En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 374.11 PTS
-0.45 %
5 368.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 298.19
-0.52 %
DAX PTS
12 538.93
-0.18 %
Dowjones PTS
25 030.96
-0.11 %
7 335.80
-0.20 %
1.170
-0.15 %

Syrie: à Raqa, des églises déminées pour Noël resteront désertes

| AFP | 358 | Aucun vote sur cette news
Un démineur à l'oeuvre dans l'église arménienne catholique des Martyrs à Raqa le 20 décembre 2017
Un démineur à l'oeuvre dans l'église arménienne catholique des Martyrs à Raqa le 20 décembre 2017 ( Delil souleiman / AFP )

Deux églises historiques de Raqa ont été déminées juste à temps pour Noël. Mais avec les combats dévastateurs qui ont ravagé l'ancien principal fief jihadiste en Syrie, il n'y a plus aucun chrétien pour les fêtes.

Avant de perdre Raqa en octobre, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont méthodiquement miné toute la ville du nord du pays en guerre, transformée par les bombardements aériens de la coalition internationale menée par les Etats-Unis en un immense champs de ruines.

Détecteurs à la main, uniforme beige et brassard rouge marqué d'une tête de mort, six démineurs de l'organisation spécialisée ROJ terminent leurs opérations dans deux bâtiments méconnaissables: l'église des Martyrs et celle de l'Annonciation.

Mais même déminés, les deux édifices religieux en ruines n'accueilleront pas de messe de Noël, affirment des responsables religieux, Raqa ayant été désertée par l'immense majorité de ses habitants, chrétiens comme musulmans.

"Avec les fêtes qui approchent, notre objectif est de permettre à nos frères chrétiens de rentrer pratiquer leurs rites religieux", lance toutefois le conseiller technique de ROJ, Abdelhamid Ayo.

L'église arménienne catholique des Martyrs, dans le centre-ville, n'est plus qu'une carcasse en béton. La croix coiffant son sommet avait été abattue par les jihadistes qui avaient transformé le bâtiment en prison après avoir conquis Raqa en 2014.

Un tunnel souterrain avait été creusé depuis son sous-sol pour permettre aux jihadistes de se déplacer en toute discrétion dans la ville.

"Il y a des milliers de mines. On en a terminé avec la moitié de Raqa et on a enlevé 1.300 mines jusqu'à maintenant", souligne M. Ayo, 33 ans.

- 'Rien que des ruines' -

L'EI a été chassé de Raqa par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition kurdo-arabe soutenue par Washington. Depuis, seul un pourcentage réduit de la population d'avant-guerre a pris le risque de rentrer.

"Il n'y a absolument rien de prévu à Raqa", assure Boutros Mariati, du diocèse arménien catholique d'Alep (nord), dont dépend l'église des Martyrs.

Un démineur devant l'église arménienne catholique des Martyrs en ruine le 20 décembre 2017
Un démineur devant l'église arménienne catholique des Martyrs en ruine le 20 décembre 2017 ( Delil souleiman / AFP )

"L'église est en ruines. Les chrétiens effectueront des visites, mais personne n'habite là-bas", déplore-t-il.

Les milliers de chrétiens arméniens et syriaques qui vivaient jadis à Raqa représentaient environ 1% de la population majoritairement musulmane sunnite de la ville.

A l'arrivée de l'EI en 2014, chrétiens et autres minorités religieuses ont fui, craignant le règne de la terreur imposé par les jihadistes qui leur auraient laissé le choix entre se convertir, payer une taxe onéreuse ou mourir.

Et parmi les rares civils qui ont fait le pari du retour, presque chaque jour voit l'un ou plusieurs d'entre eux mourir à cause de l'explosion accidentelle de mines.

Un même message s'affiche systématiquement sur les murs de Raqa: "Danger! Mines"

Nayef al-Madfaa est pourtant l'un de ces rares irréductibles qui a choisi de s'y aventurer pour vérifier l'état de sa maison, située derrière l'église des Martyrs.

"Il n'y avait pas de différence à Raqa entre musulmans et chrétiens. On vivait tous ensemble, heureux", assure ce musulman.

Il soupire en désignant plusieurs maisons abandonnées: "tous les chrétiens ont fui Raqa. Avant, il y avait de la joie partout, mais on a tous été chassés".

"Le sapin de Noël était installé dans ce coin et les enfants entraient dans l'église avec leurs parents", se souvient le sexagénaire. "Quand je vois autour de moi rien que des destructions, ça me rend triste".

- 'Ils sont partis' -

A l'église de l'Annonciation, incendiée par l'EI, même paysage de désolation.

Une alcôve qui abritait autrefois une statue de la Vierge Marie est désormais vide. "Dieu est le plus Grand, Gloire à Dieu", ont écrit les jihadistes. Les murs à moitié détruits sont couverts de graffitis similaires.

"L'EI avait transformé cette église en entrepôt d'armes. Ils ont brûlé livres et bibles", se souvient Mahmoud al-Joumaa, 23 ans.

En passant à moto avec un ami, il s'arrête pour observer les ruines du bâtiment endommagé. "Quand les combats se sont intensifiés, ils l'ont fait exploser en hurlant +Dieu est plus Grand que tous les infidèles, et nous allons faire exploser cette église pour que (Donald) Trump ne puisse pas y prier+".

Lui aussi se souvient de la coexistence pacifique entre chrétiens et musulmans. "Nous étions les voisins de l'église, on célébrait avec nos frères chrétiens leurs fêtes et ils faisaient pareil avec nous".

"Maintenant, il n'y a plus de chrétiens. Ils sont tous partis, et avec eux les célébrations et les belles fêtes de Noël".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Le titre en forte hausse avant le point semestriel

Publié le 23/07/2018

A 08h45 en FranceIndice du climat des affaires de juillet.A 09h00 en FranceIndice flash des directeurs d'achats (PMI) Composite de juillet.A 09h30 en AllemagneIndice flash des directeurs d'achats…

Publié le 23/07/2018

EDENREDLe spécialiste des services prépayés pour les salariés détaillera ses résultats du premier semestre.ERAMETLe groupe minier communiquera ses résultats du premier semestre.LVMHLe n°1…

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie afin d'apprécier le projet d'acquisition de Gemalto par Thales au regard du règlement de l'Union européenne…

Publié le 23/07/2018

Recovery à jouer ?