En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 444.56 PTS
-0.02 %
4 460.0
+0.54 %
SBF 120 PTS
3 517.86
+0.13 %
DAX PTS
11 073.87
+0.07 %
Dow Jones PTS
24 465.16
-0.04 %
9 413.99
+0.38 %
1.090
0. %

"Tout est perdu" : après le cyclone Amphan, plus que ses yeux pour pleurer

| AFP | 569 | 4 par 4 internautes
Des habitants tentent de consolider une digue après le passage du cyclone Amphan, le 21 mai 2020 à Burigoalini, au Bangladesh
Des habitants tentent de consolider une digue après le passage du cyclone Amphan, le 21 mai 2020 à Burigoalini, au Bangladesh ( Munir uz Zaman / AFP )

Abrité sous un lit avec sa femme et ses deux enfants, Shafiqul Islam a connu trois heures d'une attente insoutenable à prier que le cyclone Amphan ne souffle pas leur maison et les épargne.

Ce agriculteur de 40 ans du district côtier de Satkhira (sud-est du Bangladesh) pensait qu'Amphan, le plus puissant cyclone à s'être formé dans le golfe du Bengale depuis le début du siècle, passerait mercredi à côté de sa ville. Il n'est donc pas allé se réfugier dans l'un des milliers d'abris ouverts par les autorités.

Une "énorme erreur", s'est-il dit lorsque, terré à l'intérieur de sa maison, les éléments se déchaînaient à l'extérieur.

"Le vent était si puissant que nous avions l'impression qu'il allait tout aplatir", raconte-t-il à l'AFP, se tenant au milieu de décombres de maisons tordus par la violence du cyclone.

Les rafales et les pluies diluviennes ont emporté son toit de tôle ondulée et détruit presque tous ses biens. Mais lui et les siens ont eu la vie sauve.

"La plupart des maisons de nos voisins ont été mises à terre (...) Nous sommes passés à deux doigts de la mort."

Après avoir envoyé leurs enfants dans un abri anticyclonique, Aleya Begum et son mari sont restés sur place pour protéger leurs quatre maisons. Mais leurs efforts ont été vains.

Le cyclone Amphan
Le cyclone Amphan ( Gal ROMA / AFP )

"Tout ce que j'ai construit au fil des décennies a été détruit en quelques heures. J'ai vu un certain nombre de cyclones. Celui-ci était le pire", dit cette femme de 65 ans.

"Tout est perdu", se lamente-t-elle.

- "Indigents" -

Le bureau des Nations unies au Bangladesh estime que le cyclone a affecté 10 millions de personnes et détruit le foyer de 500.000 personnes. Amphan a aussi fait au moins 95 morts en Inde et au Bangladesh, selon des bilans officiels encore provisoires jeudi.

Des villageois tentent de remettre en état leurs habitations après le passage du cyclone Amphan à Satkhira, le 21 mai 2020 au Bangladesh
Des villageois tentent de remettre en état leurs habitations après le passage du cyclone Amphan à Satkhira, le 21 mai 2020 au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Malgré des dégâts matériels considérables, les pertes humaines semblent avoir été limitées. Jusqu'à une époque récente, les bilans des cyclones les plus violents pouvaient se chiffrer en milliers de morts autour du golfe du Bengale.

En 1970, un demi-million de personnes avaient péri dans le cyclone Bhola. Le dernier cyclone particulièrement meurtrier, Sidr, avait fait 3.500 morts au Bangladesh en 2007.

Mais ce pays et l'Inde ont retenu les leçons des catastrophes des décennies précédentes : ils ont construit des milliers d'abris pour la population et mis en place des politiques d'évacuation rapide. Les systèmes de surveillance météorologiques sont aussi plus sophistiqués.

Un homme récupère des ustensils de cuisine dans les décombres de sa maison après le passage du cyclone Amphan, le 21 mai 2020 à Midnapore, en Inde
Un homme récupère des ustensils de cuisine dans les décombres de sa maison après le passage du cyclone Amphan, le 21 mai 2020 à Midnapore, en Inde ( Dibyangshu SARKAR / AFP )

À l'approche du cyclone Amphan, les autorités locales de ces deux nations d'Asie du Sud ont ainsi mis à l'abri plus de trois millions de personnes vivant dans des zones à risque.

Les rafales de vent d'environ 160 km/h et les pluies diluviennes n'étaient pas les seuls dangers. Les cyclones peuvent aussi provoquer une onde de tempête, un mur d'eau de mer haut parfois de plusieurs mètres, qui peut s'avérer particulièrement dévastatrice lorsqu'elle déferle sur les zones côtières.

Dans le village bangladais de Purba Durgabati, des centaines d'habitants ont bataillé toute la nuit contre les éléments pour essayer de consolider la digue les protégeant.

Mais la montée du cours d'eau, de quatre mètres par endroits, l'a pulvérisée sur près de deux kilomètres et provoqué l'inondation de 600 foyers.

"Ma maison est sous l'eau. Mon élevage de crevettes a disparu. Je ne sais pas comment je vais survivre", déplore Omar Faruq, un villageois de 28 ans.

Ce désastre survient au moment où l'Inde et le Bangladesh sont confinés depuis fin mars pour lutter contre la pandémie de Covid-19, une mesure qui a donné un brusque coup d'arrêt à l'activité économique.

"Le coronavirus avait déjà frappé les gens de manière terrible. Maintenant le cyclone les a rendus indigents", explique Bhabotosh Kumar Mondal, un responsable municipal de Buri Goalini, l'une des villes les plus touchées au Bangladesh.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mai 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2020

AB Science SA a annoncé le report de son assemblée générale annuelle, habituellement organisée en juin, conformément aux ordonnances prises le 25 mars 2020 par le Gouvernement. Le groupe…

Publié le 22/05/2020

BIGBEN INTERACTIVELe spécialiste de l'édition de jeux vidéo, de la conception et de la distribution d'accessoires mobiles et de gaming dévoilera ses résultats annuels.source : AOF

Publié le 22/05/2020

AB Science reporte son assemblée générale annuelle...

Publié le 22/05/2020

Akwel a informé l'étude d'administrateurs judiciaires FHB ne pas être en mesure à ce jour de lever les conditions suspensives liées à son offre sur Novares. Le groupe a par ailleurs mentionné…

Publié le 22/05/2020

MND publie ses résultats semestriels au titre de l'exercice 2019/2020 qui sera clos le 30 juin 2020...