5 450.48 PTS
-0.93 %
5 442.00
-0.97 %
SBF 120 PTS
4 367.37
-0.86 %
DAX PTS
12 834.11
-1.36 %
Dowjones PTS
24 901.54
-0.75 %
7 240.44
-0.21 %
Nikkei PTS
22 680.33
-0.75 %

Silhouettes de la discorde: le Conseil d'Etat donne raison à Dannemarie

| AFP | 303 | 5 par 1 internautes
Une habitante de Dannemarie, Andrée Brayé devant une silhouette controversées de la commune alsacienne, le 23 août 2017
Une habitante de Dannemarie, Andrée Brayé devant une silhouette controversées de la commune alsacienne, le 23 août 2017 ( SEBASTIEN BOZON / AFP )

Poses lascives, à califourchon, en maillot de bain... Décriées pour leur sexisme, les silhouettes féminines exposées par la commune alsacienne de Dannemarie ont finalement droit de cité, selon le Conseil d'Etat, qui les juge certes d'un "goût douteux", mais pas contraires à la dignité.

La plus haute juridiction administrative a annulé en appel vendredi le retrait de la voie publique de ces silhouettes de la discorde. Le collectif féministe des "Effronté-e-s" avait en première instance, devant le juge administratif de Strasbourg, obtenu gain de cause le 9 août contre la commune, qui compte 2.300 habitants.

Dans le cadre d'une "année de la femme", la municipalité avait exposé dans le village 65 silhouettes féminines en contreplaqué, pour certaines légèrement vêtues, chargées de sacs de shopping, ou dans des poses suggestives, et 60 silhouettes de divers accessoires.

Interrogé par l'AFP, le maire Paul Mumbach s'est dit "très heureux" et a parlé d'une "victoire de la tolérance".

Il a indiqué que "sans esprit de triomphalisme", il allait "réinstaller quelques silhouettes" dans les rues, notamment une effigie de Betty Boop à l'entrée de l'hôtel de ville. Certaines avaient été "adoptées" par les habitants, qui les ont installées dans leurs jardins ou sur leurs balcons.

Les Effronté-e-s, elles, ont fait part dans un communiqué de leur "consternation" face à la décision du Conseil d'Etat de "ne pas reconnaître le caractère sexiste suffisamment grave des silhouettes extrêmement stéréotypées de la commune de Dannemarie".

"Même si les panneaux peuvent être perçus comme véhiculant des stéréotypes dévalorisants pour les femmes, ou, pour quelques-uns d’entre eux, comme témoignant d’un goût douteux voire comme étant inutilement provocateurs, leur installation ne peut être regardée comme portant une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la dignité humaine", a estimé la plus haute juridiction administrative.

Or, il lui aurait fallu constater une telle atteinte pour ordonner le retrait en urgence de l'installation, conformément aux règles de la procédure bien particulière du "référé-liberté" engagée par le collectif féministe.

- "Précision juridique" -

La plus haute juridiction administrative a par ailleurs apporté une précision juridique.

Le juge de Strasbourg avait porté le principe de l'égalité des femmes et des hommes au rang des "libertés fondamentales", celles qui, comme la liberté d'expression par exemple, méritent que l'on saisisse en urgence la justice administrative.

Pour le Conseil d'Etat, c'est aller trop loin: "en l’absence d’intention de discriminer de la part de la commune ou de restriction à une liberté fondamentale, la méconnaissance alléguée de l’égalité entre les hommes et les femmes ne constitue pas une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale."

"Le magistrat est plus soucieux de protéger sa procédure du référé-liberté que les droits des femmes" a déploré auprès de l'AFP Lorraine Questiaux, avocate des Effronté-e-s.

Elle lui reproche de vouloir limiter au maximum l'accès à cette procédure particulière, qui avait par exemple abouti en 2014 à l'interdiction d'un spectacle de Dieudonné, de peur de crouler sous les contentieux portant sur le sexisme.

Les féministes n'entendent pas pour autant baisser les bras. La décision du Conseil d'Etat "nous encourage à engager une procédure au fond", hors de toute urgence, et à déposer un "recours en annulation", a dit Me Questiaux.

A Dannemarie non plus, on ne compte pas en rester là: son maire a annoncé la mise en vente sur internet de T-Shirts et casquettes représentant une femme alanguie, avec le slogan "Touche pas à ma silhouette".

La recette ira "à une association de lutte contre le cancer du sein", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/06/2018

Rueil-Malmaison, le 18 juin 2018   VINCI Highways met en service la section 2 de la voie express de Lima, au Pérou   Une infrastructure aux meilleurs standards internationaux…

Publié le 18/06/2018

  Paris, le 18 juin 2018 - 17h45                                                   COFACE SA : Déclaration des…

Publié le 18/06/2018

    CAPGEMINI Société Européenne au capital de 1 350 536 264 euros Siège social à : Paris (17ème) 11, rue de Tilsitt 330 703 844 RCS Paris     Paris, le…

Publié le 18/06/2018

Inside Secure a conclu un accord avec Hangzhou NationalChip Science et Technology, concepteur de puce de premier plan, pour utiliser la solution Secure Provisioning d'Inside Secure pour renforcer la…

Publié le 18/06/2018

Inside Secure a conclu un accord avec Hangzhou NationalChip Science et Technology Co...