En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 773.02 PTS
-0.56 %
4 782.0
-0.22 %
SBF 120 PTS
3 796.62
-0.41 %
DAX PTS
10 796.28
+0.22 %
Dowjones PTS
23 920.69
+1.39 %
6 522.87
+1.16 %
1.137
+0.22 %

Syrie: des forces pro-turques prennent le centre-ville d'Afrine

| AFP | 335 | Aucun vote sur cette news
Des rebelles syriens alliés aux forces turques entrent dans un village au nord d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, le 16 mars 2018
Des rebelles syriens alliés aux forces turques entrent dans un village au nord d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, le 16 mars 2018 ( / AFP )

Les forces pro-turques ont pris dimanche le contrôle du centre-ville d'Afrine, a annoncé la Turquie, une étape majeure après deux mois d'une offensive visant à chasser de cette région du nord-ouest syrien une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara.

L'avancée des forces turques et de leurs alliés a donné lieu à un exode massif de civils, tout comme sur un autre front du conflit syrien, celui de la Ghouta, près de Damas, où le régime de Bachar al-Assad a repris plus de 80% de l'enclave rebelle à la faveur de son offensive meurtrière.

"Des unités des Forces syriennes libres, qui sont soutenues par les forces armées turques, ont pris le contrôle total du centre-ville d'Afrine ce matin à 08H30" (05H30 GMT), a déclaré dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Un "grand nombre" des combattants kurdes ont "fui", a-t-il ajouté, précisant que des unités des forces spéciales turques avaient été déployées en ville.

Après avoir annoncé l'entrée de ces forces dans Afrine plus tôt en matinée, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé qu'elles progressaient "rapidement dans la ville".

Les combattants kurdes se sont repliés et les combats ont cessé, a de son côté rapporté à l'AFP un habitant d'Afrine.

- Principal objectif -

La ville d'Afrine est le principal objectif de l'offensive lancée le 20 janvier dans l'enclave éponyme par la Turquie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

Photo prise le 17 mars 2018 à Qamishli lors de funérailles de combattants des Unites de protection du peuple (YPG) tués lors d'affrontements dans l'enclave d'Afrine avec les forces turques et leurs alliés
Photo prise le 17 mars 2018 à Qamishli lors de funérailles de combattants des Unites de protection du peuple (YPG) tués lors d'affrontements dans l'enclave d'Afrine avec les forces turques et leurs alliés ( Delil souleiman / AFP )

Les YPG sont considérées comme une organisation "terroriste" par Ankara mais elles furent aussi un allié précieux de Washington dans la lutte contre le groupe jihadiste État islamique (EI) en Syrie.

Selon l'OSDH, plus de 1.500 combattants kurdes ont été tués dans l'offensive turque depuis son lancement il y a deux mois, ainsi que 400 rebelles alliés à la Turquie.

L'armée turque a fait état de 46 soldats turcs tués.

Alors que les forces pro-turques encerclaient la ville, les bombardements aériens turcs et les tirs d'artillerie se sont intensifiés ces derniers jours. Ils ont provoqué la mort de plus de 30 civils vendredi et samedi, dont 16 dans une frappe contre le principal hôpital d'Afrine, d'après l'OSDH.

La Turquie nie viser la population, et a aussi démenti le frappe sur l'hôpital.

L'ONG évalue pour sa part à plus de 280 le nombre de civils tués depuis le début de l'offensive d'Ankara.

Échappant à l'avancée des forces turques, près de 250.000 personnes ont quitté depuis mercredi soir la ville d'Afrine, empruntant un couloir dans le sud de la cité menant vers des territoires tenus par les Kurdes ou le régime syrien, a indiqué l'Observatoire.

Des civils fuyant l'offensive de l'armée turque sur la ville d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, arrivent à un point de contrôle près du village d'Anab, le 17 mars 2018
Des civils fuyant l'offensive de l'armée turque sur la ville d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, arrivent à un point de contrôle près du village d'Anab, le 17 mars 2018 ( BULENT KILIC / AFP )

D'après cette ONG, qui dispose d'une vaste réseau de source en Syrie, il ne resterait ainsi que quelques milliers d'habitants.

- Exode aussi dans la Ghouta -

Entré dans sa huitième année, le conflit syrien implique aujourd'hui plusieurs acteurs régionaux et puissances internationales sur un territoire morcelé. Cette guerre complexe a tué plus de 350.000 personnes depuis 2011 et jeté des millions sur la route de l'exil.

Sur un autre front de cette guerre, un second exode massif de civils est aussi en cours, dans la Ghouta orientale, où l'enclave rebelle assiégée depuis 2013 se réduit comme peau de chagrin face à l'avancée du régime.

Depuis le début d'une offensive du régime mi-février, les bombardements dans ce dernier fief insurgé aux portes de Damas ont tué au moins 1.400 civils, dont 274 enfants, selon l'OSDH.

Pour échapper aux bombardements et à la mort, plus de 50.000 personnes ont fui les territoires rebelles ces derniers jours, d'après la même source.

A Jisrine, une localité récemment reprise par le régime, des civils marchaient samedi au milieu des décombres, emportant quelques sacs et des couvertures, selon un vidéaste collaborant avec l'AFP.

Des enfants suivaient le mouvement de la foule, tenant la main de leurs mères. Une jeune femme, les traits tirés, avançait avec peine, les mains cramponnées à son déambulateur.

Samedi, le régime s'est emparé, selon l'OSDH, de nouvelles localités rebelles dans la Ghouta --Kfar Batna et Saqba--, contrôlant désormais plus de 80% de l'enclave rebelle, divisée en trois secteurs isolés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Le conseil d’administration de Telecom Italia devrait se réunir ce vendredi selon deux sources proches du dossier à Reuters. Et ce, dans le but d’examiner la demande de Vivendi, qui requiert la…

Publié le 18/12/2018

Le Crédit Agricole s’engage avec 12 grands groupes pour soutenir le quotidien des français, en plus des mesures de gel tarifaire en 2019 et de plafonnement des frais à 25 euros pour tous les…

Publié le 18/12/2018

Ce classement annuel FL100+ des éditeurs de solutions sert de guide...

Publié le 18/12/2018

Gaussin s'envole de 20% désormais à 0,256 euro dans un volume épais...

Publié le 18/12/2018

600 euros pour 41.000 de ses salariés en France...