En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 005.70 PTS
-0.94 %
4 999.00
-1.01 %
SBF 120 PTS
4 004.15
-1.12 %
DAX PTS
11 335.17
-1.64 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.148
+0.11 %

Syrie: les jihadistes face à une nouvelle échéance clé à Idleb

| AFP | 238 | 5 par 1 internautes
Des combattants rebelles syriens manoeuvrent un char après le retrait des armes lourdes de ce type de la future
Des combattants rebelles syriens manoeuvrent un char après le retrait des armes lourdes de ce type de la future "zone démilitarisée" prévue par un accord russo-turc, dans la province syrienne d'Idleb, le 9 octobre 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Une zone tampon prévue dans la province d'Idleb en Syrie a été vidée des armes lourdes des groupes rebelles et jihadistes, a indiqué la Turquie mercredi mais le plus dur reste à faire avec le retrait avant lundi des jihadistes.

Le 17 septembre, la Turquie, soutien des rebelles, et la Russie, alliée du président Bachar al-Assad, ont conclu un accord pour éviter un assaut du régime syrien contre Idleb, dernier grand bastion insurgé et jihadiste en Syrie, pays en guerre depuis 2011.

L'organisation jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), dominée par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, contrôle 60% de cette province du nord-ouest frontalière de la Turquie. Des groupes rebelles y sont également présents de même que des soldats turcs. Le régime a repris il y a des mois de nombreux villages de la province.

L'accord russo-turc prévoyait le retrait avant mercredi par les insurgés et les jihadistes des armes lourdes des secteurs qui feront partie d'une future "zone démilitarisée" de 15 à 20 km de large qui devra séparer les territoires insurgés de ceux contrôlés par le régime.

Rebelles et jihadistes ont respecté ce délai.

"La Turquie a rempli ses responsabilités en tant que pays garant", a affirmé mercredi le ministère turc de la Défense. "Dans ce cadre, (...) le retrait des armes lourdes dans la zone démilitarisée d'Idleb s'est achevé le 10 octobre".

"Aucune arme lourde n'est désormais visible dans la zone tampon", a confirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Il n'a toutefois pas pu confirmer que ces armes avaient bien été retirées d'une des portions de la zone tampon, contrôlée par les jihadistes, située dans le nord de la province de Lattaquié.

Elles pourraient avoir été déplacées "dans des tranchées et des endroits secrets", selon M. Abdel Rahmane.

Le Front national de libération (FNL), une coalition rebelle soutenue par Ankara, a affirmé avoir retiré toutes ses armes lourdes lundi.

Selon des journalistes de l'AFP sur place, des armes lourdes, dont des chars et des canons d'artillerie, ont été retirés de la zone et transportés ailleurs à Idleb.

- "Tâche difficile"-

Le premier délai de l'accord respecté, les experts estiment que la deuxième échéance est plus difficile à exécuter.

Des combattants du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham s'entraînent dans la province d'Idleb, dernier bastion insurgé dans le nord de la Syrie, le 14 août 2018
Des combattants du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham s'entraînent dans la province d'Idleb, dernier bastion insurgé dans le nord de la Syrie, le 14 août 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP/Archives )

Le texte stipule un départ d'ici lundi 15 octobre de tous les jihadistes de la future zone tampon, notamment ceux de HTS qui n'ont pas réagi à l'accord.

A cinq jours de la date butoir, les combattants de HTS et d'autres groupes jihadistes n'ont néanmoins montré aucun signe d'un éventuel départ.

Selon Haid Haid, un analyste au groupe de réflexion britannique Chatham House, le retrait des armes lourdes constituait l'étape la plus facile de l'accord.

"La tâche la plus difficile sera le retrait des forces (jihadistes) de la région", explique-t-il.

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem s'est lui dit confiant dans la capacité de la Turquie de remplir sa part de l'accord "du fait de sa connaissance des factions" insurgées.

Les jihadistes de HTS ainsi que du Parti islamique du Turkestan (TIP) et de Houras al-Din contrôlent plus des deux tiers de la future zone tampon.

Pendant des années, de nombreux jihadistes se sont battus en Syrie et souhaitent conserver leur influence dans Idleb.

"HTS mise sur le long terme à Idleb", estime Nicolas Heras, chercheur au Center for a New American Security. Il considère que "la Turquie lui permettra de continuer à opérer dans le nord-ouest syrien tant qu'il fera profil bas".

Si HTS ne contrarie pas la Turquie, "il aura une occasion en or de s'enraciner à Idleb", poursuit-il.

- "Geler la guerre" -

Ces dernières semaines, la Turquie a envoyé des convois militaires dans la province d'Idleb et ses soldats sont censés patrouiller dans la future "zone démilitarisée".

Selon M. Heras, la Russie a cherché à confier à la Turquie la difficile mission de traiter avec les groupes jihadistes dans la région.

"Les Russes veulent 'geler' la guerre dans l'ouest de la Syrie et s'attaquer à la reconstruction des zones sous le contrôle d'Assad", dit-il.

La poche d'Idleb, dernier bastion insurgé
La poche d'Idleb, dernier bastion insurgé ( Sophie RAMIS / AFP )

Depuis l'intervention militaire russe dans le conflit en septembre 2015, les forces du régime ont enchaîné les victoires et contrôlent désormais la majeure partie du territoire. Elles s'apprêtaient à une ultime offensive contre Idleb avant la conclusion de l'accord russo-turc.

"Assad voudrait reconquérir Idleb, mais pour le moment, il n'a pas de meilleure option que cet accord", souligne M. Heras.

Déclenchée en mars 2011 par la répression brutale de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a tué plus de 360.000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/10/2018

La Bourse de Paris toujours en nette baisse à mi-séance ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris continuait à perdre nettement du terrain (-1,20%) mardi à la mi-journée, après…

Publié le 23/10/2018

Eurofins Scientific gagne désormais 3,4% à 417,8 euros, dans un volume toutefois assez limité...

Publié le 23/10/2018

Le président turc Tayyip Erdogan s'exprime devant des membres de son parti (AKP) au Parlement à Ankara, le 16 octobre 2018 ( ADEM ALTAN / AFP/Archives )Le président turc Recep Tayyip Erdogan a…

Publié le 23/10/2018

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, lors d'un débat sur la taxe sur le numérique au Parlement européen à Strasbourg, le 23 octobre 2018 ( FREDERICK FLORIN / AFP )Le ministre de…

Publié le 23/10/2018

L'ancien secrétaire d'Etat à la fonction publique Georges Tron (D) à l'ouverture de son procès à Bobigny le 23 octobre 2018 ( Thomas SAMSON / AFP )Après un faux départ l'an dernier,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Eurofins Scientific gagne désormais 3,4% à 417,8 euros, dans un volume toutefois assez limité...

Publié le 23/10/2018

Orange Business Services et Telespazio, société commune de Leonardo et Thales, annoncent s’unir pour fournir des services de télécommunication par satellite au Ministère des Armées. Les deux…

Publié le 23/10/2018

Harley Davidson vient de publier des résultats supérieurs aux attentes au titre de son troisième trimestre 2018. Ainsi, l’iconique constructeur américain de motos a enregistré sur la période…

Publié le 23/10/2018

Un des points faibles historiques d’Atos est revenu le hanter pour la deuxième publication consécutive : la faiblesse de sa croissance organique. Déjà décevante au premier semestre, elle…

Publié le 23/10/2018

Innate Pharma a annoncé la signature d'un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules...