En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 519.55 PTS
+0.09 %
5 514.50
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 345.02
+0.10 %
DAX PTS
12 272.64
+0.36 %
Dowjones PTS
26 548.22
-0.67 %
7 591.54
+0.00 %
1.136
-0.04 %

Ian Bailey condamné à 25 ans de réclusion pour le meurtre "atroce" de Sophie Toscan du Plantier

| AFP | 390 | 3.50 par 2 internautes
Ian Bailey quitte le tribunal de Dublin, en Irlande, le 21 juillet 2010
Ian Bailey quitte le tribunal de Dublin, en Irlande, le 21 juillet 2010 ( PETER MUHLY / AFP/Archives )

Le Britannique Ian Bailey a été condamné en son absence vendredi à 25 ans de réclusion criminelle à Paris pour le meurtre sauvage de Sophie Toscan du Plantier la veille de Noël 1996 en Irlande.

Un mandat d'arrêt a également été délivré à l'encontre de cet ex-journaliste pigiste de 62 ans, que Dublin a déjà refusé par deux fois d'extrader, invoquant l'absence de réciprocité en la matière.

A l'énoncé du verdict, le fils de la victime, Pierre-Louis Baudey-Vignaud, 38 ans, s'est effondré sur le banc de la partie civile, tandis que le père de Sophie Toscan du Plantier, Georges Bouniol, 92 ans, se tamponnait les yeux et le nez avec un mouchoir blanc.

Très vite suspecté par la police irlandaise, Ian Bailey avait été placé deux fois en garde à vue en 1997 et 1998, mais jamais poursuivi en Irlande, où il vit toujours, faute de preuves suffisantes.

Dans un arrêt longuement motivé, la cour d'assises de Paris a pourtant estimé qu'il y avait "des éléments de preuves suffisants" pour le condamner, en dépit de ses "dénégations constantes".

M. Bailey a toujours nié les faits. Il avait aussi dénoncé dans la presse une "parodie de procès", et n'était ni présent ni représenté. Un "manque de courage", et un "mépris" "insupportable", a fustigé l'avocat général.

Malgré l'absence de preuve scientifique reliant le Britannique au crime - le corps de la victime avait été laissé dehors sous une bâche plus d'une journée, dans ce comté où le dernier meurtre remontait à 1922 - "une accumulation de charges" permettait de le condamner, a considéré l'avocat général, avant de demander aux juges de prononcer le "maximum de la peine prévue" pour meurtre, 30 années.

"Accumulation de charges"

Ce matin du 23 décembre 1996, quand le corps de la productrice française de 39 ans et femme du producteur de films Daniel Toscan du Plantier avait été découvert, le crâne fracassé, en contrebas de sa maison isolée de Schull, sur la côte sud-ouest de l'Irlande, le journaliste britannique est l'un des premiers sur les lieux et "a connaissance d'éléments qui ne sont pas connus du public, qu'il n'a pas reçus de la part de personnes extérieures", a appuyé l'avocat général.

Il porte également sur le front et les avant-bras des égratignures similaires à celles retrouvées sur le corps de Sophie Toscan du Plantier - qui s'est farouchement débattue contre son agresseur - et pouvant correspondre à des épines de ronces.

Des griffures qu'il n'avait pas le soir du 22 décembre alors qu'il jouait du tambour traditionnel dans un pub, les manches relevées, avaient déclaré six témoins à la police irlandaise. Il avait assuré s'être égratigné en découpant des dindes et un arbre de Noël "mais je crois que c'est M. Bailey qui nous prend pour des dindes", a lancé Jean-Pierre Bonthoux.

Le Britannique a aussi "extrêmement varié" sur son emploi du temps, a relevé le représentant de l'accusation.

Ian Bailey a surtout "fait des aveux", à sa rédactrice en chef, à des amis et à un adolescent qu'il a pris en stop, et un "aveu indirect mais extrêmement détaillé" à un ex-ami et employeur, venu témoigner mardi à la barre.

Ce soir de pleine lune, alors qu'il est alcoolisé, il vient voir Sophie Toscan du Plantier parce qu'"il la désire", "elle essaye de se sauver et malheureusement il la rattrape, il la frappe (...) et l'achève", a avancé l'avocat général. "Un crime atroce, barbare sur une femme qui est seule" et qui a "vécu sans doute deux, trois minutes de terreur et de souffrances".

Jugé selon la procédure du "défaut criminel", il ne peut pas faire appel du verdict. Mais s'il se constitue prisonnier, ou s'il est arrêté avant que la peine prononcée ne soit éteinte par la prescription, l'arrêt de la cour d'assises sera annulé et il sera rejugé, cette fois-ci en sa présence.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/06/2019

Le Conseil d'administration du groupe Valeo a décidé à l'unanimité de coopter Bpifrance Participations en tant qu'administrateur, en remplacement de...

Publié le 26/06/2019

TAROM disposera bientôt de neuf nouveaux ATR 72-600...

Publié le 26/06/2019

Le fabricant américain de "puces" a évité le pire pour son troisième trimestre fiscal, et a dépassé les attentes du consensus (revues certes en nette baisse)...

Publié le 26/06/2019

Après les déboires actuels

Publié le 26/06/2019

Schneider Electric progresse de 0,85% à 78,72 euros, se rapprochant de son record de 79,50 euros atteint vendredi dernier. Le marché accueille favorablement la confirmation des objectifs à court et…