En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 403.52 PTS
+0.18 %
5 402.0
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 326.90
+0.00 %
DAX PTS
12 219.02
-
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
+0.00 %
1.168
+0.10 %

Sous Trump, l'Amérique d'abord mais de plus en plus seule

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche
Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche ( Brendan SMIALOWSKI / AFP )

La position de Donald Trump sur l'Iran est une nouvelle attaque contre le multilatéralisme qui risque, au nom du slogan "l'Amérique d'abord", d'isoler les Etats-Unis dans le monde et d'affaiblir leur crédibilité.

Les observateurs avaient du mal jusqu'ici à définir la diplomatie du président américain, mettant en avant une absence de cohérence ou le gouffre entre ses paroles enflammées et ses actes.

Mais son discours devant l'Assemblée générale de l'ONU en septembre, dont la "souveraineté" était le leitmotiv, et sa décision annoncée vendredi de ne pas "certifier" l'accord sur le nucléaire iranien cher au reste de la communauté internationale semblent confirmer une tendance esquissée depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier.

Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche
Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche ( Brendan Smialowski / AFP )

"La politique étrangère de Trump a trouvé un thème: la doctrine du retrait", a résumé le président du centre de recherche Council on Foreign Relations, Richard Haass.

L'accord iranien vient s'ajouter à la liste désormais longue des engagements ou organisations internationaux que Washington a quitté ou menacé de quitter: le partenariat transpacifique (TPP), l'accord de Paris sur le climat, l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) et l'Unesco.

Sans surprise, les anciens de l'administration démocrate de Barack Obama sont montés au créneau pour dresser un sombre bilan des neuf premiers mois du président républicain, sans expérience diplomatique avant son élection.

- Critiques républicaines -

"Une fois de plus, Trump met en doute la capacité des Etats-Unis à tenir ses engagements internationaux", peste Ben Rhodes, qui fut conseiller adjoint à la Sécurité nationale de Barack Obama, en dénonçant "une violation de l'accord" historique conclu en 2015 pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique. "Les autres pays ne vont plus vouloir conclure des accords avec les Etats-Unis, car ils penseront que nous n'allons pas tenir parole."

Et même si le milliardaire républicain n'est pas allé jusqu'à "déchirer" l'accord iranien comme promis, sa "non-certification" ajoutée à la menace d'y mettre fin "à tout moment" vont "affaiblir" et "isoler" Washington ainsi que son alliance avec les Européens tout en renforçant l'Iran, la Russie et la Chine, prévient Wendy Sherman, principale négociatrice américaine du texte.

Réactions au refus de Trump de certifier l'accord sur le nucléaire iranien
Réactions au refus de Trump de certifier l'accord sur le nucléaire iranien ( Vincent LEFAI / AFP )

Mais les démocrates ne sont pas les seuls critiques.

D'anciens hauts diplomates qui ont servi le président républicain George W. Bush ont aussi exprimé publiquement leurs doutes. Richard Haass souligne ainsi une incohérence du discours de Donald Trump, qui ne cesse de dénoncer la "dictature" ou le "régime" iranien, "en suggérant qu'un changement de régime est le but ultime de la politique américaine" alors qu'il clame ne plus vouloir imposer de telles solutions.

Et Nicholas Burns, autre ex-diplomate devenu professeur à l'Harvard Kennedy School, déplore des "erreurs historiques". Les Etats-Unis "se retirent de leur rôle de leader mondial sous Trump", lance-t-il.

Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche
Le président Donald Trump évoque l'accord avec l'Iran le 13 octobre 2017 à la Maison-Blanche ( Brendan Smialowski / AFP )

Comme lors du retrait de l'accord sur le climat, les Européens font front commun pour défendre le pacte iranien. La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a dénié à Donald Trump le "pouvoir" d'y mettre fin unilatéralement.

Quant au président français Emmanuel Macron, qui affiche volontiers sa complicité avec le magnat de l'immobilier, il s'est clairement démarqué en parlant avec son homologue iranien Hassan Rohani pour le rassurer et "envisager" de se rendre personnellement à Téhéran.

