En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 327.38 PTS
+0.42 %
5 322.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 271.91
+0.32 %
DAX PTS
12 209.29
+0.38 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
+0.00 %
1.137
+0.26 %

Soupçons d'escroquerie à Aulnay : Théo sort libre de garde à vue

| AFP | 162 | Aucun vote sur cette news
Theo Luhaka le 28 octobre 2017 à Bobigny
Theo Luhaka le 28 octobre 2017 à Bobigny ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

Soupçonné d'être impliqué dans une vaste escroquerie aux aides publiques, Théo Luhaka, devenu un symbole des violences policières après son interpellation en 2017 à Aulnay-sous-Bois, est sorti libre de garde à vue mercredi, tandis qu'un de ses frères, Mickaël, doit être présenté à un juge jeudi, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

Quatre personnes interpellées en même temps qu'eux mardi matin, parmi lesquelles un autre frère de Théo, Grégory, sont également ressorties libres mais "le juge d'instruction appréciera ultérieurement les suites à donner à leur garde à vue", a précisé le parquet.

La justice les soupçonne d'avoir détourné des centaines de milliers d'euros d'aides publiques octroyées dans le cadre du dispositif des "emplois d'avenir", mis en place par l'ex-chef de l'Etat François Hollande afin de permettre l'embauche de jeunes chômeurs non diplômés.

Tous les six (les trois frères Luhaka et trois salariés de ces associations, deux jeunes hommes et une jeune femme) étaient entendus depuis mardi matin dans le cadre d'une enquête dirigée par un juge d'instruction pour "escroquerie en bande organisée au préjudice d'un organisme public, abus de confiance, blanchiment, faux et usage de faux, travail dissimulé".

L'affaire implique une demi-douzaine d'associations se présentant comme des structures de médiation sportive pour les jeunes des quartiers, mais aussi des sociétés. Mickaël Luhaka était le gérant de la société au coeur de l'enquête, "Aulnay Events".

D'importes sommes d'argent ont transité par les comptes bancaires de plusieurs membres de la famille Luhaka, a détaillé à l'AFP une source proche de l'enquête.

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, avait été ouverte mi-2016, soit plusieurs mois avant l'interpellation du 2 février 2017 au cours de laquelle Théo avait été grièvement blessé dans la zone anale par une matraque télescopique.

Quatre policiers ont été mis en examen, dont l'un pour viol, dans cette affaire au retentissement national.

La révélation dans la presse, quelques semaines plus tard, de l'existence d'une enquête pour escroquerie visant la famille Luhaka avait été interprétée par cette dernière comme une volonté de décrédibiliser son combat "Justice pour Théo".

Pour Antoine Vey, l'avocat de Théo Luhaka, ce dernier a simplement reçu "des sommes correspondant à son activité dans les associations" de son frère Mickaël et son interpellation relève de l'"opération de communication" pour faire croire "à l'opinion publique que c'est un délinquant".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/08/2018

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la…

Publié le 16/08/2018

Le siège du groupe italien Atlantia à Rome, le 9 octobre 2017 ( FILIPPO MONTEFORTE / AFP/Archives )Le titre du groupe italien Atlantia, gestionnaire de l'autoroute dont un viaduc s'est effondré…

Publié le 16/08/2018

Le titre sous haute pression après les annonces du gouvernement

Publié le 16/08/2018

Un commerçant irakien vend des rials iraniens dans une rue de la ville de Najaf au sud de Bagdad, le 14 août 2018 ( Haidar HAMDANI / AFP )Réservations d'hôtels annulées, commerçants…

Publié le 16/08/2018

Des forces de sécurités afghanes bouclent un périmètre attaqué à Kaboul, le 02 mars 2018 ( WAKIL KOHSAR / AFP/Archives )Des hommes armés ont lancé jeudi matin une attaque contre un centre…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la…

Publié le 16/08/2018

Le titre a enfoncé la zone d'overlap (ancienne résistance devenue support) des 25.5 euros. L'orientation négative des indicateurs techniques milite pour une poursuite de la phase de repli en…

Publié le 16/08/2018

Le titre sous haute pression après les annonces du gouvernement

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen