En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 873.69 PTS
+1.65 %
4 871.50
+1.67 %
SBF 120 PTS
3 886.07
+1.68 %
DAX PTS
11 151.51
+2.13 %
Dowjones PTS
24 519.78
+0.61 %
6 756.17
+0.56 %
1.136
-0.21 %

Scandales de pédophilie: deux cardinaux conseillers du pape écartés

| AFP | 320 | 4 par 1 internautes
Le pape François lors d'une messe à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 12 décembre 2018
Le pape François lors d'une messe à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 12 décembre 2018 ( Filippo MONTEFORTE / AFP )

Le pape a élagué mercredi son cercle de proches conseillers en remerciant le cardinal australien George Pell, poursuivi en Australie pour agressions sexuelles contre des enfants, et le cardinal Francisco Errázuriz, soupçonné d'avoir tu au Chili les agissements d'un prêtre pédophile.

Les deux hauts prélats faisaient partie d'un prestigieux conseil de neuf cardinaux-conseillers de tous les continents, baptisé "C9", chargé d'aider le pape François à réformer l'administration du Saint-Siège.

Le pape a écrit aux cardinaux quittant cette instance "en les remerciant pour leur travail accompli durant cinq années", a simplement annoncé mercredi le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke.

Mais cette annonce intervient avant un sommet très attendu sur la "protection des mineurs" organisé par le pape du 21 au 24 février, avec les présidents des conférences épiscopales du monde entier, des experts, mais aussi des victimes d'abus sexuels par le clergé. Un défi, alors que certains épiscopats en Asie ou en Afrique affirment ne pas être concernés par un problème "occidental".

Les scandales en cascade d'abus sexuels perpétrés ou cachés par le clergé ont plongé l'Eglise catholique dans une crise sans précédent en Europe, aux Etats-Unis, au Chili ou encore en Australie.

"La réunion de février ne pourra pas résoudre tous les problèmes, car il y a trop de diversité mondiale dans l'Eglise. L'épiscopat américain panique, plus c'est radical mieux c'est, les Africains ne veulent pas de mesures", résume un proche du pape, tentant de doucher un peu les attentes.

Le cardinal chilien Francisco Javier Errázuriz Ossa, au Vatican le 6 mars 2013
Le cardinal chilien Francisco Javier Errázuriz Ossa, au Vatican le 6 mars 2013 ( - / OSSERVATORE ROMANO/AFP/Archives )

"L'omerta a trop longtemps été notre culture, la réunion de février doit marquer un nouveau début sur la responsabilité des épiscopats, voire sur un nouvel instrument de contrôle", décrit-il.

Quelles que soient les difficultés à accorder les violons d'une Eglise contrastée, le pape argentin est désormais attendu sur son intransigeance jusqu'au sommet de l'Eglise.

Le pape avait mis le cardinal Pell en disponibilité temporaire il y a 18 mois, pour qu'il puisse se défendre devant la justice australienne. Le prélat n'est jamais revenu à Rome. Mercredi, le porte-parole du Vatican n'a pas souhaité commenter sa situation judiciaire.

Finances en roue libre

Le cardinal George Pell à Melbourne, le 11 décembre 2018
Le cardinal George Pell à Melbourne, le 11 décembre 2018 ( William WEST / AFP )

Mgr Pell, 77 ans, reste toutefois officiellement à la tête du secrétariat pour l'économie, doté de pouvoirs étendus, institué par François le 25 février 2014 pour mettre de l'ordre dans les finances du Saint-Siège. L'échéance de ce poste clef de cinq ans tombe donc fin février.

Désireux de respecter la présomption d'innocence, le pape n'a jamais cédé aux appels de certains de ses conseillers à désigner un nouveau chef pour l'économie, même si les dépenses du Saint-Siège se révèlent actuellement en croissance "inacceptable", a relevé cette semaine un haut prélat de la Curie.

Mercredi, à l'occasion précisément d'une réunion du "C9", sans les évincés, le cardinal allemand Reinhard Marx, coordinateur d'un Conseil pour l'économie, a précisé que le Saint-Siège croulait surtout sous le coup des coûts de personnel, suggérant le recours à des retraites anticipées...

Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya arrive au Vatican pour le conclave, le 9 mars 2013
Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya arrive au Vatican pour le conclave, le 9 mars 2013 ( FILIPPO MONTEFORTE / AFP/Archives )

Deuxième évincé, le cardinal chilien Francisco Javier Errázuriz semblerait avoir pour le moins très mal conseillé le pape François, dont la défense erronée d'un évêque chilien, pourtant cloué au pilori par des victimes d'abus sexuels, avait fait de son voyage au Chili un fiasco en janvier 2018.

Après une rencontre au Vatican avec le pape François, l'archevêque émérite de Santiago, âgé de 85 ans, avait annoncé lui-même mi-novembre qu'il s'était "retiré" du "C9".

Enfin un troisième cardinal, le Congolais Laurent Monsengwo, ne viendra plus aux réunions du "C9". Cette grande figure de l'Eglise africaine qui a longtemps joué un rôle politique de premier plan en République démocratique du Congo vient de céder son fauteuil d'archevêque de Kinshasa, à l'âge de 79 ans.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…