En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 415.76 PTS
-0.58 %
5 416.00
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 333.17
-0.58 %
DAX PTS
12 685.99
-0.63 %
Dowjones PTS
25 124.12
-0.30 %
7 371.77
-0.25 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

Toulouse: un émeutier condamné, pas de couvre-feu pour mineurs

| AFP | 310 | Aucun vote sur cette news
Des carcasses de voitures carbonisées à Toulouse le 18 avril 2018
Des carcasses de voitures carbonisées à Toulouse le 18 avril 2018 ( ERIC CABANIS / AFP )

Un premier émeutier toulousain a été condamné mercredi à six mois de prison, dont trois avec sursis alors que le quartier du Mirail vient de vivre trois nuits d'échauffourées entre jeunes et policiers.

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR) a toutefois estimé que le dialogue avec les habitants a porté ses fruits et ne va donc pas mettre en place mercredi soir un couvre-feu pour mineurs.

Le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné mercredi, dans le cadre d'une comparution immédiate, un jeune habitant du Mirail de nationalité hispano-marocaine à six mois de prison, dont trois avec sursis, sans mandat de dépôt.

Une condamnation moins sévère que les réquisitions du parquet, qui avait réclamé huit à douze mois de prison ferme avec délivrance d'un mandat de dépôt à l'audience.

C'est "une peine d'équilibre", a expliqué le président du tribunal Jean-Pierre Vergne à ce jeune homme de 18 ans poursuivi pour avoir jeté lundi soir une pierre sur un véhicule de police.

Le magistrat a notamment affirmé que compte tenu "du contexte" et de la gravité des violences exercées depuis trois jours sur les forces de l'ordre, sa peine comporte une part de prison ferme.

Le jeune émeutier était poursuivi pour "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique", "dégradations", et "participation à un groupement en vue de la préparation de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique".

Dans son réquisitoire, le procureur Patrice Michel s'est montré très virulent. "Notre société est en péril. Ce n'est pas normal, ce qui se passe", a-t-il affirmé, fustigeant les violences contre les pompiers et les policiers et "ces millions de dégâts", avec des dizaines de voitures et de containers poubelles incendiés.

-"Ca va être le 14 juillet"-

Des voitures calcinées sur un parking après une nuit d'échauffourées dans les quartiers du Mirail à Toulouse, le 18 avril 2018
Des voitures calcinées sur un parking après une nuit d'échauffourées dans les quartiers du Mirail à Toulouse, le 18 avril 2018 ( ERIC CABANIS / AFP )

Le président du tribunal a lu les messages d'appel à l’émeute qui circulaient depuis dimanche sur les réseaux sociaux: "Ce soir ça va être le 14 juillet. Rendez-vous à 19 heures. venez chargés de mortiers", a cité M. Vergne.

Ces appels faisaient suite à la mort samedi, probablement par suicide, d'un détenu originaire du Mirail et l'interpellation dimanche dans le quartier d'une femme en burqa, a rappelé le président.

Le jeune prévenu de 18 ans, en première année de CAP mécanique, a expliqué qu'il avait lancé une pierre sur les policiers "pour montrer que je suis un homme".

Il avait été interpellé lundi soir avec un mineur. Les deux émeutiers avaient été identifiés par les policiers d'une voiture de patrouille sur laquelle ils avaient jeté des projectiles.

Outre cette première condamnation, parmi les 18 interpellés lundi soir, le parquet de Toulouse a indiqué mercredi soir dans un communiqué que "dix autres individus sont présentés par le parquet de Toulouse au juge des libertés et de la détention en vue d'une comparution immédiate vendredi".

Le procureur ajoute que quatre mineurs sont également présentés mercredi au juge des enfants en vue de leur mise en examen. Le parquet a demandé le placement en détention provisoire pour l'un d'eux et le contrôle judiciaire pour les trois autres avec interdiction "de paraître dans le quartier du Mirail".

Un jeune homme a écopé d'une mesure de travail non rémunéré tandis que deux mineurs ont été remis en liberté.

La garde à vue de 6 autres personnes interpellées dans la nuit de mardi à mercredi a été prolongées.

Depuis dimanche, dans la nuit, des violences urbaines opposent forces de l'ordre à des jeunes à la suite d'une rumeur selon laquelle des gardiens de la prison de Seysses, au sud de Toulouse, seraient responsables du décès samedi d'un détenu, originaire du quartier.

Dans son communiqué le procureur de Toulouse a souligné que "les investigations se poursuivent dans le cadre de cette procédure" bien qu'une autopsie semble confirmer la mort par pendaison.

De son côté, la mairie de Toulouse a renoncé à prendre un arrêté de couvre-feu pour mineurs, le maire Jean-Luc Moudenc (LR) estimant que désormais la "situation est sous contrôle".

"Mais, au regard de la fragilité du contexte, je me réserve cette éventualité si la situation devait s'aggraver à nouveau. Je n’hésiterais pas, alors, à prendre mes responsabilités pour protéger les plus jeunes, instrumentalisés par des plus âgés", a-t-il conclu.

hj/cpy/ct

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 557 903 710 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…

Publié le 19/07/2018

FAURECIAL'équipementier automobile détaillera ses résultats semestriels avant le début des cotations.HERMESLe sellier de luxe publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre avant…

Publié le 19/07/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 557 903 710 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…

Publié le 19/07/2018

L'heure d'y revenir ?

Publié le 19/07/2018

Nous visons une accélération de la croissance sur l'exercice 2018/2019.