En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Six nations: nouveau naufrage du XV de France, en Irlande

| AFP | 265 | Aucun vote sur cette news
Le Français Thomas Ramos (d) avec le ballon lors de la domination de l'Irlande 27-10 en première temps à Dublin en 4e journée du tournoi des Six Nations le 9 mars 2019
Le Français Thomas Ramos (d) avec le ballon lors de la domination de l'Irlande 27-10 en première temps à Dublin en 4e journée du tournoi des Six Nations le 9 mars 2019 ( Paul FAITH / AFP )

Une sévère rechute: deux semaines après avoir relevé la tête contre l'Ecosse (27-10), le XV de France a sombré dimanche à Dublin contre l'Irlande (26-14) dans le Tournoi des six nations, après une première période aussi indigne que celle jouée il y a un mois en Angleterre (44-8).

Les Bleus continuent de creuser sur la route de la Coupe du monde au Japon (20 septembre-2 novembre). On pensait les avoir vus toucher le fond à Twickenham? C'était oublier leurs "ressources" insoupçonnées, qui leur permettent d'enchaîner les contre-performances depuis deux années environ.

"On est encore un peu passés pour des guignols", a regretté le troisième ligne Arthur Iturria.

Un mois après avoir subi leur plus lourd revers contre l'Angleterre depuis l'après deuxième guerre mondiale, le Basque et ses équipiers sont passés tout proches, sans deux essais dans les dernières minutes (Yoann Huget, 77e; Camille Chat, 80e+2), d'encaisser la plus large défaite de leur Histoire contre l'Irlande (24 à 0 à Dublin en... 1913!)

L'équipe de Jacques Brunel -qui s'est déclaré pas inquiet après le match- a aussi failli repartir fanny d'un match du Tournoi pour la première fois depuis... 1990 (21 à 0 en Ecosse).

Cela ne change pas grand chose au constat: ces Bleus, qui n'ont plus gagné sur la pelouse d'une des cinq meilleures équipes mondiales (Nouvelle-Zélande, Angleterre, Irlande, pays de Galles et Afrique du Sud) depuis... 2011, naviguent à des années-lumières des meilleures nations.

Huitièmes mondiaux, ils jouent davantage dans la cour de l'Ecosse et de l'Italie, où ils se rendront samedi prochain en clôture du Tournoi pour tenter de sauver quelques maigres apparences. Et surtout éviter une quatrième défaite et une troisième humiliation cette année dans le Tournoi.

Le joueur de l'Irlande Jonathan Sexton (d) lors de la victoire sur la France à Dublin au Tournoi des Six Nations le 10 mars 2019
Le joueur de l'Irlande Jonathan Sexton (d) lors de la victoire sur la France à Dublin au Tournoi des Six Nations le 10 mars 2019 ( Paul FAITH / AFP )

Nouvelle leçon

Un mois après le Waterloo anglais, ils ont donc remis ça à Lansdowne Road, où la jeune garde tricolore, séduisante contre le XV du Chardon, passait un test de croissance.

Un test qui devait dire si le XV de France, dans son ensemble, avait, selon les mots du capitaine Guilhem Guirado, "retenu la leçon" de Twickenham.

"Il faut croire que ça ne nous a pas servi de leçon. On a une équipe jeune, mais ça ne pardonne pas tout. Il faut se construire, malheureusement en grande partie dans la défaite en ce moment", a reconnu Iturria.

A Dublin, les Bleus ont produit une première période encore plus affligeante que celle jouée dans le "Temple du rugby", où ils avaient au moins eu le mérite de revenir aux vestiaires à la pause avec un essai au compteur (30-8 pour le XV de la Rose).

Pas dimanche, où ils étaient menés 19 à 0 sans avoir vu le jour de toute la première période, et perdu deux joueurs sur blessure (Lauret, 11e, et Poirot, 17e).

Les statistiques disent tout de la physionomie de ce premier acte, où les Bleus ont été complètement mis sous l'éteignoir du XV du Trèfle.

Statistiques saisissantes

Privés de ballon et indisciplinés, ils n'ont ainsi eu le ballon que... 5 secondes dans les 22 mètres adverses, contre plus de cinq minutes pour les Irlandais! Lesquels ont passé la moitié de leur temps balle en main dans les 22 mètres français...

Pour trois essais encaissés, par Rory Best (3), Jonathan Sexton (30) et Jack Conan (37), et deux ou trois autres occasions oubliées en route par les joueurs de Joe Schmidt.

Le premier est venu après un coup de pied de pression rasant irlandais, que Damian Penaud, mal placé en couverture, n'a pu que dégager en touche à cinq mètres de la ligne française.

Soit un secteur (la couverture sur le jeu au pied offennsif adverse) où les Bleus avaient failli en Angleterre! Et alors qu'ils savaient que les Irlandais allaient, comme le XV de la Rose, tester leur assurance dans ce domaine...

Sur le deuxième, de nouveau consécutif à une pénaltouche -- après une faute bête d'Arthur Iturria, qui venait pourtant, quelques instants plus tôt, de récupérer le ballon -- Huget s'est fait aspirer en défense, laissant un espace à Sexton.

Et le troisième est venu d'un ballon perdu au contact de Demba Bamba.

Les Irlandais en ajouteront un quatrième en seconde période, par Keith Earls (50), qui a percé au milieu d'une défense tricolore aux abois.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...