En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Syrie: des frappes israéliennes tuent deux militants du Jihad islamique

| AFP | 394 | 5 par 1 internautes
Des Palestiniens mettent le feu à des pneus près de la barrière entre la bande de Gaza et Israël, le 23 février 2020
Des Palestiniens mettent le feu à des pneus près de la barrière entre la bande de Gaza et Israël, le 23 février 2020 ( Said KHATIB / AFP )

L'armée israélienne a revendiqué lundi une série de frappes aériennes contre des "positions" du Jihad Islamique en Syrie, qui ont fait deux morts, après des tirs de roquettes par ce groupe islamiste armé depuis Gaza.

Deux combattants du Jihad islamique ont été tués à Damas par un bombardement de l'aviation israélienne sur la capitale syrienne, a annoncé lundi l'organisation à Gaza.

Peu avant minuit heure locale (22h00 GMT), une correspondante de l'AFP à Damas a entendu plusieurs explosions successives et très fortes. L'agence de presse syrienne Sana a publié des images montrant des explosions lumineuses dans le ciel noir.

"L'aviation militaire israélienne (...) a visé les environs de Damas avec plusieurs salves de missiles", a indiqué une source militaire syrienne citée par Sana.

"En représailles (à des tirs de roquettes), des avions de combat de l'armée israélienne ont bombardé des cibles du Jihad Islamique au sud de Damas", a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué après minuit.

Les forces israéliennes sont souvent accusées par les autorités à Damas de mener des frappes en Syrie, mais elles revendiquent rarement des bombardements chez le voisin syrien, qu'elles accusent d'héberger des éléments qui lui sont hostiles comme le Hezbollah libanais, les forces iraniennes Al-Qods, et le Jihad Islamique.

La "majorité" des missiles israéliens ont été "détruits avant d'atteindre leurs cibles" tandis que d'autres ont été déviés de leur trajectoire, selon la source militaire citée par l'agence Sana.

Et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui suit de près l'évolution du conflit en Syrie, a évoqué des frappes aériennes "près de l'aéroport international de Damas" visant "des positions des Gardiens de la révolution iraniens", armée idéologique de la République islamique d'Iran, mais aussi "des positions du Jihad Islamique".

Bombes, bulldozer et roquettes

Les forces israéliennes ont aussi bombardé dans la nuit des positions du Jihad islamique dans la bande de Gaza au terme d'une journée tendue dans cette enclave paupérisée où vivent deux millions de Palestiniens sous blocus israélien. Ces bombardements ont fait quelques blessés selon des responsables à Gaza.

L'armée israélienne avait ouvert le feu dimanche matin sur "deux terroristes" qui "tentaient de placer un engin explosif à proximité" de la barrière séparant Israël de Gaza, mince bande de terre contrôlée par les islamistes du Hamas qui ont livré trois guerres à Israël depuis 2008.

Mais le Hamas bénéficie depuis près d'un an d'un accord de trêve avec l'Etat hébreu contrairement au Jihad Islamique, considéré comme le deuxième plus important groupe islamiste armé de Gaza, d'où l'armée israélienne s'est retirée il y a une quinzaine d'années.

Un tannk et un bulldozer de l'armée israélienne en action le 23 février 2020 le long de la frontière entre Israël et la bande Gaza où l'armée isarélienne dit avoir récupéré le corps d'un Palestinien abattu.
Un tannk et un bulldozer de l'armée israélienne en action le 23 février 2020 le long de la frontière entre Israël et la bande Gaza où l'armée isarélienne dit avoir récupéré le corps d'un Palestinien abattu. ( Said KHATIB / AFP )

Dans la foulée de ces heurts à la frontière, "un bulldozer de l'armée a récupéré le corps de l'un des assaillants", tué par les forces israéliennes a précisé à l'AFP une porte-parole de l'armée.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, des Palestiniens se sont approchés pour tenter de récupérer la dépouille de l'homme que le Jihad Islamique a présenté comme l'un de ses combattants, avant qu'un bulldozer israélien ne ramasse le corps inerte et retourne en direction de la barrière frontalière.

Israël garde les corps de Palestiniens pour s'en servir comme monnaie d'échange avec le Hamas, qui détient aussi des dépouilles d'Israéliens.

Une vidéo de l'incident, authentifiée par l'AFP, circulait d'ailleurs en boucle dimanche sur les réseaux sociaux palestiniens.

Appelant à venger l'un de ses "martyrs", le Jihad Islamique a lancé plus d'une vingtaine de roquettes vers Israël, dont certaines ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien Dôme de Fer selon les autorités locales qui ont annoncé la fermeture, lundi, des écoles dans des villes jouxtant la bande de Gaza.

Selon l'armée israélienne, ces tirs n'ont fait aucun blessé en Israël.

Du point de vue israélien, "le risque d'une escalade (militaire) à Gaza cette année est de plus de 50%", a indiqué une source proche du dossier.

Israël impose depuis plus de dix ans un blocus sur le territoire palestinien qu'il justifie par la nécessité de contenir le Hamas, qu'il tient pour responsable de toute attaque venant de l'enclave.

L'Etat hébreu avait toutefois mené en novembre dernier une mini-campagne militaire contre des éléments du Jihad islamique à Gaza en tentant d'éviter de frapper les positions du Hamas pour ne pas compromettre la trêve avec ce mouvement armé.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…