En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Syrie: l'émissaire de l'ONU sur le départ, va à Damas la semaine prochaine

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018
L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018 ( SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP/Archives )

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura a annoncé mercredi au Conseil de sécurité qu'il quitterait fin novembre ses fonctions "pour raisons personnelles", après "quatre ans et quatre mois" d'une mission qui le conduira la semaine prochaine, semble-t-il pour la dernière fois, à Damas.

L'annonce du départ de l'émissaire de 71 ans, qui s'est marié récemment, n'est pas une surprise.

Cela fait plusieurs mois que ce diplomate italo-suédois polyglotte et chevronné avait indiqué vouloir quitter ses fonctions au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Depuis cet été, ce dernier est engagé dans la recherche active d'un successeur, selon plusieurs diplomates.

Depuis le début du conflit en 2011, deux autres émissaires ont déjà jeté l'éponge devant l'impossibilité de la tâche: l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, remplacé ensuite en 2012 par l'ex-ministre algérien des Affaires étrangères Lakhdar Brahimi.

Lors d'une rencontre avec des journalistes, Staffan de Mistura a précisé que ses "raisons personnelles" étaient des "raisons familiales". "Ce n'est pas une question de santé", a-t-il précisé dans un sourire, assurant "ne pas être fatigué" après sa longue médiation.

- Crédibilité -

L'émissaire a aussi annoncé au Conseil de sécurité qu'il se rendrait la semaine prochaine à Damas, à l'invitation des autorités syriennes, pour tenter de débloquer la question de la création d'un Comité constitutionnel chargé d'élaborer une nouvelle Constitution pour la Syrie.

La mise au point de ce Comité traîne depuis le début de l'année et s'est révélée particulièrement laborieuse. Devant des journalistes, Staffan de Mistura a précisé que Damas était le seul responsable du blocage actuel.

"J'espère pouvoir convoquer ce Comité en novembre", a déclaré au Conseil de sécurité Staffan de Mistura, sans donner de date. "Nous ne sommes pas prêts à convoquer ce Comité s'il n'est pas crédible et équilibré" entre le régime, l'opposition et la société civile, a-t-il cependant ajouté.

L'émissaire a aussi indiqué qu'il allait inviter les garants du processus de paix d'Astana --Russie, Turquie, Iran-- à venir à Genève "avant la fin du mois". Il a indiqué qu'il reviendrait en novembre devant le Conseil de sécurité pour rendre compte de sa visite à Damas et de ses entretiens avec Russes, Turcs et Iraniens.

Depuis septembre, Staffan de Mistura est soumis à une très forte pression des Occidentaux, notamment des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni, pour convoquer le Comité avant fin octobre. Damas est seul responsable du blocage, estiment les Occidentaux.

- "Fenêtre d'opportunité" -

"Il y a une fenêtre d'opportunité" pour avancer sur le processus politique qu'il ne faut pas manquer, a estimé devant des journalistes l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre. Son homologue britannique Karen Pierce a fait valoir devant le Conseil de sécurité qu'il n'y aurait pas d'aide des pays européens à la reconstruction de la Syrie tant qu'un processus de règlement politique ne serait pas engagé sérieusement.

Destructions près de Damas le 9 octobre 2018.
Destructions près de Damas le 9 octobre 2018. ( LOUAI BESHARA / AFP/Archives )

"Il faut aider les Syriens à rétablir leur économie détruite par la guerre", a réclamé au contraire Vassily Nebenzia, ambassadeur russe à l'ONU, en demandant aux Occidentaux de "s'abstenir de poser des conditions et tout ultimatum".

Premier soutien de Damas, la Russie, qui préfère privilégier le retour des réfugiés en Syrie, avait souligné en septembre qu'il ne fallait pas précipiter les choses concernant la création d'un Comité constitutionnel. Moscou soupçonne les Occidentaux de vouloir par ce biais hâter un changement de régime en Syrie.

Selon les explications de Staffan de Mistura, le futur Comité doit compter 150 personnes: 50 proposées par le régime syrien, 50 par l'opposition et 50 par l'émissaire onusien.

Cette dernière liste vise à représenter la société civile syrienne et les Syriens ayant fui à l'étranger.

"Un groupe de quinze personnes (cinq pour chacune des trois listes) composera l'organe de rédaction d'une nouvelle Constitution", a-t-il précisé. "Le Comité pourrait travailler à Genève sous une présidence syrienne impartiale".

La composition de la troisième liste par l'ONU "provoque encore des questions" de Damas, a reconnu l'émissaire. Mais elle a été "élaborée prudemment" et a déjà été modifiée à plusieurs reprises. "Nous avons sollicité des experts syriens indépendants" et "près de la moitié de cette troisième liste est composée de femmes".

"Il ne faut pas qu'une partie domine le processus", a insisté le responsable de l'ONU.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a déjà fait plus de 360.000 morts, tandis que plus de la moitié de la population a été déplacée ou a dû quitter le pays.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…