5 384.47 PTS
-0.28 %
5 389.5
-0.19 %
SBF 120 PTS
4 297.09
-0.17 %
DAX PTS
13 113.08
-0.10 %
Dowjones PTS
24 631.26
+0.19 %
6 405.92
+0.18 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Coup de théâtre au TPIY où un des accusés avale une fiole "de poison"

| AFP | 526 | Aucun vote sur cette news
Capture d'image de la vidéo du TPIY sur laquelle on voit l'ex-chef militaire des Croates de Bosnie Slobodan Praljak avaler du poison, au moment du verdict, le 29 novembre 2017 à La Haye
Capture d'image de la vidéo du TPIY sur laquelle on voit l'ex-chef militaire des Croates de Bosnie Slobodan Praljak avaler du poison, au moment du verdict, le 29 novembre 2017 à La Haye ( - / International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia/AFP )

Le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye a connu mercredi un véritable coup de théâtre quand un des accusés croates de Bosnie a avalé du "poison", selon son avocat, au moment de son verdict, forçant le tribunal à suspendre son audience.

Alors que le tribunal s’apprêtait à rendre son dernier jugement avant de fermer ses portes en décembre, un des accusés, ancien officier supérieur de l'armée croate, Slobodan Praljak, 72 ans, a crié "Praljak n'est pas un criminel".

"Je rejette votre verdict", a-t-il dit. Ce verdict confirmait sa condamnation à 20 ans de prison. Il a ensuite sorti une fiole d'une de ses poches et en a avalé le contenu devant les caméras. L'audience a ensuite été suspendue et son avocat a affirmé que son "client a pris du poison".

Tandis que des responsables du tribunal s'affairaient autour de M. Praljak, le juge président, Carmel Agius, a ordonné la suspension de l'audience et les rideaux entourant la salle du tribunal ont été tirés.

Montage de captures d'images de la vidéo du TPIY sur lesquelles on voit l'ex-chef militaire des Croates de Bosnie Slobodan Praljak avaler du poison, au moment du verdict, le 29 novembre 2017 à La Haye
Montage de captures d'images de la vidéo du TPIY sur lesquelles on voit l'ex-chef militaire des Croates de Bosnie Slobodan Praljak avaler du poison, au moment du verdict, le 29 novembre 2017 à La Haye ( - / tpiy/AFP )

Quelques minutes après, des journalistes de l'AFP ont vu une ambulance arriver devant le tribunal, tandis qu'un hélicoptère survolait la zone. Plusieurs secouristes se sont précipités à l'intérieur du tribunal. De leur côté, des responsables du tribunal appelaient au calme.

En début d'après-midi, un garde auprès du tribunal a annoncé que Slobodan Praljak était en vie. "Il est en vie et reçoit actuellement des soins médicaux", a-t-il déclaré aux journalistes.

- Incident inédit -

Des équipes de secours se dirigent vers le TPIY, le 29 novembre 2017 à La Haye après qu'un des accusés croates de Bosnie a pris du poison au moment de son verdict
Des équipes de secours se dirigent vers le TPIY, le 29 novembre 2017 à La Haye après qu'un des accusés croates de Bosnie a pris du poison au moment de son verdict ( Bart Maat / ANP/AFP )

Cet incident inédit s'est produit au cours d'une audience en appel qui concernait six ex-dirigeants et chefs militaires des Croates de Bosnie, accusés notamment de crimes de guerre durant le conflit croato-musulman (1993-1994) qui a éclaté durant la guerre en Bosnie (1992-1995).

Il s'est produit juste après que les juges eurent confirmé la condamnation à 25 ans de prison contre l'ex-dirigeant des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic.

Une peine de 40 ans de prison avait été requise contre Jadranko Prlic, condamné en 2013 à 25 ans de prison en première instance pour avoir mené le transfèrement de populations musulmanes lors de la guerre de Bosnie

Et pour avoir eu recours à des meurtres, des viols et des destructions de biens civils dans le but de créer une "grande Croatie".

L'ex-dirigeant des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic, devant le TPIY à La Haye, le 29 novembre 2017
L'ex-dirigeant des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic, devant le TPIY à La Haye, le 29 novembre 2017 ( Robin van Lonkhuijsen / ANP/AFP )

Des actes qualifiés par l'accusation de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, commis lors de la guerre en Bosnie qui a fait plus de 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés.

Siégeant à La Haye, le TPIY devait se prononcer ce mercredi pour la toute dernière fois avant de baisser le rideau, après près d'un quart de siècle consacré à juger ceux qui ont commis les pires atrocités en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

- Meurtres, viols et destruction -

Celui qui fut notamment "Premier ministre" de la Herceg-Bosna, entité autoproclamée par des nationalistes croates, était jugé avec cinq autres ex-chefs de cette "République", condamnés en première instance à des peines allant de dix à vingt ans de prison.

Comme pour M. Prlic, quarante ans de détention avaient été requis en appel à l'encontre de trois d'entre eux: Bruno Stojic, son ancien ministre de la Défense, Slobodan Praljak, et Milivoj Petkovic, ancien responsable des forces armées de la Herceg-Bosna.

Ils avaient été reconnus coupables d'une "entreprise criminelle commune" pour imposer une domination croate. Si la guerre de Bosnie a essentiellement opposé les musulmans aux Serbes, Croates et musulmans se sont également combattus.

L'image la plus symbolique de la guerre qui opposa en 1993 et 1994 Croates catholiques et Bosniaques musulmans fut la destruction du "Stari Most", le pont ottoman de Mostar, ville multiethnique, encore aujourd'hui peuplée pour moitié de Bosniaques musulmans et de Croates catholiques.

Lors de la guerre, "des dizaines de milliers de musulmans ont été expulsés de leur maison... des milliers ont été arrêtés et détenus dans d'horribles conditions", avait déclaré la représentante du procureur, Barbara Goy, lors des réquisitions en appel.

"Je ne faisais pas partie de la chaîne de commandement" des forces croates de Bosnie, le HVO, a assuré M. Prlic aux cinq juges du TPIY lors du procès en appel, assurant que les Croates avaient été "forcés" de se défendre.

Jadranko Prlic, professeur d'économie aux manières policées y est détenu aux côtés des Serbes Radovan Karadzic, qui a interjeté appel de sa condamnation à 40 ans de prison, et Ratko Mladic, l'ancien chef des forces serbes de Bosnie, condamné à la perpétuité la semaine dernière, notamment pour génocide.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

      Raison sociale de l'émetteur : NATIXIS - SA au capital de 5 019 776 380,80 euros Immatriculée sous le n° B 542 044 524 RCS Paris Siège…

Publié le 14/12/2017

GTT monte de 0,6% ce jeudi à 48,20 euros, alors que la société et le groupe d'ingénierie navale coréen DSEC ont signé un accord de licence et...

Publié le 14/12/2017

Visibilité dégradée à court terme

Publié le 14/12/2017

La majorité des A321neo de Delta seront livrés par l'Airbus U.S. Manufacturing Facility de Mobile, Alabama et équipés de moteurs PW1100G-JM Geared Turbofan (GTF) de Pratt & Whitney...

CONTENUS SPONSORISÉS