En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 907.79 PTS
-0.03 %
4 897.0
-0.09 %
SBF 120 PTS
3 898.93
-0.07 %
DAX PTS
10 930.21
+0.01 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.06 %

Argentine: 10e jour de recherches du sous-marin, les familles en deuil

| AFP | 1787 | Aucun vote sur cette news
Des proches des marins du sous-marin argentin San Juan disparu, devant la base navale de Mar del Plata, le 24 novembre 2017
Des proches des marins du sous-marin argentin San Juan disparu, devant la base navale de Mar del Plata, le 24 novembre 2017 ( EITAN ABRAMOVICH / AFP )

Dix jours après le dernier signe de vie émis par le sous-marin argentin San Juan, les familles des 44 membres d'équipage avaient commencé samedi leur deuil et les recherches se poursuivaient avec le renfort attendu ce week-end d'un navire russe.

Officiellement, la Marine se refuse à déclarer qu'il n'y a plus aucune chance de retrouver des survivants. Mais les familles ont perdu tout espoir depuis qu'elle a annoncé jeudi qu'une explosion était survenue dans le périmètre où se trouvait le sous-marin.

Les recherches sont désormais concentrées dans une zone plus restreinte de l'Atlantique sud, où a été enregistrée l'explosion, à 400 km des côtes argentines. Treize pays au total y participent.

Avec des sondes, des sonars et des radars, sept navires passent au peigne fin la zone, où les fonds océaniques vont de 200 mètres à l'ouest à 1.000 mètres à l'est, a précisé samedi le porte-parole de la Marine argentine, le capitaine Enrique Balbi.

Sous-marin argentin : probable explosion
Sous-marin argentin : probable explosion ( Anella RETA / AFP )

Au-delà de 600 mètres, le TR-1700 à propulsion diesel et électrique, de fabrication allemande, se disloquerait sous la pression, selon les experts.

"Pour l'instant, nous n'avons rien trouvé à la surface, ni sous l'eau. Nous écartons l'hypothèse qu'il soit à la surface, du fait des efforts de recherche déployés", a déclaré le capitaine Balbi.

Un rassemblement religieux était prévu samedi à 12h30 (15H30 GMT) devant la base navale de Mar del Plata, en soutien aux familles. La veille, une centaine de fidèles avaient organisé une procession religieuse vers la base.

Vendredi soir, un avion cargo Antonov s'est posé à Comodoro Rivadavia, base arrière pour la logistique des opérations de secours, qui seront engagées si le sous-marin est localisé.

Dimanche, un navire océanographique russe ultra-sophistiqué pouvant envoyer un petit sous-marin télécommandé jusqu'à 6.000 mètres de profondeur doit s'intégrer au dispositif.

Ils prêteront main forte aux avions et navires envoyés depuis une semaine par les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Brésil ou le Chili.

- Miracle -

Deux sous-mariniers ont miraculeusement échappé au drame. Un technicien en communication a dû descendre du San Juan lors d'une escale à Ushuaia pour une mission à Buenos Aires avant de se rendre au Pérou, selon la Marine.

Le président argentin Mauricio Macri, lors d'une conférence de presse au siège de la Marine argentine, le 24 novembre 2017 à Buenos Aires
Le président argentin Mauricio Macri, lors d'une conférence de presse au siège de la Marine argentine, le 24 novembre 2017 à Buenos Aires ( JUAN MABROMATA / AFP )

Un autre, Adrian Rothlisberger, a été exempté de mission sur le San Juan alors qu'il s'apprêtait à embarquer, car il devait finaliser l'achat de sa maison, procédure généralement longue et compliquée en Argentine, a révélé le journal Clarin.

"Nous pourrions nous réjouir, car c'est un miracle, mais nous nous mettons à la place des autres familles, nous savons qu'il aurait pu être un des 44", a confié la mère d'Adrian Rothlisberger, Sandra Álvarez.

La plupart des familles hébergées sur place depuis l'annonce de la disparition ont quitté la base de Mar del Plata. Quelques unes, originaires de provinces éloignées, attendaient dans la base la localisation du submersible.

Le président argentin Mauricio Macri a exigé vendredi "une enquête sérieuse, approfondie, qui permette d'avoir des certitudes" sur le sort du San Juan et d'élucider l'explosion.

Il faut déterminer, a-t-il ajouté, "comment un sous-marin qui (...) était en parfaite condition pour naviguer a été visiblement victime d'une explosion".

La juge Marta Yáñez a ouvert une enquête avec comme "objectif de déterminer les causes de l'explosion".

Le San Juan est porté disparu depuis le mercredi 15 novembre à 07h30 (10h30 GMT). Il n'a pas activé ses balises de détresse.

Selon la presse argentine, le gouvernement prépare une purge au sein de la Marine, afin de sanctionner des dysfonctionnements. La presse avance que le ministre de la Défense avait été informé avec cinq jours de retard d'une avarie dans les batteries à bord du sous-marin.

Avant la rupture des communications, le commandant du submersible avait signalé un problème au niveau des batteries, une avarie qui, selon lui, n'était pas un obstacle à la poursuite de la navigation vers sa base.

La perte du San Juan porte un coup à la capacité opérationnelle de la Marine argentine. Entre 2008 et 2014, le pays avait investi 20 millions de dollars dans la modernisation du submersible qui constituait le joyau de l'armée argentine dont les équipements sont généralement obsolètes, faute de financements.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Le double test du support clé des 107.15 euros a permis de stopper la correction du titre qui a entrepris depuis un mouvement de rebond. Du côté des indicateurs techniques, le RSI retrouve un…

Publié le 13/12/2018

Par courrier reçu le 10 décembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 13 décembre, la société LUX Investment Fund S...

Publié le 13/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...

Publié le 13/12/2018

  Le programme européen MALE RPAS passe avec succès sa revue de conception préliminaire, dernière étape de l'étude de définition   La revue de conception…

Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord portant sur la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire opérateur INPEX pour un montant global de…