En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 344.93 PTS
-0.08 %
5 350.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 288.07
-0.06 %
DAX PTS
12 210.55
-0.22 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.04 %
1.144
+0.00 %

Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, deux boulangeries côte à côte, deux statuts

| AFP | 978 | Aucun vote sur cette news
Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes
Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes ( LOIC VENANCE / AFP )

Deux boulangers côte à côte, l'un déclaré, l'autre non: les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui ont obtenu l'abandon du projet d'aéroport, souhaitent pouvoir conserver à l'avenir sur le site des activités "dans" et "hors les clous".

Dans une vieille bâtisse en pierre, au lieu-dit "Les Fosses noires", à l'écart de la route principale traversant la zone, coexistent deux "boulangeries indépendantes", seulement séparées d'une porte. Le pain sorti de l'une est commercialisé dans les marchés et Amap (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), celui de l'autre fournil est distribué uniquement dans la ZAD et à prix libre.

Formé au maraîchage, Michaël, 30 ans, s'est tourné vers les céréales dans la ZAD, "du fait des terres disponibles", et a appris les rudiments de la boulange avec l'aide de paysans du canton.

"Squatteur" de la maison avoisinante, il a "fait le choix" il y a deux ans de déclarer son activité professionnelle. "Je ne pensais même pas que c'était possible, c'est saugrenu!", s'amuse le jeune homme, "chez (lui)" sur la ZAD depuis sept ans.

Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes
Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes ( LOIC VENANCE / AFP )

"Je suis inscrit à la MSA (la sécurité sociale agricole, ndlr), je paye mes cotisations", souligne-t-il. "J'aurais pu continuer à cultiver sans le déclarer, avoir une activité un peu informelle, mais c'est bien aussi d'avoir ici des projets plus visibles, plus palpables, une installation officielle, ça fait parler."

"Ici, il y a à la fois des activités dans les règles et hors les clous, et il nous faudra encore les deux pour le futur, c'est quelque chose pour lequel on va se battre", affirme Michaël, espérant que les futures négociations avec l'État sur le devenir des terres de la ZAD vont aboutir "en bonne intelligence" et qu'un cadre sera trouvé pour les projets informels.

- Garder la maîtrise du foncier -

Une pancarte indique l'entrée du lieu-dit
Une pancarte indique l'entrée du lieu-dit "Les Fosses Noires" dans la Zad de Notre-Dame-des-Landres, le 19 janvier 2018 près de Nantes ( LOIC VENANCE / AFP )

"On souhaite qu'il puisse y avoir des gens qui s'installent dans des formes classiques et des formes un peu hors normes, avec le maintien notamment de la pratique du prix libre", renchérit un trentenaire se faisant appeler "Camille", en train de pétrir de la pâte dans la salle voisine.

"Les gens qui ont lutté ici contre l'aéroport doivent pouvoir choisir les formes de vie qui vont s'y développer. On portera ce message auprès de l'État", insiste ce titulaire d'un CAP boulangerie, qui travaille aux Fosses noires depuis 2013.

Une équipe de six boulangers bénévoles s'y relaie trois fois par semaine pour faire du pain, distribué les lundis et jeudis sur place, et chaque vendredi au "non marché", où la production céréalière, laitière et de légumes, s'y achète à prix libre.

Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes
Des boulangers préparent du pain dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier 2018 près de Nantes ( LOIC VENANCE / AFP )

Alors que va bientôt se jouer l'avenir agricole de la ZAD, "Camille" n'imagine pas la disparition de certaines activités. "On ne peut pas résumer cet avenir à un enjeu 100% agricole", souligne-t-il.

Le projet d'aéroport désormais enterré, les opposants entendent bien défendre, lors des futures discussions avec les autorités et les instances agricoles, leur volonté de garder la maîtrise du foncier et des installations sur les quelque 1.650 hectares de l'ex-ZAD.

Elle est portée dans une ligne collective en six points, dont l'un est que les occupants de la ZAD "puissent rester" s'ils le souhaitent, et que soient maintenus des projets agricoles et non agricoles, déclarés et non déclarés.

Le gouvernement a laissé aux occupants illégaux de la ZAD jusqu'au 30 mars, c'est-à-dire à l'expiration de la trêve hivernale, pour régulariser leur situation. "Ce sont des choses très simples: payer le gaz, l'électricité, le fermage le cas échéant... S'inscrire dans un cadre d'État de droit", a précisé la préfète de la région Pays de la Loire, Nicole Klein.

"Aujourd'hui, tout le monde, même les paysans historiques, est occupant illégal. Mais il y a plein de gens qui payent déjà des factures, cette maison a un contrat EDF", souligne "Camille". "Mais c'est clair qu'on négociera avec l'État".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/08/2018

SpaceX, la société aérospatiale fondée par Elon Musk, pourrait participer au projet de retrait de la cote du constructeur de véhicules électriques Tesla. Telles sont les informations révélées…

Publié le 16/08/2018

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, organise en octobre les premières journées du commerce équitable ( Orlando SIERRA / AFP/Archives )La Côte d'Ivoire, premier producteur…

Publié le 16/08/2018

Un poisson échoué sur la plage, à Captiva, en Floride, le 1er août 2018 ( JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )Les autorités ont décrété l'état d'urgence en Floride, où…

Publié le 16/08/2018

Le Trésor américain a annoncé des sanctions financières le 15 août 2018 contre deux entreprises russe et chinoise accusées d'avoir continué à entretenir des relations commerciales avec la…

Publié le 15/08/2018

Le Trésor américain a annoncé des sanctions financières le 15 août 2018 contre deux entreprises russe et chinoise accusées d'avoir continué à entretenir des relations commerciales avec la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne 1,3%

Publié le 17/08/2018

A 08h00 en Allemagne
Indice des prix à la production de juillet.
source : AOF

Publié le 17/08/2018

Pendant ce temps, la SEC poursuivrait ses investigations

Publié le 17/08/2018

Communiqué de presse                                 Tours-en-Savoie, le 17 août 2018   Transfert du contrat de liquidité TIVOLY   TIVOLY…

Publié le 17/08/2018

Fox21 acquiert les droits d'adaptation du jeu vidéo à succès Vampyr, développé et coproduit par Dontnod Entertainment et édité par Focus Home Interactive, pour la production d'une série…