En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 089.71 PTS
+0.41 %
5 097.00
+0.56 %
SBF 120 PTS
4 078.72
+0.59 %
DAX PTS
11 484.48
+0.63 %
Dowjones PTS
25 080.50
-0.81 %
6 769.87
+0.00 %
1.134
+0.21 %

Syrie: pourparlers de la dernière chance pour éviter l'offensive d'Idleb

| AFP | 346 | Aucun vote sur cette news
Un convpoi de forces turques sur une autoroute près de Saraqeb dans la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), menacée d'une offensive du régime, le 29 août 2018
Un convpoi de forces turques sur une autoroute près de Saraqeb dans la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), menacée d'une offensive du régime, le 29 août 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Des pourparlers de la dernière chance sont en cours depuis plusieurs jours pour tenter d'éviter un assaut du régime sur Idleb, ultime grand bastion rebelle en Syrie, qui pourrait selon l'ONU provoquer une nouvelle catastrophe humanitaire.

Depuis des semaines, le régime amasse des renforts aux abords d'Idleb, région frontalière de la Turquie, avant une probable offensive qui s'annonce comme l'ultime bataille d'envergure dans le conflit qui déchire le pays depuis 2011.

Car Idleb est le dernier grand fief insurgé où ont été envoyés des milliers de rebelles et de jihadistes, à mesure que le régime de Bachar al-Assad, aidé par la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais, reprenait près des deux-tiers du territoire.

La province est contrôlée à 60% par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, groupe dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, ainsi que par des factions rebelles, et les deux camps se livrent à des luttes intestines.

Des troupes turques sont aussi stationnées dans la zone et la Turquie, parrain de certains groupes rebelles, ne veut pas d'assaut, de crainte d'un nouvel afflux de réfugiés vers sa frontière.

Mais la Russie "exige une dissolution de HTS pour éviter une offensive d'envergure" à Idleb, a affirmé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des discussions indirectes sont en cours entre la Turquie et HTS", a-t-il ajouté, précisant que le lancement d'une offensive dépendrait "de l'échec ou du succès des pourparlers".

- "Liquider cet abcès" -

Aucune confirmation de ces discussions n'a pu être obtenue de source turque ou indépendante. Mais le régime et son allié russe ont réitéré jeudi leur détermination à en finir avec HTS.

En visite à Moscou, le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a rappelé la volonté du régime à "libérer tout le territoire syrien", malgré la menace d'une "agression" occidentale menée par Washington et ses alliés.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont récemment averti le président Assad qu'ils ne laisseraient pas impunie toute utilisation d'armes chimiques par le régime, en cas d'offensive à Idleb.

"Quoi qu'ils fassent, la décision du commandement syrien, c'est la lutte contre le Front al-Nosra à Idleb, quels que soit les sacrifices", a martelé le ministre syrien, utilisant l'ancien nom de l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

Un avis partagé par son homologue russe Sergueï Lavrov: "Il reste encore la tâche de liquider les foyers restants du terrorisme, avant tout, dans la zone de désescalade d'Idleb", a-t-il martelé.

Dans de récentes déclarations publiques, HTS avait réfuté toute dissolution, mais laissé la porte ouverte à une solution négociée.

"Une dissolution de HTS, si elle devait se produire, est une affaire interne qui doit être discutée par le Conseil consultatif du groupe et non dictée par des parties locales ou étrangères", a affirmé le groupe, en disant qu'il tentait de "trouver une solution" qui protégerait les habitants d'Idleb.

Mais l'influence de la Turquie sur HTS est limitée. "Les rapports de la Turquie avec HTS sont compliqués", indique Elizabeth Teoman, analyste à l'Institute for study of war (ISW), en évoquant une forme de "coopération" marquée par de "l'animosité".

Des combattants syriens participent à des exercices militaires dans un camp d'entraînement du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham dans une région de la province syrienne d'Idleb, menacée d'une offensive du régime, le 14 août 2017
Des combattants syriens participent à des exercices militaires dans un camp d'entraînement du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham dans une région de la province syrienne d'Idleb, menacée d'une offensive du régime, le 14 août 2017 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Entretemps, la Turquie a renforcé ses 12 postes d'observation dans la province d'Idleb, alors que la Russie a consolidé sa présence militaire au large de la Syrie, disposant désormais du plus gros contingent naval depuis le début du conflit.

Le régime a déjà repris des villages à la périphérie sud-est d'Idleb à la faveur d'une opération menée fin 2017.

- "Catastrophe humanitaire" -

Dans ce contexte, le président turc Recep Tayyip Erdogan a reçu mercredi le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif pour parler entre autres de la Syrie, alors que le sort d'Idleb inquiète l'ONU et les Occidentaux également.

Des enfants dans un camp de déplacés dans la province syrienne d'Idleb, près de la frontière turque, le 26 août 2018
Des enfants dans un camp de déplacés dans la province syrienne d'Idleb, près de la frontière turque, le 26 août 2018 ( Aaref WATAD / AFP )

Une offensive contre Idleb pourrait faire jusqu'à 800.000 déplacés parmi les civils qui vivent déjà dans des conditions précaires, a averti l'ONU. Et le patron de l'ONU Antonio Guterres a mis en garde contre "les risques croissants d'une catastrophe humanitaire".

La province d'Idleb et les zones insurgées adjacentes accueillent quelque trois millions de personnes, dont la moitié sont des déplacés ayant fui les combats ailleurs en Syrie où la guerre complexe aux multiples acteurs locaux, régionaux et internationaux, a fait plus de 350.000 morts en plus de sept ans.

En outre, les craintes d'une nouvelle attaque chimique ont été brandies; les Occidentaux ont mis en garde contre toute attaque du genre par le régime. Les Russes, eux, ont accusé les Occidentaux de "réchauffer activement" le thème d'une "soit-disant attaque chimique" qui sera imputée au régime.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

Le CAC40 gagne du terrain en début de séance et retrouve les 5...

Publié le 15/11/2018

Lexibook a accusé au premier semestre de son exercice 2018/2019 une perte nette de 553 700 euros contre une perte de 81 500 euros au 30 septembre 2017. La perte d'exploitation est ressortie à 481…

Publié le 15/11/2018

Les revenus locatifs de Cegereal ont progressé de 1,03% au 30 septembre, pour s’élever à 39,2 millions d’euros. Le taux d'occupation a progressé de 3,3 points, à 92,9%. Après avoir…

Publié le 15/11/2018

Bouygues s'adjuge 4% à 33,8 euros dans les premiers échanges, les opérateurs saluant la publication de bonne facture du conglomérat...

Publié le 15/11/2018

Le gouvernement de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud a confié à Lendlease Samsung Bouygues Joint-Venture (LSBJV), composée de Lendlease Engineering,...