des +cacahuètes+, afin d'en construire une autre bien plus éloignée pour 1,2 milliard de dollars", a écrit M. Trump dans un tweet nocturne.

Les Etats-Unis avaient en fait annoncé leur intention de déménager leur ambassade, du quartier chic et central de Mayfair sur un nouveau site dans le sud-ouest de Londres, en octobre 2008 lorsque George W. Bush était à la Maison Blanche et non sous Barack Obama.

Dans une tribune publiée dans le quotidien Evening Standard, l'ambassadeur américain au Royaume-Uni Woody Johnson a estimé que l'ancienne localisation était "parfaite", tout en concédant qu'elle était trop vulnérable à la suite des attentats du 11 septembre 2001 outre-Atlantique.

"Notre nouvelle ambassade ne reflète pas seulement l'histoire particulière qui nous lie au Royaume-Uni mais l'avenir spécial qui nous attend alors que nous faisons progresser la prospérité et la sécurité de nos deux nations", a-t-il ajouté.

Les médias britanniques spéculaient depuis des semaines sur la date d'une visite de M. Trump pour inaugurer le bâtiment flambant neuf en forme de cube conçu par le cabinet d'architectes américain KieranTimberlake. Il ouvrira au public le 16 janvier avant une inauguration officielle fin février.

Mais la venue de Donald Trump était susceptible de provoquer une série de manifestations dans la capitale britannique, dans un contexte de tensions entre les deux alliés historiques.

Le président américain Donald Trump, le 11 janvier 2018 à la Maison Blanche, à Washington
Le président américain Donald Trump, le 11 janvier 2018 à la Maison Blanche, à Washington ( SAUL LOEB / AFP )

"Il semble que le président Trump ait compris le message envoyé par de nombreux Londoniens qui aiment et admirent l'Amérique et les Américains mais trouvent que ses politiques et ses actions sont à l'opposé total des valeurs d'inclusion, de diversité et de tolérance de notre ville", a commenté le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, dans un communiqué.

- 'Relation cruciale' -

"Sa visite le mois prochain aurait sans aucun doute suscité des manifestations pacifiques de masse", a ajouté l'édile. Ce dernier s'était écharpé sur Twitter avec le président américain, qui l'a accusé de prendre le terrorisme à la légère.

"Beaucoup d'entre nous, Londoniens, sommes ravis que Trump n'amène pas ses opinions racistes et misogynes néfastes ici", a renchéri sur Twitter un député travailliste, Steve Reed.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a balayé ces critiques, accusant Sadiq Khan et Jeremy Corbyn, le leader de l'opposition travailliste, de "mettre en péril la relation cruciale" entre Londres et Washington.

"Nous ne permettrons pas que les relations entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni soient mises en danger par un freluquet pédant à l'Hôtel de Ville", a taclé M. Johnson, maire de Londres avant Sadiq Khan.

La nouvelle ambassade américaine à Londres, le 18 décembre 2017
La nouvelle ambassade américaine à Londres, le 18 décembre 2017 ( Justin TALLIS / AFP/Archives )

Un porte-parole de Downing Street a déclaré qu'aucune date n'avait été fixée pour l'inauguration, et que par ailleurs un projet de visite d'Etat du président américain au Royaume-Uni était toujours d'actualité.

Une visite d'Etat, qui implique de nombreux honneurs, dont celui d'être reçu par la reine Elizabeth II à Buckingham Palace, avait été proposée dans la foulée d'un voyage de Theresa May aux Etats-Unis en janvier 2017, peu après l'entrée en fonction de M. Trump. Mais cette annonce avait aussitôt été critiquée et jugée prématurée, et près de 1,9 million de personnes ont signé une pétition réclamant qu'elle soit rétrogradée en simple visite.

La relation "spéciale" entre Washington et Londres a été ternie par plusieurs épisodes de tension, le dernier en date en novembre, lorsque M. Trump avait retweeté des vidéos anti-musulmans mises en ligne par la vice-présidente d'un groupe d'extrême droite.

Vendredi, Downing Street a assuré que "les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont des partenaires forts".

Réagissant opportunément à l'annonce de M. Trump, le musée Madame Tussauds a transporté une réplique en cire du président américain devant la nouvelle ambassade, qui a reçu un accueil amical de la part de passants posant pour des photos à ses côtés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/07/2018

      Communiqué   Nanterre, le 20 juillet 2018       Faurecia : mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin 2018   Faurecia…

Publié le 20/07/2018

La Bourse de New York a été pénalisée par certains résultats trimestriels décevants.

Publié le 20/07/2018

Une sécheresse historique brûle les campagnes suédoises avec des conséquences dramatiques pour les éleveurs Ci-contre un champ de blé sinistré par la sécheresse à Osterhaninge, (centre de…

Publié le 20/07/2018

Le groupe continue de surperformer le marché auto mondial...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Le titre poursuit son rebond après un bel accord de distribution

Publié le 20/07/2018

Rémy Cointreaufait état d'une légère croissance en début d'exercice avec un chiffre d'affaires de 241,5 millions d'euros sur son 1er trimestre...

Publié le 20/07/2018

Thales a réalisé au premier semestre 2018 un résultat net ajusté en hausse de 39% à 539 millions d'euros. L'Ebit a atteint 762 millions, en progression de 30%. En organique, la croissance atteint…

Publié le 20/07/2018

Altur Investissement annonce son investissement dans la société BIOBank, 1ère banque française d'os d'origine humaine

Publié le 20/07/2018

Faurecia a réalisé au premier semestre 2018 un résultat net en hausse de 10,2% à 342 millions d'euros. Le résultat opérationnel de l'équipementier automobile a grimpé de 11,1% à 647,2…