En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Trois ans de prison requis contre une ancienne sous-préfète, jugée pour corruption

| AFP | 327 | 3 par 1 internautes
Dominique-Claire Mallemanchequitte le tribunal de Nice, le 10 octobre 2013
Dominique-Claire Mallemanchequitte le tribunal de Nice, le 10 octobre 2013 ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

Trois ans de prison ont été requis mercredi contre l’ancienne sous-préfète de Grasse (Alpes-Maritimes), jugée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour corruption passive.

L’avocat général Pierre-Jean Gaury a également réclamé contre Dominique-Claire Mallemanche, 60 ans, une amende de 20.000 euros et l’interdiction définitive d’exercer tout emploi public. Ses réquisitions sont identiques à la peine prononcée en première instance par le tribunal correctionnel de Nice, en décembre 2016.

"Sa courte expérience dans la préfectorale n’a pas été profitable à l’intérêt général qu’elle était censée servir. Elle n’a plus sa place dans une quelconque administration publique", a déclaré le représentant du ministère public.

Enarque, ancienne déléguée interministérielle adjointe au projet Eurodisney, Mme Mallemanche avait réintégré l’administration en 2009 après une longue période dans le privé. Elle avait été nommée sous-préfète de Grasse en mars 2011 puis préfète de la Creuse en janvier 2013.

Elle est soupçonnée d'avoir avantagé le propriétaire d'un hôtel de luxe via un arrêté préfectoral, qui facilitait indirectement ses opérations de construction. Son mari, Jean-Jacques Mallemanche, s’était vu promettre dans le même temps une commission de 200.000 euros en tant qu’intermédiaire dans la vente de l’hôtel, un "véritable pacte de corruption", selon l’avocat général. "Tout s’est fait dans la transparence totale, rien ne s’est fait sous le manteau", s'est défendue Mme Mallemanche.

Le propriétaire de l’hôtel, Marcel-Paul Gélabert, condamné en première instance à deux ans de prison et 100.000 euros d’amende, est décédé depuis. Un an de prison et une amende de 20.000 euros ont été requis contre l'ex-mari de la sous-préfète.

La cour a également examiné la perception d’avantages et de cadeaux par la sous-préfète. Parmi ceux-ci, des soirées pour son fils dans des boîtes de nuit de Cannes payées par un entrepreneur, Joseph Garelli. Se présentant comme un ami de la sous-préfète, celui-ci comptait – comme d’autres entrepreneurs – parmi les contributeurs au cadeau d’anniversaire de la sous-préfète : un violon de 7.900 euros. "C’est mon défaut d’être généreux, (...) je n’attendais rien de Mme Mallemanche", s’est expliqué le chef d’entreprise contre lequel a été requis un an de prison et 30 000 euros d’amende.

Les écoutes téléphoniques montrent cependant que la sous-préfète avait été sollicitée pour la délivrance de permis de conduire et, à l’occasion de dîners, d’informations sur les dossiers en cours.

La défense a plaidé la relaxe des cinq prévenus. La décision a été mise en délibéré au 22 novembre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…