En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 052.11 PTS
+0.37 %
5 057.00
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 041.39
+0.48 %
DAX PTS
11 426.41
+0.64 %
Dowjones PTS
25 289.27
+0.83 %
6 890.45
+0.00 %
1.134
+0.14 %

Symbole assassiné, Anna Politkovskaïa revit au théâtre à Paris

| AFP | 167 | Aucun vote sur cette news
Anna Politkovskaïa, la journaliste russe assassinée, devenue un symbole de la lutte pour la liberté de la presse, le 6 octobre 2008 à Paris
Anna Politkovskaïa, la journaliste russe assassinée, devenue un symbole de la lutte pour la liberté de la presse, le 6 octobre 2008 à Paris ( OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP/Archives )

Douze ans après l'assassinat d'Anna Politkovskaïa, la journaliste russe devenue un symbole de la lutte pour la liberté de la presse ressuscite au théâtre à l'heure où est dénoncé plus que jamais le meurtre impuni de reporters.

"Quand on voit que des gouvernements n'hésitent pas à faire empoisonner (des journalistes) à l'extérieur de leur frontières ou à les démembrer, il faut bien sûr réveiller les mentalités", explique à l'AFP Robert Bensimon, metteur en scène d'"Anna Politkovskaïa, 12 ans déjà... voulons-nous vraiment savoir?".

La pièce, qui joue à partir de mercredi au théâtre Déjazet à Paris, coïncide quelques semaines après le choc du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, "étranglé" et "démembré" dans son consulat en Turquie.

M. Bensimon redonne en quelque sorte la parole à la journaliste d'investigation qui aurait eu 60 ans cette année, si elle n'avait pas été abattue par balles le 7 octobre 2006 dans sa cage d'escalier à Moscou. Depuis, l'Unesco a condamné les assassinats de 1.010 journalistes et professionnels des médias.

"C'est un spectacle de révolte contre la passivité dans laquelle on est tous pris", souligne le metteur en scène français, au moment où l'ONU vient de décréter le 2 novembre "Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes".

- La justice "endormie" ? -

Commis le jour de l'anniversaire de Vladimir Poutine, le meurtre d'Anna Politkovskaïa -- critique infatigable des exactions commises en Tchétchénie par l'armée russe-- avait suscité l'émotion, notamment dans les pays occidentaux, où elle jouissait d'une notoriété plus forte qu'en Russie.

Lom-Ali Gaïtoukaïev, reconnu coupable d'avoir organisé l'assassinat, est mort l'an passé dans la colonie pénitentiaire où il purgeait une peine de prison à perpétuité.

Dans la pièce, "Anna", jouée par Corine Thézier, dialogue avec un "lecteur français" (Pierre Carteret), introduit par M. Bensimon lui-même.

"J'aurais tellement voulu vous rencontrer", lui disent les deux hommes.

"Si ma vie n'a pas suffi, que ma mort s'y mette. Servez-vous de moi, de mon nom si on s'en souvient encore. S'ils n'ont pas craint la justice, c'est qu'elle est endormie, réveillez-la", répond le personnage d'Anna.

"C'est le pari de la pièce: les vivants un peu orphelins que nous sommes dialoguent avec la morte", explique M. Bensimon, qui met en scène également un flûtiste et un violoncelliste jouant des morceaux de Rachmaninoff, Tchaïkovski, Prokofiev et autres.

- "Etourdissante de droiture" -

L'Italien Stefano Massini et le Suédois Lars Norén avaient déjà écrit des pièces sur la journaliste assassinée, dont le nom orne une dizaine de lieux publics en France.

Depuis son meurtre, l'idée d'écrire un texte sur elle a habité Bensimon pour qui il s'agit d'une personne "étourdissante de droiture, de courage".

"Elle prenait à cœur le calvaire que vivait à l’époque la population civile tchétchène et essayait d’aider des gens bien au-delà de ses devoirs de journaliste", confie à l'AFP l'écrivaine Galia Ackerman, sa traductrice et son amie jusqu'à sa mort.

Dans la pièce, on reconstruit le bureau d'Anna au bi-hebdomadaire Novaïa Gazeta pour lequel elle travaillait.

Mme Ackerman se souvient qu'Anna Politkovskaïa lui avait raconté le jour où, dans une base militaire russe en Tchétchénie où elle enquêtait, elle avait été mise dans un puits pendant plus de 24 heures, avant de subir un simulacre d’exécution.

"Je lui ai demandé comment a-t-elle pris un tel risque? Elle m’a répondu: +Galia, j’écris sur la population civile, mais je ne suis en rien meilleure que ces gens dont je décris la tragédie".

Même lorsqu'elle est tombée amoureuse d'un Norvégien, selon l'historienne, elle n'a pas voulu quitter la Russie, estimant que sa place était "avec les gens qu’elle défendait".

"Je raconte les faits, les histoires des personnes niées et l'histoire des personnes sur lesquelles on pose le pied et on marche", clame le personnage dans la pièce.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

Adthink lance Hello, une plateforme self-service de monétisation programmatique pour les éditeurs...

Publié le 16/11/2018

(Zonebourse.com) Un potentiel de rebond pour le titre ArcelorMittal.Fondamentalement, le titre se valorise correctement, avec un PER de 4.78 pour l'exercice en cours et de 5.13 pour l’année…

Publié le 16/11/2018

Mais attention à la dette...

Publié le 16/11/2018

                                      COMMUNIQUE DE PRESSE Feuquières-en-Vimeu, le 16 novembre 2018   Réalisation de la prise de…

Publié le 16/11/2018

Vivendi annonce pour le troisième trimestre un chiffre d'affaires en croissance de 5,6% à taux de change et périmètre constant par rapport à la même...