En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.64 %

Syrie: libérée du joug de l'EI, Raqa va être remise à une autorité civile

| AFP | 580 | Aucun vote sur cette news
Des combattantes des Forces démocratiques syrienne (SDF) dans le centre de Raqa le 19 octobre 2017
Des combattantes des Forces démocratiques syrienne (SDF) dans le centre de Raqa le 19 octobre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

A peine libérée du joug du groupe Etat islamique (EI), Raqa pourrait repasser dès vendredi sous autorité civile, alors que les forces pro-américaines en Syrie se préparent déjà à rejoindre un autre front contre l'organisation jihadiste.

"Certaines forces se sont retirées, d'autres resteront à Raqa jusqu'à la fin des opérations de ratissage. Après, la ville sera remise au Conseil civil", a indiqué jeudi Rojda Felat, commandante au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS) et "star" de la bataille pour la reprise de ce qui était depuis 2014 la capitale syrienne de l'EI.

A l'intérieur de Raqa, d'où les jihadistes ont été officiellement chassés mardi, la plupart des positions jusque-là tenues par l'alliance arabo-kurde des FDS ont de fait été abandonnées, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des combattantes des Forces démocratiques syrienne (SDF) dans le centre de Raqa le 19 octobre 2017
Des combattantes des Forces démocratiques syrienne (SDF) dans le centre de Raqa le 19 octobre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

La gestion de la ville pourrait être confiée dès vendredi au Conseil civil de Raqa, créé par des dignitaires locaux il y a six mois, sous la houlette des FDS. Ce conseil s'est déjà penché sur les plans de reconstruction, et il devra notamment rétablir les services de base et l'infrastructure désormais manquante dans cette ville fantôme.

Si les combats sont terminés, après une bataille de plus de quatre mois, et grâce au soutien des bombardements intenses de la coalition internationale dirigée par Washington, les opérations de ratissage, de déminage et de recherche d'éventuelles cellules dormantes vont elles se poursuivre.

- De 33% à 10% de la Syrie -

"Il y a encore des corps à l'hôpital que nous n'avons pas évacués, à cause des mines", a ainsi expliqué à l'AFP Clara Raqa, une autre commandante kurde.

Selon un porte-parole des FDS, Talal Sello, aucune nouvelle cachette de jihadistes n'a été découverte jusqu'à présent, mais les interrogatoires de ceux qui ont été capturés ou ceux qui se sont rendus sont toujours en cours. "Les renseignements des FDS les interrogent, y compris les (jihadistes) étrangers", a-t-il indiqué à l'AFP jeudi.

Pour les combattants des FDS, le prochain objectif est toujours l'EI, mais dans la province voisine: "Après la fin des opérations militaires, une grande partie des FDS ont quitté Raqa pour d'autres régions, dont Deir Ezzor (Est)", a ainsi précisé à l'AFP Mustefa Bali, porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les FDS.

C'est dans cette province, voisine de celle de Raqa (Nord), qu'au moins 16 civils, dont 7 enfants, ont péri jeudi au cours de frappes aériennes russes, "alors qu'ils tentaient de traverser le fleuve de l'Euphrate près de la ville de Boukamal", a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province de Deir Ezzor, l'EI est la cible de deux offensives antijihadistes distinctes: l'une menée par l'armée syrienne soutenue par la Russie, l'autre par les FDS appuyée par les Etats-Unis.

Avec la perte de Raqa, qualifiée jeudi d'"importante étape" par le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, l'EI ne contrôle plus que 10% du territoire syrien --contre 33% en début d'année--, dont plus de la moitié de la province de Deir Ezzor.

L'EI avait pris le contrôle en 2014 de Raqa, ville à majorité arabe, et la cité était alors devenue tristement célèbre pour les atrocités commises par les jihadistes ainsi que comme centre présumé de planification des attentats de l'EI en Europe.

Sa perte est un revers majeur pour l'organisation qui avait autoproclamé un "califat", à cheval sur la Syrie et l'Irak. Elle intervient après que l'EI a été aussi chassé en juillet de Mossoul, la ville irakienne qui était leur autre principal fief urbain.

Dans les rues désertes de la ville jeudi, les couvertures qui avaient été accrochées aux fenêtres pour se protéger des tireurs embusqués volaient sous l'effet du vent.

- Öcalan place al-Naïm -

Quelques chats et chiens squelettiques se faufilaient à travers les gravats de la ville, à 80% inhabitable d'après un rapport de l'ONU le mois dernier.

Et sur la place al-Naïm, des combattantes kurdes des Unités de protection de la femme -- Les YPJ équivalent féminin des YPG -- ont tenu un point presse pour célébrer leur participation dans la capture de la cité.

A l'instar de Rojda Felat, certains commandants de la bataille étaient des femmes, ce dont s'enorgueillissent les forces kurdes, au vu notamment de l'oppression subie par les femmes du temps de l'EI: "Raqa a été libérée par la volonté de femmes", ont-elles affirmé dans un communiqué.

Des drapeaux des FDS flottaient sur la place, où les jihadistes avaient par le passé exposé des têtes décapitées de leurs ennemis.

Au milieu, trônait un grand drapeau jaune sur lequel a été apposée une photo d'Abdullah Öcalan, chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), emprisonné depuis 1999 en Turquie.

Il est adulé par beaucoup au sein des YPG, considérés par Ankara comme la branche syrienne du PKK et donc comme "organisation terroriste".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…