5 131.86 PTS
+0.87 %
5 137.50
+0.14 %
SBF 120 PTS
4 102.36
+0.83 %
DAX PTS
12 229.34
+0.00 %
Dowjones PTS
21 899.89
+0.90 %
5 873.33
+1.50 %
Nikkei PTS
19 516.47
+0.68 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Washington rassure ses partenaires sur la Syrie

| AFP | 247 | 4 par 1 internautes
Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel préside une réunion avec ses homologues du G20, le 17 février 2017 à Bonn
Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel préside une réunion avec ses homologues du G20, le 17 février 2017 à Bonn ( Sascha Schuermann / AFP )

Les alliés de Washington, dans l'expectative sur le cap de la diplomatie américaine, se sont dits rassurés vendredi sur le dossier syrien, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson soutenant selon eux des négociations de paix dans le cadre de l'ONU.

Pour la première fois depuis l'entrée en fonctions de l'administration Trump, les pays occidentaux et arabes appuyant l'opposition syrienne se sont réunis vendredi à Bonn en marge d'un G20.

Une rencontre qui intervient quelques jours avant la reprise jeudi à Genève de pourparlers de paix entre le régime de Damas et l'opposition.

A l'issue de la rencontre, Berlin et Paris ont manifesté leur soulagement: "Il est apparu clairement que nous voulons dans tous les cas une solution politique dans le cadre de l'ONU", a déclaré le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, hôte de la réunion du G20.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel (4e G) face à ses homologues, l'Américain Rex Tillerson (D) et le Turc Mevlut Cavusoglu (2e D) lors de la réunion sur la Syrie, le 17 février 2017 à Bonn
Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel (4e G) face à ses homologues, l'Américain Rex Tillerson (D) et le Turc Mevlut Cavusoglu (2e D) lors de la réunion sur la Syrie, le 17 février 2017 à Bonn ( Brendan Smialowski / AFP )

Selon une source occidentale, M. Tillerson a été très clair sur la nécessité d'envoyer des messages aux Russes: "Il nous a expliqué qu'il n'y aurait pas de coopération militaire avec les Russes tant qu'ils ne se distancieraient pas de la position de Damas au sujet de l'opposition".

Le régime considère comme "terroristes" tous les groupes armés de l'opposition.

- 'Tous d'accord' -

"C'est important et nécessaire qu'il y ait un dialogue étroit avec les Etats-Unis sur cette question syrienne (...) nous avons vérifié ce matin que nous étions tous bien d'accord", a estimé de son côté le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.

Le ministre turc des Affaires étrangères,  Mevlut Cavusoglu, et son homologue français, Jean-Marc Ayrault, le 17 février 2017 à Bonn
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et son homologue français, Jean-Marc Ayrault, le 17 février 2017 à Bonn ( Sascha Schuermann / AFP )

Les pourparlers de Genève sur un règlement politique au conflit qui ravage la Syrie depuis six ans se sont tenus en 2016.

Mais trois sessions de négociations n'ont jamais permis d'avancer en raison du fossé immense entre les belligérants sur les contours de la transition politique dans le pays et le sort du président Bachar al-Assad.

En parallèle, la Russie, alliée de Damas, a pris la main diplomatique sur le dossier syrien suite à la défaite des forces rebelles à Alep et a engagé des tractations à Astana au Kazakhstan aux côtés de l'Iran et de la Turquie. Elles sont axées jusqu'ici sur le maintien du cessez-le-feu et la situation humanitaire en Syrie.

Le souci des Occidentaux est d'éviter le risque qu'elles ne remplacent celles sous l'égide de l'ONU.

Les discussions d'Astana "c'est bien, mais cela doit déboucher sur un processus politique à Genève, sur les question de la Constitution, du gouvernement et des élections" en Syrie, a dit Sigmar Gabriel à la presse au terme du G20 de deux jours.

- Appel à la Chine -

Outre la Syrie, M. Tillerson avait tenu la veille des propos fermes sur la Russie, notamment sur le maintien des sanctions tant que les accords de paix ne seraient pas mis en œuvre en Ukraine. Des déclarations qui ont rassuré ses partenaires alors que la Maison Blanche à Washington est plongée dans la cacophonie.

La délégation chinoise prépare une rencontre entre le secrétaire d'Etat américain et le ministre chinois des Affaires étrangères, lors du G20 le 17 février 2017 à Bonn
La délégation chinoise prépare une rencontre entre le secrétaire d'Etat américain et le ministre chinois des Affaires étrangères, lors du G20 le 17 février 2017 à Bonn ( Brendan Smialowski / AFP )

La journée de vendredi a également été l'occasion pour M. Tillerson de rencontrer pour la première fois son homologue chinois Wang Yi, dans un contexte tendu entre les deux pays.

Il l'a appelé à œuvrer "par tous les moyens" pour "modérer l'attitude déstabilisante de la Corée du Nord", après un nouveau tir de missile dimanche.

La veille, le secrétaire d'Etat américain avait déjà assuré que son pays était "déterminé" à défendre la Corée du Sud et le Japon, y compris avec le recours à la dissuasion nucléaire, face à Pyongyang.

Le missile balistique Pukguksong-2, testé par la Corée du Nord, a parcouru environ 500 kilomètres avant de retomber dans la mer du Japon.

Après le G20, l'attention diplomatique se porte sur Munich, où se tient jusqu'à dimanche la Conférence sur la Sécurité, grand rendez-vous annuel du gotha mondial de la défense.

Le vice-président américain Mike Pence doit tenter samedi d’y rassurer les Européens sur le lien transatlantique.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/08/2017

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 681 286,50 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 22/08/2017

  BURELLE SA Société anonyme au capital de 27 799 725  euros Siège social : 19, boulevard  Jules Carteret - 69007 LYON R.C.S. : Lyon 785 386 319   Direction…

Publié le 22/08/2017

  Information mensuelle relative au nombre total des droits de vote et d'actions composant le capital social   (Article 223-16 du Règlement Général de l'Autorité…

Publié le 22/08/2017

Adomos confirme des résultats en forte progression

Publié le 22/08/2017

Custom Solutions annonce une nouvelle étape significative dans sa transformation digitale avec la signature d'un accord pour se porter acquéreur de...

CONTENUS SPONSORISÉS