5 534.61 PTS
+0.15 %
5 527.0
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 424.30
+0.09 %
DAX PTS
13 434.64
+0.00 %
Dowjones PTS
26 058.75
-0.05 %
6 868.47
+0.50 %
Nikkei PTS
23 816.33
+0.03 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Sur Twitter et à Varsovie, la croix "censurée" de Ploërmel déchaîne les passions

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
La statue de Jean-Paul II à Ploërmel, en Bretagne, le 5 janvier 2016
La statue de Jean-Paul II à Ploërmel, en Bretagne, le 5 janvier 2016 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

"Il faut sauver la croix de Ploërmel!" De Paris à Varsovie, en passant par les réseaux sociaux, la croix surplombant une statue de Jean-Paul II en Bretagne fait de nouveau polémique, depuis que la justice a ordonné son retrait au nom de la laïcité.

"Le gouvernement polonais tentera de sauver de la censure le monument de notre compatriote, et nous proposerons de le transférer en Pologne", a lancé samedi la Première ministre conservatrice polonaise Beata Szydlo.

"Notre grand compatriote, un grand Européen, est un symbole de l'Europe chrétienne unie", a-t-elle ajouté en vilipendant "le diktat du politiquement correct" et "de la laïcisation de l’État" qui "mènent à terroriser la vie quotidienne des Européens".

Installé sur un parking de Ploërmel (9.000 habitants), dans le Morbihan, le monument, qui culmine à 7,50 mètres de haut, a été contesté avant même son édification le 9 décembre 2006, 101 ans exactement après la promulgation de la loi de séparation des Églises et de l’État.

Mercredi, le Conseil d’État a ordonné le retrait de la croix qui surplombe l'édifice dans un délai de six mois, au nom justement de l'article 28 de la loi de 1905 qui interdit "d'élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux" dans un "emplacement public".

La plus haute juridiction administrative française n'a en revanche pas remis en cause la statue et son arche qui "ne saurait, par elle-même, être regardée comme un signe ou emblème religieux" au sens de la loi.

L'Eglise catholique n'a pas protesté. "C'est une décision mesurée qui me satisfait", a ainsi commenté le vicaire général de l’évêché de Vannes, l'abbé Jean-Yves Le Saux, dans Le Figaro.

- 'Décision inique' -

Mais l'affaire a suscité une levée de boucliers à droite et à l'extrême droite. "Cette décision inique participe à l'œuvre de destruction de notre civilisation judéo-chrétienne", s'est ainsi insurgé Louis Alliot, vice-président du FN, tandis que l'ancienne ministre Christine Boutin tweetait: "Ne fléchissons pas! #Ploërmel".

"Le premier ennemi de la laïcité en France, ce n'est pas une croix sur la statue de Jean-Paul II ni une crèche", a aussi déclaré dimanche Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains.

L'ancien Premier ministre (LR) Jean-Pierre Raffarin a lui jugé "absurde" de "vouloir séparer la croix et Jean-Paul".

Sur Twitter, un hashtag #montretacroix, a suscité des dizaines de milliers de commentaires d'internautes, qui ont posté photos de calvaires, de crucifix ou de croix de Lorraine. La plupart plaidaient pour le respect du patrimoine et de "l'identité française".

D'autres n'hésitaient pas à écrire: "Conseil d'état / Daesh: même combat. Résistance contre ce nouveau terrorisme...."

- 'Guerre de religion' -

A Ploërmel, les réactions étaient plus mesurées. "Les habitants sont un peu dubitatifs. Qu'il y ait une croix ou qu'il n'y en ait pas, ça ne va pas changer grand chose", jugeait ainsi le député (LREM) Paul Molac, qui habite la commune voisine.

"Je n'ai pas envie de faire renaître une guerre de religion", explique pour sa part le maire (LR) Patrick Le Diffon.

Estimant que "couper la croix" risquerait de "créer un trouble à l'ordre public", il envisage de vendre le terrain à un investisseur privé, ce qui permettrait de se conformer à la loi. "L'objet du délit serait dans un espace privé", souligne-t-il.

L'ancien maire (divers droite), Paul Anselin, par qui tout a démarré, est au contraire reparti en croisade. "Faire tomber une croix en Bretagne, c'est invraisemblable!", lance l'ancien colonel de parachutistes, âgé de 86 ans.

Condamné en 2009 au procès de l'Angolagate, cet élu haut en couleur, proche de Jacques Chirac, avait accepté le don de l’artiste russe Zourab Tsereteli, auteur d'une statue de 98 mètres de haut du tzar Pierre le Grand à Moscou.

"L'affaire avait reçu l'assentiment du président Poutine et du patriarche (orthodoxe, ndlr) Alexis", se défend aujourd'hui M. Anselin, en appelant à une "grande manifestation" en décembre à Ploërmel.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2018

Thales vient de livrer au CNES, partenaire de la Nasa, le laser SuperCam, destiné à participer à l’exploration du sol martien en 2020. Cet appareil est le frère jumeau du laser ChemCam, toujours…

Publié le 22/01/2018

Alstom a signé un accord avec l'opérateur d'infrastructures néerlandais Prorail et Rotterdam Rail Feeding (RRF) afin de procéder cette année à des essais du système ATO, permettant le pilotage…

Publié le 22/01/2018

Publicis annonce la nomination de Nick Law en tant que Chief Creative Officer de Publicis Groupe et Président de Publicis Communications...

Publié le 22/01/2018

  COURTOIS SA Société anonyme au capital de 1.673.940 Euros Siège social : 3, rue Mage - 31000 TOULOUSE 540 802 105 RCS  TOULOUSE B Tel : 05.62.26.73.22 Fax :…

Publié le 22/01/2018

Publicis annonce à l'instant la nomination de Nick Law en tant que Chief Creative Officer de Publicis Groupe et Président de Publicis Communications. Nick Law est actuellement le directeur de…

CONTENUS SPONSORISÉS