En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 887.80 PTS
-0.54 %
5 893.00
-0.46 %
SBF 120 PTS
4 633.54
-0.53 %
DAX PTS
13 176.48
-0.81 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0. %
1.101
+0.03 %

Syrie: les Kurdes s'allient à Damas face à l'avancée des forces turques

| AFP | 837 | 4.50 par 2 internautes
Un combattant syrien proturc à Tal Abyad au nord de la Syrie, le 13 octobre 2019
Un combattant syrien proturc à Tal Abyad au nord de la Syrie, le 13 octobre 2019 ( Bakr ALKASEM / AFP )

Les Kurdes de Syrie, lâchés par Washington, ont annoncé dimanche soir avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l'armée syrienne dans le nord du pays, afin de s'opposer à l'avancée rapide des troupes turques et de leurs alliés.

L'offensive de la Turquie, lancée il y a cinq jours à la faveur d'un retrait américain et malgré de vives critiques internationales, vise à instaurer une "zone de sécurité" de 32 km de profondeur pour séparer sa frontière des territoires contrôlés par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde qualifiée de "terroriste" par Ankara.

Cette "zone" serait susceptible d'accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens actuellement réfugiés en Turquie, un des nombreuses conséquences du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.

Offensive turque en Syrie
Offensive turque en Syrie ( / AFP )

Dimanche, le régime de Bachar al-Assad, qui entretient des rapports tendus avec la minorité kurde mais a dénoncé l'opération d'Ankara, a annoncé l'envoi de troupes dans le nord pour "affronter" l'"agression" turque.

Peu après, les Kurdes, qui ont instauré ces dernières années une autonomie de facto sur de vastes régions du nord et du nord-est syrien, ont dit avoir conclu un accord avec Damas pour un déploiement de l'armée syrienne près de la frontière "en soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS)", dominées par les YPG.

Partenaires de longue date des Occidentaux dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), les FDS ont accusé l'Amérique de Donald Trump de les avoir abandonnées en retirant lundi dernier des soldats de zones frontalières puis en annonçant ce dimanche le retrait de près de 1.000 soldats du nord syrien.

Photo prise depuis la ville turque Ceylanpinar montrant de la fumée s'élever au-dessus de la ville syrienne Ras al-Aïn, le 13 octobre 2019
Photo prise depuis la ville turque Ceylanpinar montrant de la fumée s'élever au-dessus de la ville syrienne Ras al-Aïn, le 13 octobre 2019 ( Ozan KOSE / AFP )

L'offensive d'Ankara devait d'abord se concentrer sur une bande de territoire frontalière, entre les villes de Tal Abyad et Ras al-Aïn, distantes d'environ 120 km.

Dimanche, les forces turques ont conquis Tal Abyad, selon l'agence turque Anadolu et une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ras al-Aïn échappe encore aux forces turques, mais celles-ci se sont emparées de 40 villages depuis mercredi et "ont conquis toute la région frontalière, de Tal Abyad jusqu'à l'ouest de Ras al-Aïn", selon l'ONG.

"Retrait délibéré"

Les combats et les bombardements turcs ou de leurs supplétifs ont été violents dimanche, tuant au moins 26 civils selon l'OSDH.

Parmi ces victimes, au moins dix ont péri dans un raid de l'aviation turque à Ras al-Aïn contre un convoi comprenant des journalistes, selon l'OSDH. L'ONG a rapporté la mort "d'un journaliste", sans être en mesure de donner son identité. L'agence locale kurde Anha a ensuite rapporté la mort de son correspondant.

La ville de Tal Abyad dans le nord de la Syrie, le 12 octobre 2019
La ville de Tal Abyad dans le nord de la Syrie, le 12 octobre 2019 ( Bakr ALKASEM / AFP )

Donald Trump a ordonné "un retrait délibéré des forces américaines" du nord syrien, a déclaré le chef du Pentagone Mark Esper, qui a évoqué "moins" de 1.000 soldats concernés. "Nous n'avons pas abandonné les Kurdes", s'est-il défendu.

Depuis mercredi, 104 combattants kurdes et plus de 60 civils ont été tués dans les violences, selon un dernier bilan de l'OSDH. Plus de 130.000 personnes ont été déplacées d'après l'ONU.

