En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Tron, Merah: l'avocat Eric Dupond-Moretti, le colosse des assises

| AFP | 376 | 5 par 1 internautes
L'ancien maire de Draveil Georges Tron (g) arrive avec son avocat Eric Dupond-Moretti, le 12 décembre 2017 au tribunal de Bobigny
L'ancien maire de Draveil Georges Tron (g) arrive avec son avocat Eric Dupond-Moretti, le 12 décembre 2017 au tribunal de Bobigny ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

A l'audience, il grogne, tonne et s'impose par son éloquence et sa stature: Eric Dupond-Moretti, avocat redouté des cours d'assises, a obtenu vendredi le renvoi du procès de l'ex-secrétaire d'Etat Georges Tron, après avoir en octobre défendu bec et ongles le frère de Mohamed Merah.

Malgré "la lassitude, le découragement et le désespoir" qu'il confiait récemment éprouver après plus de 30 ans d'une carrière couronnée de plus de 120 acquittements, celui que les médias ont surnommé "acquittator" est toujours présent dans les grands rendez-vous.

Eric Dupond-Moretti le 29 janvier 2015, au tribunal de Bobigny
Eric Dupond-Moretti le 29 janvier 2015, au tribunal de Bobigny ( Joël SAGET / AFP/Archives )

Au procès de Georges Tron, accusé de viols et agressions sexuelles, il n'a pas hésité vendredi à révéler à l'audience le contenu d'une conversation privée dans laquelle le président de la cour d'assises, Régis Jorna, confiait à des avocats qu'il aurait préféré "que ce soit une femme qui préside".

Le magistrat n'a pas démenti et, après une longue suspension, a fini par accorder à la défense le renvoi du procès qu'il lui avait refusé quelques heures plus tôt, en invoquant l'impossibilité de tenir les délais des audiences prévues jusqu'au 22 décembre.

"Terrorisme judiciaire", ont alors dénoncé les parties civiles.

Mais "l'Ogre du Nord" en a entendu d'autres au cours de sa carrière, entamée à Douai en 1984 et qui l'a notamment amené à faire acquitter Roselyne Godard, la boulangère d'Outreau, Jacques Viguier, un universitaire accusé du meurtre de sa femme ou Jean Castela, accusé d'avoir commandité l'assassinat du préfet Erignac.

Plus récemment, c'est sa défense du frère de Mohamed Merah, Abdelkader qui a suscité les passions.

- "Un honneur" -

"C'est le procès le plus difficile de ma carrière. J'en ai pris plein la gueule, j'ai été insulté. On a dit que j'étais la honte de la profession, on a menacé mes enfants". Mais ça a été "pour moi un honneur" de le défendre, a-t-il dit sur France inter

Dans une autre émission, il avait expliqué ne pas être là pour la morale mais pour le droit et affirmé qu'il aurait pu défendre "l'homme Hitler" s'il lui avait demandé mais "à condition de ne pas justifier l'idéologie nazie".

Au procès Merah, seul contre une armada d'avocats des parties civiles, le ténor n'a jamais rien lâché, rendant coup pour coup dans une ambiance tendue marquée par les témoignages poignants des familles des victimes de Mohamed Merah.

Sa sortie sur la mère de Mohamed Merah, qui "elle aussi a perdu un fils", a été huée au procès et qualifiée "d’obscène" sur France inter, mais l'avocat assumera ses propos.

Car dans ces moments d'extrême tension, rien ni personne ne semble pouvoir l'arrêter dans la défense de son client.

Eric Dupond-Moretti, répond aux journalistes à la sortie du procès de Abdelkader Merah, au tribunal à Paris, le 2 novembre 2017
Eric Dupond-Moretti, répond aux journalistes à la sortie du procès de Abdelkader Merah, au tribunal à Paris, le 2 novembre 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Ainsi, il n'a pas hésité à obliger l'avocate générale à se lever pour s'exprimer, comme le veut la procédure qu'il connait par coeur et dont il se sert comme d'une arme d'intimidation massive.

Le président pour sa conduite des débats, certains avocats des parties civiles et les policiers qui témoignaient anonymement se sont vu eux aussi remonter les bretelles.

En 2014, dans un procès corse, l'avocat avait été jusqu'à interrompre le réquisitoire de l'avocate générale, provoquant un incident d'audience inédit.

"Vous trichez, c'est inadmissible. Quelle pièce, quel dossier, c'est déloyal!", avait-il lancé à la magistrate, éberluée, qui venait d'affirmer sans preuve aux jurés que l'appareil utilisé par la police pour détecter des traces de sang effacées n'était pas toujours efficace.

Auparavant, il avait quitté le banc des avocats pour s'installer, massif, sur un siège, sous les yeux du jury et de l'avocate générale. Il use souvent ainsi de sa présence physique intimidante pour mettre sous pression certains témoins à charge de l'accusation.

Car le procès, Eric Dupond-Moretti le reconnaît lui-même, c'est un peu comme du théâtre: "Il y a une sonnette quand la cour entre, des costumes, des décors, un ordre de passage, des actes parfaitement réglés, une liturgie", a-t-il récemment expliqué.

"La différence, c'est que je suis dans le réel avec des enjeux très lourds. Il n'y a pas de caméra que l'on peut arrêter. Ah, si les avocats avaient ça, à chaque fois que je plaide mal je demanderais qu'on coupe et je recommencerais", a-t-il récemment confié à l'occasion de la sortie d'un film de Claude Lelouch, "Chacun sa vie" où il incarne... un président d'audience.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…