En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 949.59 PTS
-0.72 %
4 948.5
-0.43 %
SBF 120 PTS
3 977.96
+0.00 %
DAX PTS
11 244.54
-
Dowjones PTS
25 017.44
-1.56 %
6 642.92
+0.00 %
1.147
+0.12 %

Syrie: les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb

| AFP | 305 | Aucun vote sur cette news
Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018
Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Le principal groupe jihadiste à Idleb a ignoré le délai pour son retrait d'une future zone tampon dans cette province de la Syrie en guerre, jetant un doute lundi sur un accord censé prévenir un nouveau bain de sang.

L'accord a été conclu le 17 septembre par la Turquie, soutien des rebelles, et la Russie, alliée du régime Bachar al-Assad, pour éviter une offensive de l'armée contre cet ultime grand fief insurgé et jihadiste du pays, qui risquerait selon l'ONU de provoquer une "catastrophe humanitaire".

L'accord prévoit une "zone démilitarisée" pour séparer les territoires du régime de ceux tenus par les rebelles et jihadistes. Une première échéance sur le retrait de toutes les armes lourdes de secteurs qui doivent former cette zone avant le 10 octobre, a été respectée. Mais celle du retrait des jihadistes de ces mêmes secteurs avant le 15 octobre ne l'a pas été.

"Les jihadistes ne se sont retirés d'aucun secteur de la zone démilitarisée" qui comprend, outre des secteurs d'Idleb, des parties des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié, a indiqué lundi à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), issu de l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda et qui contrôle la majorité de la province d'Idleb (nord-ouest), a promis de poursuivre le combat, à quelques heures de l'expiration du délai pour son retrait.

"Nous n'abandonnerons pas le choix du jihad et du combat pour réaliser les objectifs de notre révolution bénie, en premier lieu faire tomber le régime criminel", a écrit le groupe. "Nous n'abandonnerons pas nos armes".

Un rebelle syrien au milieu de destructions dans le secteur d'al-Rachidine dans l'ouest de la province d'Alep près de la province d'Idleb, dans le nord de la Syrie, le 15 octobre 2018
Un rebelle syrien au milieu de destructions dans le secteur d'al-Rachidine dans l'ouest de la province d'Alep près de la province d'Idleb, dans le nord de la Syrie, le 15 octobre 2018 ( Aaref WATAD / AFP )

"HTS joue avec le feu", souligne Nicolas Heras, chercheur au Center for a New American Security. Initialement, dit-il, la Turquie ne voulait pas de bataille contre le groupe jihadiste, mais pour "préserver l'accord" avec Moscou, elle pourrait lancer une offensive contre HTS.

- "Donner du temps" -

HTS n'a pas dit clairement s'il rejetait l'accord russo-turc, alors qu'il avait retiré ses armes lourdes de la future zone tampon en application de ce texte selon l'OSDH.

Dans une référence implicite à la Turquie, le groupe a indiqué qu'il "appréciait les efforts de tous ceux qui luttent à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie pour (...) empêcher des massacres".

HTS ainsi que d'autres groupes jihadistes contrôlent plus des deux tiers de la future zone tampon.

Des Syriens font leurs emplettes dans un magasin de la ville de Binnish contrôlée par les rebelles dans la province d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, le 15 octobre 2018
Des Syriens font leurs emplettes dans un magasin de la ville de Binnish contrôlée par les rebelles dans la province d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, le 15 octobre 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a lui affirmé que son pays avait besoin de "temps" pour vérifier la mise en oeuvre de l'accord, après avoir déclaré précédemment que celui-ci pourrait prendre jusqu'à décembre pour être exécuté.

"Le 15 octobre est un test" de la volonté et de la capacité turques ainsi que "des intentions de la Russie" à appliquer l'accord et à s'en tenir davantage à "l'esprit" qu'à la "lettre", selon Sam Heller, analyste à l'International Crisis Group.

- Inquiétudes -

La semaine dernière, Moscou a semblé dire qu'elle pourrait accepter un bref retard dans l'application de l'accord. Son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait ainsi déclaré qu'un retard d'un ou deux jours dans la mise en place de la zone tampon ne ferait aucune différence.

Pour Haid Haid, chercheur au King's college à Londres, "même si l'accord n'est pas pleinement appliqué aujourd'hui, cela ne veut pas dire qu'il ne tiendra pas".

Le régime Assad, qui a repris plus de la moitié du pays avec l'aide militaire cruciale de la Russie, se dit déterminé à reconquérir la totalité du territoire.

La semaine dernière, des habitants autour d'Idleb avaient reçu des messages d'avertissement sur leurs téléphones portables envoyés par l'armée syrienne. "Eloignez-vous des combattants. Leur destin est scellé", disait l'un des messages.

Le risque d'un effondrement de l'accord russo-turc a ravivé les craintes parmi la population et des ONG locales qui ont exprimé leur inquiétude face à "une résurgence de la spirale de violences".

"En tant que citoyen civil, je soutiens cet accord car il a réduit le pilonnage de la région, c'est pour nous l'élément le plus important", a dit à l'AFP Ezzedine, un habitant d'Idleb, exprimant lui aussi sa crainte d'un échec de l'accord et d'un retour aux combats.

La poche d'Idleb, dernier bastion insurgé
La poche d'Idleb, dernier bastion insurgé ( Sophie RAMIS / AFP )

L'entente Ankara-Moscou est la dernière en date d'une série d'accords de trêve conclus au cours des sept années de guerre en Syrie, qui ont fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

OSE Immunotherapeutics a annoncé que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) et le Comité de Protection des Personnes (CPP) ont donné leur autorisation pour démarrer un nouvel essai…

Publié le 20/11/2018

Par courriers reçus le 19 novembre 2018 par l'AMF, la société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius Biocapital Holdings, agissant pour le compte...

Publié le 20/11/2018

DBV Technologies a présenté au Congrès Scientifique Annuel 2018 de l'American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI) du 15 au 19 novembre 2018 à Seattle, des données relatives à…

Publié le 20/11/2018

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, annonce l'obtention du marquage CE pour la solution Jazz Cap System,…

Publié le 20/11/2018

Wallix lance une campagne de recrutement portant sur une cinquantaine de postes. Pour cela, l’éditeur de logiciels de cybersécurité a nommé Delphine Schoffler au poste de Directrice des…