En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.53 PTS
-0.08 %
5 374.50
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-
DAX PTS
11 603.89
-
Dowjones PTS
25 745.67
-0.55 %
7 380.75
+0.00 %
1.141
-0.13 %

Syrie: l'ultime réduit de l'EI abandonné par ses derniers habitants

| AFP | 655 | 3 par 1 internautes
Des femmes et des enfants évacués du dernier réduit du groupe Etat islamique arrivent au point de rassemblement des Forces démocratiques syriennes et de la coalition menée par Washington, près de Baghouz dans l'est syrien, le 6 mars 2019
Des femmes et des enfants évacués du dernier réduit du groupe Etat islamique arrivent au point de rassemblement des Forces démocratiques syriennes et de la coalition menée par Washington, près de Baghouz dans l'est syrien, le 6 mars 2019 ( Bulent KILIC / AFP )

Des centaines de femmes, d'enfants et d'hommes, dont des blessés, ont quitté mercredi l'ultime réduit du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, où des forces soutenues par les Etats-Unis attendent de pouvoir reprendre leur assaut contre les derniers jihadistes acculés.

Une nouvelle fois, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont dû ralentir dimanche leurs opérations sur le terrain, après être repartis à l'offensive contre l'ultime poche de l'EI dans le village de Baghouz.

Car des milliers de femmes et d'enfants, mais aussi de nombreux blessés ont abandonné ces derniers jours le dernier réduit où sont acculés les combattants jusqu'au-boutistes de l'organisation ultraradicale, dans la province orientale de Deir Ezzor.

Mercredi, des centaines de personnes, dont des femmes serrant leurs bébés et des hommes blessés juchés sur des béquilles, ont quitté l'ultime réduit du "califat" proclamé par l'EI, qui se vide de ses derniers survivants, ont pu constater des journalistes de l'AFP.

Alors que le soleil se couchait sur Baghouz, les FDS ont déchargé un camion à bord duquel de nombreuses femmes blessées ont effectué le trajet pour arriver au point de rassemblement.

Plusieurs d'entre elles ont été transportées sur des civières tandis que des médecins de l'ONG américaine Free Burma Rangers entouraient de couvertures une femme dont l'état nécessitait une prise en charge immédiate.

( Delil souleiman / AFP )

Derrière eux, une procession solennelle d'hommes barbus, accompagnés de gardes armés, se dirigeait lentement vers les troupes de la coalition et des combattants des FDS qui tentent d'identifier les potentiels jihadistes, selon la même source.

Des femmes, vêtues de noir et les yeux plein de larmes, se sont rassemblées pour les regarder, demandant aux FDS où les hommes allaient être emmenés.

Parmi les personnes évacuées figuraient également plusieurs enfants, dont sept yazidis, une minorité particulièrement touchée par les exactions de l'EI.

"Chaque fois que nous pensons que c'est la dernière vague, il y a de nouvelles sorties" du réduit jihadiste, a affirmé à l'AFP un responsable des FDS, sous le couvert de l'anonymat. En attendant, les combats piétinent.

Sur le toit d'un immeuble de Baghouz, des combattants des FDS sont à l'affût du moindre mouvement dans la poche jihadiste, formée de quelques pâtés de maisons accolés à un campement informel, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les avions de la coalition internationale emmenée par Washington ne quittent pas le ciel, selon la même source, mais ils ne mènent pas de raids.

Entre la position des FDS et le campement, des dizaines de carcasses de voitures carbonisées gisent sur des terrains agricoles déserts.

400 jihadistes arrêtés

Un homme juché sur des béquilles tente de se frayer un chemin vers un point des Forces démocratiques syriennes (FDS) destiné aux fouilles des évacués de l'ultime poche jihadiste près du village de Baghouz dans la province syrienne de Deir Ezzor le 5 mars 2019
Un homme juché sur des béquilles tente de se frayer un chemin vers un point des Forces démocratiques syriennes (FDS) destiné aux fouilles des évacués de l'ultime poche jihadiste près du village de Baghouz dans la province syrienne de Deir Ezzor le 5 mars 2019 ( Delil souleiman / AFP )

Ces nouvelles sorties viennent s'ajouter à l'évacuation d'environ 3.500 personnes, dont 500 jihadistes ayant capitulé, selon l'alliance arabo-kurde.

