En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 407.49 PTS
-0.18 %
5 411.00
-0.10 %
SBF 120 PTS
4 331.10
-0.09 %
DAX PTS
12 691.20
+0.04 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.164
-0.03 %

Seize policiers afghans tués dans un bombardement américain

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
Du personnel de sécurité afghan à proximité du lieu du bombardement américain qui a tué 16 policiers vendredi, à Ab Bazha-ye Helmand le 22 juillet 2017
Du personnel de sécurité afghan à proximité du lieu du bombardement américain qui a tué 16 policiers vendredi, à Ab Bazha-ye Helmand le 22 juillet 2017 ( NOOR MOHAMMAD / AFP )

Un bombardement américain contre des talibans a tué seize policiers afghans vendredi, visés par erreur dans le Helmand (sud) au cours d'une opération contre les insurgés, dernière bavure en date qui alimente la rancoeur contre les forces étrangères.

La frappe aérienne, attestée dès vendredi soir par le siège des forces américaines à Kaboul, s'est produite "vers 17H00: seize policiers afghans ont été tués dont deux commandants, deux autres ont été blessés", a indiqué samedi à l'AFP le porte-parole de la police du Helmand, Salam Afghan.

"Les policiers avaient fini de nettoyer le village de Pachava dans le district de Gereshk (150 km à l'ouest de Kandahar, nlr) et de chasser les talibans quand les Américains ont bombardé", a-t-il raconté.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur à Kaboul, Najib Danish, joint par l'AFP, a évoqué un bilan de douze morts, mais le porte-parole du gouverneur du Helmand, Omar Zwak, a confirmé que seize policiers avaient été tués sur la ligne de front contre les talibans.

Selon Salam Afghan, "une demi-heure avant la frappe, les talibans étaient bien présents mais les forces afghanes avaient repris le contrôle de la zone quand ils ont essuyé le bombardement".

"Ce n'était pas délibéré, les policiers ont été visés par erreur" a-t-il insisté.

Le ministère de l'Intérieur a envoyé une délégation sur place pour conduire "une enquête complète sur l'événement", a assuré M. Danish.

L'opération et l'erreur ont été admises dès vendredi soir par les forces occidentales à Kaboul dans un communiqué reconnaissant que "les tirs aériens ont conduit à la mort de forces afghanes amies qui étaient réunies dans un camp" sans avancer de bilan.

La mission de l'Otan précisait que les tirs avaient eu lieu dans "une zone du sud de l'Afghanistan en grande partie contrôlée par les talibans" et annonçait l'ouverture d'une enquête interne, présentant également ses condoléances "aux familles frappées par cet événement fâcheux".

- Opimum et Marines -

Le Helmand est largement sous contrôle des talibans. Les districts qui leur échappent sont âprement disputés car la province produit à elle seule environ 85% de l'opium afghan, principale source de revenus des insurgés via la prélèvement de taxes sur les fermiers.

Pour les contenir, 300 Marines américains ont été dépéchés en avril sur la base de Camp Bastion au nord de Lashkar-Gah, la capitale provinciale: en début de semaine, ils ont appuyé les forces régulières pour reprendre un district clé, Nawa, au sud de Lashkar-Gah, dont la chute depuis le mois d'octobre dernier menaçait l'aéroport régional et avait conduit à la suspension des vols commerciaux.

Au sein de la coalition occidentale, les forces américaines sont les seules à conduire des frappes aériennes contre les talibans et le groupe Etat islamique, au nom de la lutte contre le terrorisme.

Mais au fil du temps, les bavures répétées des forces étrangères alimentent la colère de la population.

Le dernier incident d'ampleur, en février 2017, avait fait 18 morts parmi la population du Helmand (sud), province voisine de l'Uruzgan, selon la Mission des Nations Unies en Afghanistan (Manua).

En novembre, une frappe officiellement dirigée contre de hauts responsables talibans dans la région de Kunduz (nord) avait fait 32 morts et 19 blessés, dont de nombreuses femmes et enfants, selon une enquête de la Manua, et déclenché des manifestations de colère.

Le 14 juillet, des sources locales ont annoncé que huit civils afghans avaient été blessés dans une frappe aérienne en Uruzgan (au nord du Helmand), attribuant ce raid aux "forces étrangères".

Après enquête, un porte-parole militaire américain avait toutefois démenti, affirmant "qu'aucun raid n'avait été mené sur la province de l'Uruzgan ce jour-là".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Le titre a buté contre sa moyenne mobile à 50 jours et la borne haute de Bollinger sur un graphique journalier. Le RSI ne parvient pas à dépasser les 50. Retour de la pression vendeuse attendue.…

Publié le 20/07/2018

Covivio (Foncière des régions) gagne 0,23% à 88,30 euros au lendemain de ses résultats du premier semestre. Sur cette période, l’EPRA Earnings a progressé de 5% à 192 millions d’euros,…

Publié le 20/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/07/2018

Dans des volumes étoffés, Ateme s'effondre de 10,5% à 15 euros...

Publié le 20/07/2018

Gecina a relevé son objectif de résultat récurrent net par action pour 2018, à +8% contre +3% à +6% attendu jusqu’alors. La foncière peut se le permettre en raison des tendances favorables…