En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 636.25 PTS
-0.65 %
5 636.50
-0.57 %
SBF 120 PTS
4 447.36
-0.59 %
DAX PTS
12 633.60
-0.17 %
Dow Jones PTS
26 770.20
-0.95 %
7 868.49
-0.93 %
1.117
+0. %

Syrie: Ankara, Moscou et Téhéran cherchent à éviter le pire à Idleb

| AFP | 711 | 5 par 1 internautes
De gauche à droite, le président iranien Hassan Rohani, ses homologues turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine avant un sommet à Ankara le 16 septembre 2019
De gauche à droite, le président iranien Hassan Rohani, ses homologues turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine avant un sommet à Ankara le 16 septembre 2019 ( Pavel Golovkin / POOL/AFP )

La Turquie, la Russie et l'Iran, principaux acteurs internationaux dans le conflit en Syrie, se sont engagés lundi à éviter une nouvelle détérioration de la situation humanitaire dans le bastion rebelle d'Idleb et d'y protéger la population civile.

Ces promesses ont figuré dans un communiqué conjoint publié à l'issue d'un sommet à Ankara qui a réuni les présidents turc Recep Tayyip Erdogan, russe Vladimir Poutine et iranien Hassan Rohani.

Dans le texte, les trois dirigeants ont souligné "la nécessité de faire respecter le calme sur le terrain avec la pleine mise en oeuvre de tous les accords relatifs à Idleb", notamment celui conclu il y a un an par Ankara et Moscou et qui avait permis d'éviter une vaste offensive qui semblait imminente des forces du régime appuyées par la Russie.

Les trois dirigeants se sont en outre dits "alarmés par le risque d'une nouvelle détérioration de la situation humanitaire dans la région d'Idleb en raison de l'escalade continue" et se sont mis d'accord pour "prendre des mesures concrètes afin de réduire les violations".

Ils ont en outre exprimé leur "sérieuse préoccupation" face à la "présence accrue" du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda et "réitéré leur détermination" à l'éliminer à terme.

"Rencontre productive"

Ils ont aussi convenu "de prendre des mesures concrètes, sur la base des précédents accords, pour assurer la protection de la population civile".

Il s'agit du cinquième sommet sur la Syrie depuis 2017 entre M. Erdogan, dont le pays soutient l'opposition syrienne, et MM. Poutine et Rohani, garants du régime de Damas.

"La rencontre a été très productive et s'est soldée d'un succès", s'est félicité M. Poutine qui avait souligné en ouverture la nécessité de poursuivre "une lutte sans compromis contre les terroristes en Syrie".

Au moment où la victoire de Bachar al-Assad semble de plus en plus acquise, la priorité pour Ankara est de se prémunir d'un nouvel afflux massif de réfugiés en provenance d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Malgré des appels à un cessez-le-feu durable, cette zone, où vivent environ 3 millions de personnes, est sous le coup d'une offensive du régime syrien.

Ankara y dispose, en vertu d'un accord conclu l'année dernière avec Moscou, de douze postes d'observation dont l'un est désormais encerclé par les troupes de Damas.

Des frappes sporadiques se poursuivent à Idleb, malgré un fragile cessez-le-feu décrété le 31 août, à l'issue de quatre mois de bombardements du régime et de l'allié russe qui ont tué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 960 civils.

Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 26 septembre 2018 à New York
Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 26 septembre 2018 à New York ( Jim WATSON / AFP/Archives )

Le sommet a eu lieu alors que la Turquie et les Etats-Unis s'efforcent de créer une zone tampon à l'est de l'Euphrate qui séparerait la frontière turque des zones syriennes contrôlées par une milice kurde, appuyée par Washington mais considérée comme "terroriste" par Ankara.

Comité constitutionnel

L'un des objectifs de cette "zone de sécurité" pour Ankara est de pouvoir y renvoyer une partie des plus de 3,6 millions de réfugiés syriens installés en Turquie.

M. Erdogan a affirmé lundi que la Turquie mettrait unilatéralement une telle zone en place en cas de désaccord avec Washington.

Le communiqué final a aussi fait part d'une avancée majeure sur la création d'un comité chargé de la rédaction de la constitution pour l'après-guerre en Syrie avec un accord sur la composition de ses membres. Ce comité constitutionnel doit se mettre au travail prochainement à Genève.

Le président syrien Bachar el-Assad (d) et l'envoyé spécial du président russe, Alexander Lavrentiev (g), le 15 septembre 2019 à Damas
Le président syrien Bachar el-Assad (d) et l'envoyé spécial du président russe, Alexander Lavrentiev (g), le 15 septembre 2019 à Damas ( - / Syrian Presidency Telegram Page/AFP )

Le régime Assad a reconquis environ 60% du territoire syrien avec l'appui militaire de Moscou, de l'Iran et du Hezbollah libanais. Outre le secteur d'Idleb, les vastes régions aux mains des forces kurdes lui échappent dans l'est du pays.

Le sommet d'Ankara survient dans un contexte de tensions exacerbées entre l'Iran et les Etats-Unis, qui ont imputé à Téhéran la responsabilité d'une attaque de drones menée samedi contre des installations pétrolières saoudiennes, revendiquée par des rebelles yéménites.

Les Etats-Unis ont déclaré lundi qu'ils allaient "défendre l'ordre international" qui est "sapé par l'Iran" après cette attaque, qui a entraîné une réduction de moitié de la production pétrolière de l'Arabie et provoqué une forte hausse des cours de l'or noir.

Moscou a pour sa part appelé à "ne pas tirer de conclusions hâtives" de cette attaque.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/10/2019

Un manifestant renvoie une grenade lacrymogène vers les forces de l'ordre, lors de manifestations le 19 octobre 2019 à Santiago du Chili ( Pablo VERA / AFP )Des affrontements entre manifestants…

Publié le 19/10/2019

Un manifestant renvoie une grenade lacrymogène vers les forces de l'ordre, lors de manifestations le 19 octobre 2019 à Santiago du Chili ( Pablo VERA / AFP )Des affrontements entre manifestants…

Publié le 19/10/2019

Manifestation d'ampleur à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, le 19 octobre 2019 ( Niklas HALLE'N / AFP )Des centaines de milliers de Britanniques ont manifesté samedi…

Publié le 19/10/2019

Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 18 octobre 2019 à Barcelone ( Josep LAGO / AFP )Des milliers d'indépendantistes manifestaient dans une ambiance tendue samedi soir à…

Publié le 19/10/2019

Le leader souverainiste italien Matteo Salvini lors d'un rassemblement contre le gouvernement, le 19 octobre 2019 à Rome ( Tiziana FABI / AFP )Le leader souverainiste…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

L'Assemblée Générale Extraordinaire de Dalet qui devait se tenir le 23 octobre 2019 à 14 heures a été reportée pour des raisons techniques...

Publié le 18/10/2019

Pharmasimple a récolté sur ce début d’année 2019 les premiers fruits de son plan de transformation entamée l’année dernière. Au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires ressort ainsi…

Publié le 18/10/2019

Le tirage de la prochaine tranche est prévu le 27 novembre

Publié le 18/10/2019

Thales recule de 5,78% à 89,66 euros en Bourse, après avoir révisé à la baisse son objectif de croissance organique pour 2019. Ainsi, l'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la…

Publié le 18/10/2019

Bruxelles a donné son feu vert à l'acquisition de Exadis par Renault et Mobivia...