Par ailleurs, 400 combattants de l'EI ont été arrêtés mardi soir alors qu'ils tentaient de fuir leur ultime réduit, a précisé le responsable des FDS.

Ils ont tenté de "fuir à pied" par le biais "d'un réseau" qui cherchait à les sortir et à les transporter vers des régions éloignées, a souligné la même source, sans fournir plus de détails.

Evacuations de civils de la dernière poche du groupe Etat islamique
Evacuations de civils de la dernière poche du groupe Etat islamique ( Simon MALFATTO / AFP )

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l'EI avait proclamé en juin de la même année un "califat" sur des pans entiers de la Syrie et de l'Irak voisin.

Des milliers d'étrangers, dont des Européens, l'avaient alors rejoint. Mais face à plusieurs offensives ces deux dernières années, les jihadistes ont vu leur territoire se réduire comme peau de chagrin.

Près de 58.000 personnes, principalement des familles de jihadistes, ont déjà quitté l'ultime réduit depuis début décembre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Parmi elles, plus de 6.000 jihadistes ont été arrêtés, d'après cette source.

"Besoins urgents"

Les civils évacués, dont les épouses et les enfants de jihadistes étrangers, sont transférés vers des camps de déplacés du nord-est syrien. Notamment celui d'Al-Hol, où des dizaines de milliers de personnes s'entassent dans des conditions difficiles, dénoncées par des ONG.

Un enfant, la tête enroulée dans un bandage, patiente dans un point de rassemblement contrôlé par les Forces démocratiques syriennes, après avoir quitté le dernier réduit du groupe Etat islamique, le 5 mars 2019
Un enfant, la tête enroulée dans un bandage, patiente dans un point de rassemblement contrôlé par les Forces démocratiques syriennes, après avoir quitté le dernier réduit du groupe Etat islamique, le 5 mars 2019 ( Delil SOULEIMAN / AFP )

"Les besoins les plus urgents restent les abris", mais aussi apporter une assistance médicale "physique et psychologique", "particulièrement aux groupes vulnérables, comme les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées", soulignait lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l'ONU en Syrie.

"Le suivi des nombreux cas d'enfants non-accompagnés et séparés (de leur famille) reste une priorité", ajoutait l'agence.

Si l'EI perd sa dernière poche de Baghouz, cela signerait la fin territoriale du "califat" en Syrie, après sa défaite en Irak en 2017.

Mais le groupe a déjà entamé sa mue en organisation clandestine. Il a toujours des combattants disséminés dans le vaste désert du centre syrien, et ses cellules dormantes mènent toujours des attentats meurtriers dans les territoires perdus.

La bataille contre l'EI représente aujourd'hui le principal front de la guerre en Syrie qui a fait plus de 360.000 morts depuis 2011, au moment où le régime, soutenu par la Russie et l'Iran, a repris le contrôle de près des deux-tiers du pays.

bur-rh-dco-tgg/mdz/hj

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Au 31 décembre 2018, les actifs sous gestion de Tikehau Capital s'élèvent à 22 milliards d'euros, dépassant avec deux années d'avance l'objectif de 20 milliards fixé pour 2020 au moment de…

Publié le 21/03/2019

Néovacs, qui se présente comme le leader de l'immunothérapie active pour le traitement des maladies auto-immunes, annonce la présentation des...

Publié le 21/03/2019

Maurel & Prom a réalisé en 2018 un bénéfice net de 62 millions de dollars, contre 7 millions en 2017 grâce notamment à la hausse des cours du pétrole. La société pétrolière contrôlée par…

Publié le 21/03/2019

Ares Life Sciences, principal actionnaire de Stallergenes Greer, contrôlé par la famille Bertarelli, a annoncé une offre d'acquisition d'environ 730...