La Turquie a annoncé la mort de quatre soldats en Syrie et de 18 civils dans la chute de roquettes kurdes sur des villes frontalières turques.

Le président Recep Tayyip Erdogan a répété dimanche sa détermination à poursuivre l'offensive.

"Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent", a-t-il dit après que Berlin et Paris ont annoncé la suspension des ventes d'armes qui pourraient être utilisées contre les forces kurdes. Rome a ensuite demandé un "moratoire" européen sur ces ventes.

"Compromis douloureux"

Pour justifier l'accord entre les Kurdes et Damas, le haut commandant des FDS Mazloum Abdi a déclaré sur Foreign Policy que le régime syrien et son allié russe avaient "fait des propositions qui pourraient sauver la vie de millions de personnes".

Déplacés dans le nord-est de la Syrie
Déplacés dans le nord-est de la Syrie ( John SAEKI / AFP )

"Nous savons que nous devrons faire des compromis douloureux", mais "entre les compromis et le génocide de notre peuple, nous choisirons la vie", a-t-il dit.

Juste avant l'offensive turque, les Kurdes avaient appelé la Russie à jouer un rôle de "garant" dans le "dialogue" avec le régime qui s'était alors dit disposé à "accueillir dans son giron ses enfants égarés".

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont appelé dimanche la Turquie à cesser son opération, qui "risque de créer une situation humanitaire insoutenable et d'aider" le groupe EI "à réémerger".

Dans la soirée, la France a annoncé qu'elle allait intensifier "ses efforts diplomatiques" pour obtenir "la cessation immédiate de l'offensive turque", dans un communiqué publié après une réunion de son Conseil de défense et de sécurité nationale présidée par M. Macron.

Dimanche, "785 (proches) de membres étrangers de l'EI ont fui le camp d'Aïn Issa", ont affirmé les autorités kurdes.

Quelque 12.000 combattants de l'EI, des Syriens, des Irakiens mais aussi 2.500 à 3.000 étrangers originaires de 54 pays, sont détenus dans les prisons sous contrôle des Kurdes, selon des chiffres de sources kurdes.

Dans un tweet, Donald Trump a insisté dimanche sur ce problème des membres de l'EI prisonniers dans le nord de la Syrie. "La Turquie et les Kurdes ne doivent pas les laisser s'échapper", a-t-il tweeté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/11/2019

L'ancien champion cycliste Raymond Poulidor à Le Touquet-Paris-Plage avant le départ de la 4e étape du Tour de France 2014, le 8 juillet ( Eric Feferberg / AFP/Archives )L'ancien champion…

Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Un champ d'éoliennes à Bremerhaven, au nord de l'Allemagne, le 5 octobre 2019 ( PATRIK STOLLARZ / AFP/Archives )Économies d'énergie, déclin du pétrole, développement de l'électricité…

Publié le 13/11/2019

"Libérez Hong Kong" permet aux gamers, grâce à un casque de réalité virtuelle, de se croire dans les rues de Hong Kong un soir d'affrontements entre militants pro-démocratie et la police (…

Publié le 13/11/2019

DNOC (Abu Dhabi National Oil Company) et Total ont annoncé leur collaboration en vue du déploiement à Abou Dabi du premier système automatisé au monde d'acquisition de données sismiques. Ce…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Société Générale annonce la nomination de Gaëlle Olivier en tant que Directrice de Société Générale pour la Région Asie-Pacifique. Elle remplace Hikaru Ogata qui a décidé de poursuivre de…

Publié le 13/11/2019

Le groupe SII a réalisé au cours du premier semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 325,9 millions d'euros, en croissance de 10,2%. La dynamique reste solide aussi bien en France…

Publié le 13/11/2019

Le constructeur de maisons individuelles AST Groupe totalisait à fin septembre un chiffre d'affaires de 149,7 millions d'euros, en baisse de 9% en raison d'une base de comparaison défavorable.…

Publié le 13/11/2019

EOS imaging annonce la 350ème installation du système EOS au sein du Missouri Orthopaedic Institute à l'University of Missouri Health Care. Ce centre de chirurgie orthopédique propose l'offre de…