5 412.83 PTS
+0.39 %
5 350.50
+0.35 %
SBF 120 PTS
4 330.92
+0.30 %
DAX PTS
12 540.50
-0.21 %
Dowjones PTS
24 462.94
-0.82 %
6 667.75
-1.58 %
Nikkei PTS
22 162.24
-0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Soupçons de financement libyen: un proche de Sarkozy libéré sous caution

| AFP | 588 | Aucun vote sur cette news
L'homme d'affaires français Alexandre Djouhri, à Londres le 13 janvier 2018
L'homme d'affaires français Alexandre Djouhri, à Londres le 13 janvier 2018 ( Tolga Akmen / AFP )

L'homme d'affaires français Alexandre Djouhri, arrêté à Londres dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de l'ex-président français Nicolas Sarkozy en 2007, a été libéré vendredi contre caution.

Il est désormais dans l'attente en attendant d'une audience d'extradition, a-t-on appris de source proche du dossier.

Interpellé dimanche dernier, Alexandre Djouhri, personnage-clé de cette enquête menée à Paris, avait obtenu sa libération sous caution devant le tribunal londonien de Westminster.

Après cinq nuits de détention, il a été libéré vendredi en fin d'après-midi après avoir payé la somme d'un million de livres (1,13 million d'euros), qui lui était réclamée contre sa remise en liberté effective, selon cette source.

Il devra rester à Londres en attendant la tenue d'une audience le 17 avril consacrée à la demande d'extradition déposée par les autorités françaises, a-t-on ajouté de même source.

L'homme d'affaires, familier des réseaux de la droite française et des affaires politico-judiciaires, avait été arrêté dimanche à l'aéroport d'Heathrow en vertu d'un mandat d'arrêt européen pour "blanchiment d'argent", "détournements de fonds publics" et "corruption" délivré par la justice française.

A l'issue d'une audience lundi devant le tribunal londonien de Westminster, il avait été placé en détention provisoire.

Résident suisse, Alexandre Djouhri, 58 ans, fait figure de personnage-clé de l'enquête ouverte à Paris depuis 2013 pour vérifier les accusations lancées deux ans plus tôt par l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi et son fils Seif el-Islam, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour financer sa campagne électorale de 2007. L'ancien président a toujours rejeté ces accusations.

Jusqu'alors, l'homme d'affaires s'est soustrait aux demandes de la justice et n'a ainsi pas répondu à la convocation des enquêteurs français en septembre 2016.

A cette époque, les juges d'instruction disposaient d'une série de témoignages et d'éléments troublants accréditant l'hypothèse d'un financement libyen.

Parmi eux, la vente suspecte en 2009 d'une villa située à Mougins (Alpes-Maritimes), pour environ 10 millions d'euros, à un fonds libyen géré par Bachir Saleh, l'ancien grand argentier du régime de Kadhafi, évincé du pouvoir et tué en 2011. L'enquête avait été entendue à de possibles détournements de fonds commis à la faveur de cette vente, en lien avec l'affaire.

Les juges soupçonnent Alexandre Djouhri d'être le véritable propriétaire et vendeur de ce bien et de s'être entendu avec Bachir Saleh pour fixer un prix d'achat "très surévalué", selon les éléments de l'enquête rapportés à l'AFP.

Selon le site Mediapart, "plusieurs documents saisis" au domicile genevois d'Alexandre Djouhri "confirment son rôle dans le paiement d'une commission à l'ancien ministre de l'Intérieur", Claude Guéant, mis en examen dans le dossier pour "blanchiment de fraude fiscale".

Les magistrats s'interrogent sur le virement de 500.000 euros perçu par Claude Guéant, alors ex-secrétaire général de l'Élysée, en mars 2008, en provenance d'une société d'un avocat malaisien. Il a toujours expliqué qu'il s'agissait du fruit de la vente de deux tableaux.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   1er TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE     RESULTATS ANNUELS 2017     Le Conseil d'administration de la Société de Tayninh…

Publié le 20/04/2018

Paris, 20 avril 2018       BOURBON : Avancées positives dans les négociations avec les créanciers     Comme annoncé dans son communiqué de presse…

Publié le 20/04/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY RCS Compiègne B 393 376…

Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       MISE A DISPOSITION DU DOCUMENT DE REFERENCE 2017     La Société de Tayninh annonce…