En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 882.0
-0.40 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 569.90
+0.17 %
6 748.17
-0.23 %
1.136
-0.04 %

Seine-et-Marne: fermeture à Torcy d'une mosquée "légitimant le jihad armé"

| AFP | 452 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Mathias Fekl à Paris le 8 avril 2017
Le ministre de l'Intérieur Mathias Fekl à Paris le 8 avril 2017 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP )

La mosquée de Torcy (Seine-et-Marne), fréquentée par des membres d'une cellule jihadiste démantelée en 2012 et bientôt jugés, a été fermée mardi dans le cadre de l'état d'urgence, notamment pour des prêches "légitimant le jihad armé".

Cette mosquée "était devenue un lieu où étaient prônées une idéologie radicale ainsi que des incitations au jihad", a indiqué le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl dans un communiqué.

"Certains prêches, ouvertement hostiles aux lois républicaines, incitaient à la haine envers les autres communautés religieuses, au premier rang desquelles les musulmans chiites et les juifs", a-t-il ajouté. Les "messages" qui y étaient diffusés étaient "susceptibles de constituer le terreau d'atteintes à la sécurité et à l'ordre public", a-t-il poursuivi.

Selon l'arrêté préfectoral de fermeture pris lundi, deux imams officiant dans le lieu de culte ont "explicitement légitimé le jihad armé" en 2016 et 2017 "en appelant les fidèles à prier pour les jihadistes du monde entier afin de détruire les ennemis de l'islam en France et dans le monde".

Les deux religieux ont aussi, "en 2012 et 2013, apporté leur soutien aux fidèles de la mosquée mis en cause dans le cadre du démantèlement de la cellule terroriste dite +de Cannes-Torcy+", détaille l'arrêté.

Le procès de cette cellule jihadiste, présentée par les services antiterroristes comme l'une des plus dangereuses opérant en France depuis les attentats de 1995, doit s'ouvrir le 20 avril. Vingt hommes seront jugés jusqu'au 7 juillet devant une cour d'assises spéciale à Paris, notamment pour avoir jeté une grenade dans une épicerie casher de Sarcelles en 2012.

- 'Prosélytisme' hors de la mosquée -

Un fidèle en prière à la mosquée Sunna le 20 novembre 2015 à Brest
Un fidèle en prière à la mosquée Sunna le 20 novembre 2015 à Brest ( Fred TANNEAU / AFP/Archives )

La mosquée de Torcy, gérée par l'association Rahma, était installée depuis 2003 dans des préfabriqués sur lesquels l'arrêté de fermeture a été placardé mardi matin, a précisé à l'AFP Guillaume Le Lay-Felzine, maire socialiste. Elle rassemblait jusqu'à 500 fidèles à l'occasion de la prière du vendredi, a précisé la préfecture de Seine-et-Marne.

Selon une source judiciaire, l'imam principal, âgé de 59 ans et professeur de mathématiques dans un collège public, critiquait régulièrement l'école républicaine, qu'il accusait d'"être à l'origine de la +déchéance des musulmans+".

Son prosélytisme "dépasse l'enceinte de la mosquée" en s'exerçant dans les "établissements scolaires successifs où il a enseigné", en particulier sur "les jeunes élèves de confession musulmane sur lesquels il cherche à avoir une influence", souligne l'arrêté préfectoral.

L'association Rahma avait obtenu en mars 2015 un permis de construire une mosquée en dur sur un terrain acquis "à prix coûtant" auprès de la ville, a expliqué le maire. Selon des messages postés sur son compte Facebook, elle n'était cependant pas parvenue à obtenir les fonds nécessaires auprès des fidèles.

"Que compte faire l'Etat maintenant pour garantir le respect de l'ordre public?", a demandé l'édile, soulignant qu'elle accueillait également les fidèles privés de lieu de culte depuis la fermeture de la mosquée voisine de Lagny-sur-Marne en décembre 2015 pour des motifs similaires.

Depuis le déclenchement de l'état d'urgence, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, une vingtaine de mosquées et de salles de prières "radicalisées" ont été fermées. La mosquée de Torcy est le troisième lieu de prière fermé depuis le début de l'année 2017, a précisé le ministère de l'Intérieur.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...