5 541.99 PTS
+0.28 %
5 547.5
+0.43 %
SBF 120 PTS
4 432.20
+0.27 %
DAX PTS
13 463.69
+0.22 %
Dowjones PTS
26 146.55
+0.29 %
6 889.35
+0.81 %
Nikkei PTS
23 816.33
+0.03 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tiers payant facultatif: la plupart des syndicats médicaux crient victoire

| AFP | 276 | Aucun vote sur cette news
Tiers payant facultatif : la plupart des syndicats de médecins crient victoire
Tiers payant facultatif : la plupart des syndicats de médecins crient victoire ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

La plupart des syndicats de médecins et de dentistes ont crié victoire lundi, après l'annonce de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de ne pas rendre obligatoire le tiers payant (dispense d'avance de frais) pour tous les patients.

Dimanche, Mme Buzyn a annoncé qu'en raison de "freins techniques", le tiers payant ne pourrait être généralisé à l'ensemble des patients au 1er décembre et qu'elle préférait rendre le dispositif "généralisable" c'est-à-dire facultatif. Elle s'appuie sur un rapport de l'Igas, publié lundi, qui juge "irréaliste" la généralisation à cette date.

La dispense d'avance de frais, déjà appliquée aux femmes enceintes, malades chroniques et certains patients les plus modestes depuis le 1er janvier 2017, devait être étendue au reste de la population en application de la loi Santé de 2016 portée par Marisol Touraine.

Le dispositif devait obliger l'ensemble des professionnels de santé à l'appliquer pour la part remboursée par l'assurance maladie, même si aucune sanction n'était prévue contre les récalcitrants.

Le premier syndicat de médecins libéraux, la CSMF, a salué "la mort du tiers payant généralisé" et rappelé qu'il "défend depuis toujours le tiers payant social pour les populations défavorisées" bénéficiant de la Couverture maladie universelle (CMU) ou de l'Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS), "et au-delà, laissé à l'appréciation du médecin".

La CSMF rappelle qu'elle "n’a eu de cesse de dénoncer le casse-tête administratif et bureaucratique engendré par un tel dispositif faisant du médecin un contrôleur au lieu d’un soignant et qui, au final, pénaliserait le patient".

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) estime lui aussi que l'annonce de la ministre confirme qu'il "avait raison depuis le début". Il juge que "le médecin doit pouvoir rester libre de pratiquer ou non la dispense d’avance de frais, excepté pour les patients en CMU et ACS (...)".

Le tiers payant par type de praticien
Le tiers payant par type de praticien ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Plus nuancé, le syndicat des jeunes généralistes, ReAGJIR, rappelle qu'il avait pris position "en faveur du tiers payant intégral pourvu que les freins soient levés et la faisabilité réalisable", lors du premier rapport de l'Igas sur le sujet en 2013.

"Nous constatons sur le terrain que la non pratique du tiers payant pose parfois problème (...). Quand nous envoyons certains patients chez des confrères qui ne pratiquent pas le tiers payant, les patients choisissent parfois de ne pas y aller, anticipant une dépense importante", écrit le syndicat.

"Dans une logique de lutte contre le renoncement aux soins, le tiers-payant nous semble être un très bon outil. Mais, le tiers-payant sera réellement utilisé s’il est facile à mettre en œuvre et qu’il fonctionne réellement de bout en bout", alors qu'il "existe encore beaucoup de freins, surtout sur la part complémentaire", déplore-t-il.

Pour sa part, la CNSD, syndicat des chirurgiens-dentistes, "se félicite que la ministre décide de revenir sur ce dispositif, et salue le bon sens dont elle fait preuve, ce que par dogmatisme son prédécesseur (Marisol Touraine nldr) n’a jamais accepté d’envisager".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2018

Pour la saison estivale, il est un peu trop tôt pour évaluer les perspectives de réservations...

Publié le 22/01/2018

Oeneo a accéléré sa croissance au troisième trimestre 2017-2018 pour atteindre un chiffre d'affaires de 61,5 millions d'euros, en hausse de 11,8% (+12,7% à taux de change constants). Après 9…

Publié le 22/01/2018

      EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356       MISE A…

Publié le 22/01/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 22/01/2018

Prismaflex a fait état d’un chiffre d’affaires de 15,50 millions d’euros au titre du troisième trimestre de son exercice 2017/2018 (clos à fin décembre). Ce chiffre laisse apparaître une…

CONTENUS SPONSORISÉS