En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Sur la route des Etats-Unis, les enfants des sauf-conduits illusoires

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Des migrants à la frontière avec les Etats-Unis photographiés de la ville mexicaine de Tijuana, le 1er janvier 2019.
Des migrants à la frontière avec les Etats-Unis photographiés de la ville mexicaine de Tijuana, le 1er janvier 2019. ( Guillermo Arias / AFP )

La mort aux Etats-Unis d'une fillette et d'un petit garçon originaires du Guatemala révèle que les passeurs font souvent croire aux émigrants illégaux qu'ils auront de meilleures chances d'avoir accès au "rêve américain" s'ils sont accompagnés d'enfants, selon les témoignages recueillis par l'AFP.

Parti de son village reculé de la région maya de Nenton, dans l'ouest du Guatemala, près de la frontière mexicaine, Agustin Gomez a entrepris le voyage avec son fils Felipe, âgé de huit ans.

Après leur arrestation par des gardes-frontière américains, le garçon s'est éteint la nuit de Noël, pour une raison qui n'a pas encore pu être établie avec certitude. Des villageois et des proches ont raconté à l'AFP que le père croyait que la présence de l'enfant à ses côtés lui faciliterait l'entrée aux Etats-Unis.

Deux semaines auparavant, une fillette de sept ans, également guatémaltèque et originaire d'une région maya, avait péri dans des circonstances similaires. Jakelin Caal et son père Nery avaient eux aussi été arrêtés par les gardes-frontière avoir quitté leur village de Raxruha, dans le nord.

La mort des deux enfants a suscité une vive émotion, aux Etats-Unis et dans le monde.

Soustraire les enfants aux gangs

Un groupe de migrants originaires d'Amérique centrale photographiés la nuit du 31 décembre 2018 à la frontière américano-mexicaine à Tijuana.
Un groupe de migrants originaires d'Amérique centrale photographiés la nuit du 31 décembre 2018 à la frontière américano-mexicaine à Tijuana. ( Guillermo Arias / AFP )

C'est sans nul doute la misère qui jette parfois sur les routes des familles entières. Emmener les enfants, c'est également pour beaucoup de parents les soustraire au recrutement par des gangs de criminels. Les expropriations de terres ancestrales pour faire place à de grands projets d'infrastructures ou les désastres provoqués par le changement climatique sont encore autant de causes de départs, selon les experts consultés par l'AFP.

Il n'en reste pas moins que des rumeurs circulent dans les communautés déshéritées sur le fait que la présence d'un enfant peut faciliter l'intégration au nord du Rio Grande, explique à l'AFP Roxana Palma, une responsable de la Maison du Migrant au Guatemala.

Très souvent, les passeurs, surnommés les "coyotes", ne disent pas la vérité sur les procédures d'immigration aux Etats-Unis et font seulement miroiter la perspective d'une vie meilleure, déplore-t-elle.

"Malheureusement, ce sont eux qui informent mal les gens sur la manière d'aller aux Etats-Unis de façon +sûre+, entre guillemets", ajoute Roxana Palama.

Selon un autre expert, qui préfère rester anonyme, l'administration sous le précédent président américain Barack Obama "réservait un traitement particulier aux adultes accompagnés d'enfants", mais cela est maintenant terminé avec Donald Trump. "Les passeurs continuent de dire que l'on peut entrer avec des enfants, mais ce n'est plus valable", insiste-t-il.

"Les coyotes trompent les gens"

Dans le village de San Antonio Secortez, le 25 décembre 2018, une photo de Jakelin Caal, une fillette morte aux Etats-Unis après y avoir été arrêtée avec son père.
Dans le village de San Antonio Secortez, le 25 décembre 2018, une photo de Jakelin Caal, une fillette morte aux Etats-Unis après y avoir été arrêtée avec son père. ( Johan ORDONEZ / AFP/Archives )

"Nous voyons aussi comment les réseaux de trafiquants de migrants et les coyotes recrutent, font payer et trompent les gens", souligne Danilo Rivera, le coordinateur de l'Institut centro-américain d'études sociales et pour le développement (Incedes). Selon lui, ces réseaux utilisent même des radios locales dans les régions mayas de l'ouest du Guatemala pour faire croire qu'ils peuvent obtenir des visas et des voyages pour les Etats-Unis de manière "sûre et rapide".

Les autorités guatémaltèques "ne font pas grand-chose" pour contrecarrer cette propagande mensongère, ni pour s'attaquer aux causes de l'émigration, regrette Danilo Rivera.

Selon les études de l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), la majorité des migrants guatémaltèques refoulés par le Mexique et les Etats-Unis sont originaires des régions de l'ouest, les plus pauvres du Guatemala.

Le père et deux frères de Pascual Domingo, partis du village de Yalambojoch, comme le malheureux petit Felipe, ont réussi à passer aux Etats-Unis et envoient à présent de l'argent à la famille restée au pays. "Tous ceux qui partent là-bas, c'est parce qu'ils n'ont plus d'argent, qu'ils ne trouvent pas de travail", insiste Pascual. Dans ce département de Huehuetenango, 73,8% des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, d'après les statistiques officielles.

Maria Lucas, 40 ans, est heureuse de montrer sa maison, construite en dur grâce à l'argent que lui envoie son fils Juan, installé depuis trois ans aux Etats-Unis. "Mon enfant est parti à cause de la misère. Nous sommes dans le besoin, c'est pour ça qu'il a dû partir", explique Maria.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…