5 419.21 PTS
+0.11 %
5 377.00
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 327.63
+0.24 %
DAX PTS
12 451.80
+0.24 %
Dowjones PTS
24 083.83
+0.25 %
6 513.94
+0.00 %
Nikkei PTS
22 319.61
+0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Syrie: 23 civils tués près de Damas, la plupart par des frappes russes

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Des secouristes syriens portent un blessé à Arbin, dans la Ghouta orientale, près de Damas, le 2 janvier 2018
Des secouristes syriens portent un blessé à Arbin, dans la Ghouta orientale, près de Damas, le 2 janvier 2018 ( ABDULMONAM EASSA / AFP/Archives )

Au moins 23 civils ont été tués mercredi dans l'enclave assiégée de la Ghouta orientale, près de Damas, la plupart par des frappes aériennes russes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"23 civils ont été tués mercredi dans la Ghouta orientale, 18 d'entre eux par des frappes aériennes russes visant la ville de Misraba, et les autres par des tirs du régime sur deux autres ville", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Selon l'OSDH, parmi les victimes figurent trois enfants, onze femmes et un volontaire des Casques blancs, une organisation de secours dans les zones rebelles. Il y a également des dizaines de blessés.

Selon Rami Abdel Rahmane, les "frappes aériennes russes ont visé des immeubles d'habitation à Misraba", une ville contrôlée par le groupe rebelle Jaich al-Islam, puissant dans la Ghouta. Rami Abdel Rahmane a indiqué que "le QG de Jaich al-Islam est situé dans la périphérie de la ville et non à l'intérieur".

Dans un hôpital de Douma, un correspondant de l'AFP a vu des secouristes acheminant des blessés de Misraba, pour la plupart des femmes et des enfants.

L'hôpital a rappelé des membres des équipes médicales qui étaient en congé "en raison du grand nombre de victimes", selon une source médicale.

Destructions après une frappe aérienne à Maaret al-Nouman, en Syrie, le 3 janvier 2018
Destructions après une frappe aérienne à Maaret al-Nouman, en Syrie, le 3 janvier 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Dernier fief de la rébellion près de Damas, la Ghouta orientale est assiégée par les troupes du régime de Bachar al-Assad depuis 2013. Quelque 400.000 habitants sont pris au piège dans cette vaste région touchée par de graves pénuries alimentaires et médicales.

Vendredi, une opération d'évacuation de civils gravement malades a pris fin dans la Ghouta orientale. Sur trois jours, 29 patients ont été évacués en échange de la libération par les rebelles de 29 détenus, conformément à un accord conclu entre régime et insurgés.

Ce chiffre reste encore très éloigné des 500 personnes que l'ONU appelle à évacuer.

"Il faut faire plus: les besoins des civils doivent être prioritaires et l'accès à l'aide doit être autorisé plus régulièrement et sans conditions", a plaidé la représentante du CICR en Syrie, Marianne Gasser.

Dans le même temps, après un accord avec le régime syrien, des dizaines de jihadistes et de combattants rebelles ont été évacués des dernières zones qu'ils contrôlaient dans la Ghouta occidentale, avait rapporté la télévision d'Etat syrienne.

Des civils et secouristes sur le site d'une frappe aérienne à Maaret al-Nouman, en Syrie, le 3 janvier 2018
Des civils et secouristes sur le site d'une frappe aérienne à Maaret al-Nouman, en Syrie, le 3 janvier 2018 ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )

Une fois évacués dans leur totalité, les groupes rebelles n'auront aucune présence dans la Ghouta occidentale pour la première fois depuis 2012, a souligné le directeur de l'OSDH.

La Russie s'est impliquée depuis septembre 2015 dans le conflit en Syrie avec une campagne aérienne pour soutenir le régime de Bachar al-Assad.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a affirmé en décembre dernier que la Russie avait achevé le retrait partiel de ses troupes sur ordre du président Vladimir Poutine conformément à l'annonce de ce dernier le 11 décembre.

La Russie va maintenir en Syrie son Centre de réconciliation des belligérants, trois bataillons de police militaire, ainsi que la base aérienne de Hmeimim et la base militaire navale de Tartous, avait précisé M. Choïgou.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/04/2018

Genkyotex a publié sa position de trésorerie et d'équivalents de trésorerie, qui s'élève à 12,5 millions d'euros au 31 mars 2018 (contre 14,6 millions au 31 décembre 2017), conformément aux…

Publié le 26/04/2018

A la suite de « l’opération » menée au Casino 3.14 à Cannes et du battage médiatique qui en a découlé, Partouche passe à l’offensive en engageant des actions judiciaires. Le groupe de…

Publié le 26/04/2018

En tête du SRD, Adocia s'envole de 17% à 19 euros dans de gros volumes suite au partenariat stratégique conclu avec le Chinois Tonghua Dongbao...

Publié le 26/04/2018

Arkema vient de démarrer de nouvelles capacités de PVDF Kynar sur son site de Calvert City aux Etats-Unis. Avec cette augmentation de 20% de ses capacités de production aux Etats-Unis, Arkema…

Publié le 26/04/2018

EOS imaging a annoncé deux nouvelles installations du système d'imagerie EOS à University Orthopaedics de Providence (Rhode Island) et Hey Clinic à Raleigh (Caroline du Nord). Ces deux centres…