En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.43 PTS
-0.56 %
4 837.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
3 864.30
-0.48 %
DAX PTS
11 081.21
-0.49 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.10 %

Syrie: 6 morts dans la chute d'une roquette près de la Foire de Damas

| AFP | 366 | Aucun vote sur cette news
Des véhicules et des secouristes du Croissant rouge dans la ville de Zabadani près de Damas, le 12 avril 2017
Des véhicules et des secouristes du Croissant rouge dans la ville de Zabadani près de Damas, le 12 avril 2017 ( STRINGER / AFP/Archives )

Six personnes ont été tuées dimanche selon une ONG et des secouristes lorsqu'une roquette s'est abattue près de l'entrée de la Foire internationale de Damas, inaugurée cette semaine après cinq ans d'absence en raison de la guerre en Syrie.

La Foire, relancée par le régime syrien pour tenter de faire revenir les investisseurs, est située aux portes du fief rebelle de la Ghouta orientale à l'est de la capitale.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie, a rapporté la mort de six personnes, dont deux femmes, dans la chute de la roquette à l'entrée de la Foire.

Son premier bilan avait fait état de cinq morts mais une sixième victime a succombé à ses blessures dans l'après-midi.

Un secouriste sous couvert de l'anonymat a également rapporté à l'AFP un bilan de six morts, dont un non identifié.

La télévision d'Etat avait indiqué que "des citoyens ont été blessés", sans en préciser le nombre ou évoquer des morts. Elle a même diffusé des interviews en direct à l'entrée de la Foire sans évoquer l'incident ni montrer le lieu de l'explosion.

Une source à l'hôpital de Jaramana, banlieue sud-ouest de Damas, a affirmé à l'AFP avoir "vu des morts et des blessés en état de choc" arriver à l'établissement.

"On se préparait à recevoir les visiteurs quand j'ai entendu une explosion (...) puis j'ai vu de la fumée du côté de l'entrée de l'exposition", a raconté de son côté à l'AFP un témoin, Iyad al-Jabiri, un Syrien de 39 ans qui travaille dans un stand de textile.

La Foire, le plus important évènement économique de Syrie avant la guerre et une des plus anciennes du monde arabe, a rouvert ses portes jeudi. La dernière édition remonte à l'été 2011, quelques mois après le début de la révolte contre le régime.

Les autorités avaient décidé de rouvrir la Foire estimant que le calme était revenu dans la zone où se tient l’exposition, la Ghouta orientale étant depuis juillet une des "zones de désescalade" désignées à la suite d'un accord de trêve entre parrains du régime et des insurgés.

Les Etats-Unis et les pays européens --qui imposent des sanctions sur le régime du président Bachar Al-Assad-- n'ont pas été invités officiellement, même si quelques compagnies occidentales participent à titre individuel.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés.

- 'Pas isolés' -

Les Etats-Unis et la majorité des pays européens avaient fermé leur ambassade à Damas après la répression de 2011.

Dimanche, le président Assad a affirmé que les pays souhaitant rouvrir leur ambassade doivent rompre tout lien avec les rebelles.

"Il n'y aura ni coopération de sécurité ni ouverture d'ambassades, ni rôle pour certains Etats qui disent vouloir chercher une issue (à la guerre en Syrie) tant qu'ils n'auront pas coupé leurs liens de manière explicite avec le terrorisme", affirmé M. Assad dans un discours retransmis par la télévision d'Etat.

Damas utilise le terme de "terroristes" pour désigner aussi bien les rebelles que les jihadistes.

"Nous ne sommes pas isolés comme ils le pensent", a-t-il ajouté.

En mai, le journal panarabe al Hayat écrivait que le président français Emmanuel Macron envisageait de revenir sur cette décision, mais le Quai d'Orsay avait démenti en affirmant que la question n'était "pas à l'ordre du jour".

La France a dès le début été l'un des soutiens les plus forts de l'opposition syrienne et a toujours réclamé le départ de M. Assad, considéré comme le principal responsable du conflit.

Cette position s'était infléchie après les attentats qui ont meurtri la France en 2015, et la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique prospérant en Irak et en Syrie avait été placée au rang de priorité absolue.

Mais l'antienne officielle restait jusqu'à présent que Bachar Al-Assad ne peut pas faire partie de l'avenir de la Syrie.

Fort du soutien de ses alliés indéfectibles, la Russie, l'Iran et le Hezbollah chiite libanais, le régime d'Assad a infligé revers après revers aux rebelles et jihadistes à partir de 2015, après avoir connu lui-même de cuisantes défaites qui lui ont fait perdre de larges pans du territoire syrien.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en baisse à l’approche de la mi-séance. Le contexte est toujours empli de craintes concernant le ralentissement de la croissance chinoise et l’état de…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...

Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…

Publié le 22/01/2019

Le titre casse la résistance des 10.4 euros, qui contenait les cours depuis février 2018. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont proches d'effectuer un…