En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Syrie: 40 camions évacuent hommes, femmes et enfants du réduit de l'EI

| AFP | 554 | 3 par 2 internautes
Photo prise le 22 février 2019 près de Baghouz, dans l'est de la Syrie, montrant des hommes ayant quitté le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) et qui sont soupçonnés d'être des jihadistes
Photo prise le 22 février 2019 près de Baghouz, dans l'est de la Syrie, montrant des hommes ayant quitté le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) et qui sont soupçonnés d'être des jihadistes ( Bulent KILIC / AFP )

Plus de 40 camions transportant des hommes, mais surtout des femmes et des enfants, ont quitté l'ultime réduit du groupe Etat islamique (EI) dans l'est syrien, sous la supervision des forces arabo-kurdes qui espèrent proclamer bientôt leur victoire contre les jihadistes acculés.

Sur une position des Forces démocratiques syriennes (FDS), près de Baghouz, une équipe de l'AFP a vu passer vendredi le convoi à sa sortie de ce village, où l'EI est retranché dans une poche d'un demi-kilomètre carré.

A bord des véhicules se trouvent des femmes en niqab noir et des enfants aux vêtements couverts de poussière qui dévorent parfois un bout de pain. Le vent fait voler les cheveux des fillettes, et soulève un pan de niqab, dévoilant une robe bleue.

Des hommes ont le visage dissimulé par une écharpe, d'autres cachent leurs traits avec leurs mains devant les caméras des journalistes. Interrogé sur la situation dans la poche jihadiste, l'un d'eux lâche un laconique "pas bien".

A Baghouz, les combattants de l'EI ne tiennent plus que quelques pâtés de maisons, où ils sont retranchés dans des tunnels, au milieu d'un océan de mines.

Mais des civils y sont toujours présents, principalement des femmes et des enfants de jihadistes, que les combattants kurdes et arabes des FDS, soutenus par la coalition internationale emmenée par Washington, cherchent à faire sortir.

Photo prise le 22 février 2019 près de la ville de Baghouz, dans l'est de la Syrie, montrant un convoi de camions transportant des gens ayant fui le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI)
Photo prise le 22 février 2019 près de la ville de Baghouz, dans l'est de la Syrie, montrant un convoi de camions transportant des gens ayant fui le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) ( Delil SOULEIMAN / AFP )

Adnane Afrine, un porte-parole des FDS, estime à plus de 2.000 le nombre de personnes encore dans le réduit, sans préciser la proportion de civils.

"Nous attendons la fin des évacuations de civils pour donner l'assaut", a indiqué un autre porte-parole des FDS, Mustafa Bali.

"Affamés et déshydratés"

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, et la proclamation d'un "califat" sur les régions et les grandes villes conquises en Syrie et en Irak, l'EI a vu son territoire se réduire comme peau de chagrin.

A terme, les jihadistes et leurs proches qui refuseraient d'être évacués auront pour seul choix "la guerre ou la capitulation", a souligné M. Afrine.

Des hommes soupçonnés d'être des jihadistes sont fouillés par des membres d'une alliance arabo-kurde près de Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 22 février 2019
Des hommes soupçonnés d'être des jihadistes sont fouillés par des membres d'une alliance arabo-kurde près de Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 22 février 2019 ( Bulent KILIC / AFP )

Mercredi déjà, près de 3.000 personnes étaient sorties de la poche de l'EI. Elles ont été transportées vers une zone où les FDS les soumettent à des fouilles et des interrogatoires poussés, afin d'identifier les jihadistes potentiels.

La "majorité" de ces personnes étaient des étrangers, a souligné M. Bali. "Principalement des Irakiens, des nationalités issues de l'ex-bloc soviétique, en plus d'Occidentaux", a-t-il précisé.

Depuis début décembre, près de 44.000 personnes, principalement des familles de jihadistes, ont fui le secteur, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Plusieurs Françaises", mais aussi des femmes venues d'Australie, d'Allemagne et de Russie, se trouvent parmi ceux qui sortent, a confirmé à l'AFP David Eubank, le chef de l'ONG américaine Free Burma Rangers qui leur apporte premiers soins et nourriture.

La question des étrangers de l'EI est un casse-tête tant pour les autorités semi-autonomes kurdes, qui réclament leur rapatriement, que pour les Occidentaux, qui rechignent globalement à les reprendre.

Deux cas emblématiques illustrent la complexité du dossier: Hoda Muthana, dont la nationalité américaine est contestée par les Etats-Unis, et Shamima Begum, déchue de sa nationalité britannique par Londres.

De son côté, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé à protéger les civils ayant quitté le réduit jihadiste.

Citant des témoignages, HRW évoque des conditions de vie "terribles" ces derniers mois dans ce secteur, "un manque de nourriture et d'aide obligeant (les habitants) à manger de l'herbe et des feuilles pour survivre".

Une fois sortis de Baghouz, les civils, dont les femmes et les enfants de jihadistes, sont conduits vers des camps de déplacés dans le nord-est du pays. Ils arrivent "affamés", "déshydratés" et "nombre d'entre eux attendent des soins médicaux urgents", selon le Comité international de secours (IRC).

Des enfants à bord d'un camion fuient la dernière poche du groupe Etat islamique (EI) à Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 20 février 2019
Des enfants à bord d'un camion fuient la dernière poche du groupe Etat islamique (EI) à Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 20 février 2019 ( Bulent KILIC / AFP )

Le nombre de personnes, principalement des jeunes enfants, décédées en route ou peu après leur arrivée dans le camp d'Al-Hol s'élève à 69, précise l'ONG. Les deux-tiers sont des enfants de moins d'un an, dont un bébé décédé vendredi durant le trajet de six heures.

Troupes américaines

Déclenchée en 2011, le conflit en Syrie s'est transformé en guerre complexe qui a fait plus de 360.000 morts.

Si l'EI est sur le point de perdre son ultime bastion syrien, ses jihadistes sont disséminés dans le désert central de la Badiya et mènent des attaques dans les régions des FDS.

Avec la fin du "califat", se profile à l'horizon un désengagement des quelque 2.000 soldats américains déployés en Syrie pour épauler les FDS contre les jihadistes.

Ce retrait annoncé par M. Trump affaiblirait les forces kurdes, menacées par une offensive du voisin turc.

Mais Washington a annoncé jeudi le maintien "pour un certain temps" de 200 soldats, "un petit groupe de maintien de la paix", a expliqué la porte-parole de l'exécutif américain, Sarah Sanders.

Le président Donald Trump a assuré vendredi que cette décision ne signifiait pas qu'il changeait d'avis. "Je ne fais pas machine arrière", a-t-il affirmé à des journalistes.

Un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Sean Robertson, a expliqué qu'il s'agira d'une "force multinationale d'observation et de surveillance", qui sera principalement constituée de troupes alliées et qui sera déployée dans une "zone de sécurité" dans le nord-est de la Syrie.

Les autorités kurdes ont salué cette décision.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...