En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
+0.28 %
5 360.5
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 309.90
+0.31 %
DAX PTS
12 157.67
+0.51 %
Dowjones PTS
26 191.19
+0.50 %
7 523.05
+1.19 %
1.169
+0.04 %

Corée du Nord: Trump salue l'engagement renouvelé de Kim sur la dénucléarisation

| AFP | 402 | Aucun vote sur cette news
Photo diffusée le 6 septembre 2018, montrant le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (D) et Chung Eui-yong (G), le conseiller à la sécurité nationale du chef de l'Etat sud-coréen, lors d'une rencontre à Pyongyang
Photo diffusée le 6 septembre 2018, montrant le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (D) et Chung Eui-yong (G), le conseiller à la sécurité nationale du chef de l'Etat sud-coréen, lors d'une rencontre à Pyongyang ( KCNA VIA KNS / KCNA VIA KNS/AFP )

"Nous y arriverons ensemble!": Donald Trump a chaleureusement salué jeudi l'engagement renouvelé de Kim Jong Un en faveur de la dénucléarisation, semblant vouloir surmonter l'impasse dans laquelle se trouvent les négociations avec la Corée du Nord.

Alors que les tractations entre les diplomates des deux pays ennemis se sont enlisées près de trois mois après le sommet historique du 12 juin à Singapour, le président des Etats-Unis et le dirigeant nord-coréen ont affiché leur entente personnelle.

A l'initiative, une fois de plus, la Corée du Sud, soucieuse de donner un nouveau souffle à l'élan diplomatique sans précédent en cours depuis le début de l'année.

De retour de Pyongyang, le conseiller à la sécurité nationale du président sud-coréen Moon Jae-in a annoncé que ce dernier rencontrerait Kim Jong Un du 18 au 20 septembre dans la capitale nord-coréenne pour leur troisième sommet en moins de cinq mois.

Comme à Singapour, le dirigeant nord-coréen, qui a reçu mercredi ce conseiller, Chung Eui-yong, a réaffirmé son engagement en faveur d'une forme de désarmement atomique.

Kim Jong Un "a exprimé sa ferme détermination en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne de même que l'intention de travailler étroitement avec les Etats-Unis" pour "réaliser cet objectif", et ce "durant le premier mandat du président Trump" qui s'achève en janvier 2021, a rapporté l'émissaire sud-coréen.

- "Berceau de paix" -

Les quatre précédents sommets entre la Corée du Nord et du Sud
Les quatre précédents sommets entre la Corée du Nord et du Sud ( John SAEKI / AFP )

L'agence officielle nord-coréenne a aussi confirmé que le leader entendait "transformer" la péninsule "en berceau de paix sans armes nucléaires, libre de toute menace nucléaire".

Surtout, s'il a reconnu "des difficultés dans les négociations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis", le numéro un de Pyongyang a assuré, selon le compte-rendu du conseiller sud-coréen, que "sa confiance envers M. Trump" restait "inchangée".

De quoi plaire au président américain, qui assure depuis le 12 juin avoir établi une excellente relation personnelle avec celui qu'il traitait, quelques mois auparavant, de "petit homme-fusée".

"Kim Jong Un de Corée du Nord proclame sa +confiance indéfectible dans le président Trump+. Merci au président Kim. Nous y arriverons ensemble!", a tweeté jeudi le locataire de la Maison Blanche.

A Singapour, les deux dirigeants étaient parvenus à un compromis très vague en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", dont les modalités et le calendrier avaient été repoussés à des négociations de suivi. Mais celles-ci patinent, comme en a encore témoigné l'annulation, fin août, d'un voyage à Pyongyang du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Le chef de la diplomatie américaine s'est d'ailleurs montré prudent malgré ces nouveaux signes de détente.

"Il y a encore un énorme travail à accomplir", a-t-il souligné en marge d'un déplacement en Inde. "Nous n'avons pas eu d'essais nucléaires, nous n'avons pas eu d'essais de missiles, ce que nous considérons comme très positif", "mais le travail en vue de convaincre le président Kim de prendre le tournant stratégique dont nous avons parlé pour un avenir plus brillant pour le peuple nord-coréen continue".

Mike Pompeo va dépêcher la semaine prochaine son nouvel envoyé spécial pour la Corée du Nord Steve Biegun à Séoul, Pékin et Tokyo --mais pas à Pyongyang à ce stade-- pour "poursuivre les efforts diplomatiques".

- "Frustration" -

Le président sud-coréen a dit espérer que le sommet entre le Nord et le Sud "relancera le dialogue entre les Etats-Unis et la Corée du Nord".

Jusqu'ici, les Nord-Coréens ont attribué l'impasse aux méthodes de "gangster" des Américains, accusés de vouloir obtenir leur désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape et sans alléger la pression ni les sanctions.

Cette dénucléarisation doit intervenir avant toute déclaration mettant fin à la guerre de Corée, qui ne s'est conclue en 1953 que par un simple armistice, estime de fait l'administration Trump, là où le pays reclus voudrait d'abord engranger une telle déclaration, voire un traité de paix en bonne et due forme.

Kim Jong Un a d'ailleurs fait part d'une "certaine frustration" envers la communauté internationale, accusée de ne pas prendre à leur juste mesure les mesures "très significatives" engagées par Pyongyang comme le démantèlement de son site d'essais nucléaires, a expliqué l'émissaire sud-coréen après l'avoir rencontré.

Le dirigeant nord-coréen voudrait que Washington crée "des situations où il pourrait estimer que sa décision de dénucléariser était une bonne décision", a poursuivi Chung Eui-yong.

Le troisième sommet intercoréen pourrait contribuer à débloquer la situation, juge Lim Eul-chul, professeur à l'école des études nord-coréennes de l'Université Kyungnam.

"Il y a toujours un grand fossé entre ce que le Nord considère comme des mesures de bonne volonté suffisantes, comme la destruction de son site de missiles, et ce que veulent les Etats-Unis, y compris la vérification sur place par des spécialistes", a-t-il toutefois souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Les marchés actions européens ont clôturé en petite hausse ce mardi, dans un contexte pourtant non dénué de tensions commerciales. Ainsi, le CAC 40 a avancé de 0,28% à 5 363,79 points et…

Publié le 18/09/2018

      La déclaration des transactions sur actions propres réalisées du 10 au 14 septembre 2018 a été adressée à l'Autorité des Marchés Financiers le 18…

Publié le 18/09/2018

Sidetrade annonce une poursuite de la croissance à deux chiffres de son chiffre d'affaires et du résultat net au 1er semestre 2018...