- Conséquences sur la crise nord-coréenne -

De nombreux observateurs s'inquiètent des conséquences sur la principale crise internationale du moment, née des ambitions nucléaires nord-coréennes.

L'accord de 2015 sur le nucléaire en Iran
L'accord de 2015 sur le nucléaire en Iran ( afp / AFP )

Selon Robert Einhorn, de la Brookings Institution, pour venir à la table des négociations, Pyongyang "doit penser que l'Amérique est prête à tenir ses engagements", or la menace d'abandonner l'accord iranien "nuit" à cette perspective.

D'autant que sur la Corée du Nord, l'administration américaine a adopté une stratégie qui passe par l'unité de la communauté internationale, via l'ONU, pour faire pression sur le régime de Kim Jong-Il. Mais "les tweets matinaux" de Donald Trump, qui promet "le feu et la furie" à Pyongyang, "embrouillent les Nord-Coréens, les Américains et nos alliés en Europe et en Asie", disait récemment ce chercheur à l'AFP.

Le président Donald Trump, accompagné de la Première Dame Melania, parle à la presse à Washington, le 13 octobre 2017
Le président Donald Trump, accompagné de la Première Dame Melania, parle à la presse à Washington, le 13 octobre 2017 ( Brendan Smialowski / AFP )

"Trump semble penser que la puissance militaire et économique des Etats-Unis est suffisante pour leur permettre de faire ce qu'ils veulent quand ils veulent", analyse Barbara Slavin, du centre de réflexion Atlantic Council. "Ce qu'il ne comprend pas, c'est que les Etats-Unis sont au faîte de leur puissance quand ils sont à la manoeuvre pour donner vie à un consensus international."

Seuls les détracteurs de l'accord iranien trouvent des bienfaits à la position américaine, saluée par Jérusalem et Ryad, ennemis régionaux de Téhéran, et qui a trouvé un certain écho auprès des centre de réflexion conservateurs et, malgré certaines réserves, auprès des élus républicains du Congrès.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/09/2018

Après avoir finalisé, le 6 juillet 2018, l'acquisition du bloc de 73.04% du capital de Direct Energie à 42 euros par action, Total se félicite des résultats de l'offre publique d'acquisition tels…

Publié le 20/09/2018

Une femme en plein travail à la maternité de Médecins Sans Frontières (MSF), le 8 août 2018 à Khost, en Afghanistan ( JUSTINE GERARDY / AFP )Pour les Afghanes, donner la vie reste environ…

Publié le 19/09/2018

Une infirmière tente de réconforter un enfant yéménite souffrant de malnutrition dans un hôpital de la province de Hajjah (nord-ouest), le 19 septembre 2018 ( Essa Ahmed / AFP )Plus de cinq…

Publié le 19/09/2018

Les cours du pétrole progressent nettement malgré la baisse moins marquée que prévu des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Les stocks de brut ont baissé de 2,1 millions de barils alors…

Publié le 18/09/2018

Richard Ferrand à l'Assemblée nationale le 12 septembre 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a rappelé à l'ordre mardi le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Bel a lancé un projet de nouvelle organisation pour adapter et simplifier ses modes de fonctionnement et ses organisations, en particulier au niveau...

Publié le 20/09/2018

Recylex a pris acte du jugement rendu le 18 septembre 2018 par le Tribunal de Grande Instance de Béthune l'ayant déboutée de son action en responsabilité initiée à l'encontre des liquidateurs de…

Publié le 20/09/2018

Poxel a réalisé au premier semestre 2018 un résultat net de 7,3 millions d’euros, contre une perte nette de 9,7 millions d’euros au premier semestre 2017. Le chiffre d’affaires s’élève à…

Publié le 20/09/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), a annoncé le remboursement anticipé de 44 obligations…

Publié le 20/09/2018

Le Dr. Stephan A. Grupp, MD , Ph.D., un oncologue pédiatrique de premier plan à l'Hôpital pour enfants de Philadelphie et chef du département de thérapie cellulaire et de transplantation à…