Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 045.68 PTS
-0.73 %
7 062.00
-0.61 %
SBF 120 PTS
5 407.98
-0.59 %
DAX PTS
15 038.34
-0.74 %
Dow Jones PTS
33 978.08
+0.08 %
12 166.60
+0.96 %
1.091
+0.35 %

Sans-abri tué par la police à Paris: les gardes à vue des deux policiers levées

| AFP | 158 | Aucun vote sur cette news
Des médecins légistes près du corps d'un homme abattu par des policiers plus tôt à la suite d'un
Des médecins légistes près du corps d'un homme abattu par des policiers plus tôt à la suite d'un "comportement menaçant", à Paris, le 22 janvier 2023 ( JULIEN DE ROSA / AFP )

Les deux policiers soupçonnés d'avoir tué par balles dimanche soir à Paris un homme sans-abri de 49 ans qui les menaçait avec "une arme a priori factice", ont vu leur garde à vue levée, sans poursuites judiciaires à ce stade, a indiqué lundi le parquet.

Les deux policiers, tous deux gardiens de la paix, avaient été placés en garde à vue dès dimanche soir dans le cadre d'une enquête confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Leur garde à vue a été levée lundi "en début d'après-midi sans poursuites à ce stade", a dit le parquet.

Ils sont soupçonnés d'avoir tué un homme qui les menaçait avec une arme - peu après 20H00 dans le XIe arrondissement, près de la place de la République. Cependant "l'arme serait a priori factice", a indiqué à l'AFP lundi le parquet.

Touchée par quatre tirs, la victime, qui était sans domicile fixe selon une source proche du dossier, est morte sur place, malgré l'intervention des secours.

L'un des agents a tiré une fois, le second trois fois, avait indiqué dimanche à l'AFP une autre source proche du dossier. Un troisième fonctionnaire de police, qui faisait partie de cet équipage en tenue, n'a pas fait usage de son arme, a-t-elle précisé lundi.

"Pas de cris"

Selon les premiers éléments de l'enquête qui doivent encore être vérifiés, l'homme aurait d'abord menacé un chien avec ce qui semblait être une arme de poing, avait relaté dimanche une source proche.

Alors que les deux fonctionnaires de police en patrouille s'approchaient de lui, il s'était retourné vers eux en les pointant avec son arme. Les policiers avaient alors fait usage de leurs armes.

Une seconde enquête, confiée au deuxième district de la police judiciaire parisienne, a été ouverte par le parquet pour "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique".

Des témoins, qui ont vu la scène de manière assez précise, devaient être entendus par les enquêteurs.

Une consommatrice d'une vingtaine d'années, Elisa, qui se trouvait au bar "Le Timbaud", à quelques dizaines de mètres de la scène, avait relaté dimanche soir à des journalistes sur place: "J'étais en terrasse avec une amie, on a entendu trois coups de feu et quand on a tourné la tête, on a vu un homme à terre".

"Il n'y a pas eu de cris", avait ajouté la jeune femme - refusant de livrer son nom - qui n'avait pas pu voir si l'homme "était armé". "Deux policiers en tenue se sont approchés. Un homme en civil a enlevé son pull et a commencé un massage cardiaque. Puis une voiture banalisée, et les pompiers sont arrivés", avait-elle encore rapporté.

Le corps, recouvert d'un drap blanc, avait ensuite été placé à l'abri des regards sous un barnum blanc.

Ce sans-abri ne semblait pas connu des habitants et commerçants du quartier interrogés par l'AFP lundi.

"J'ai entendu des coups de feux et j'ai vu un homme tomber", a rapporté Ruben, 35 ans, vendeur d'une trentaine d'années d'un supermarché ouvert dimanche soir sur l'avenue de la République. "Ce n'est pas un homme que j'avais déjà vu dans le coin".

 ■

Copyright © 2023 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
REJOIGNEZ-NOUS LORS DES AVANT LE 6 MARS

Jusqu'à 200€ offerts* sur vos frais de courtage

J'en profite

*Voir conditions de l'offre

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 30/01/2023

Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët (à droite), et la directrice générale Florence Hardouin (à gauche), à Paris, le 12 décembre 2015 ( FRANCK FIFE /…

Publié le 29/01/2023

Des manifestants à Memphis après la mort de Tyre Nichols, le 28 janvier 2023 ( SETH HERALD / AFP )La police de Memphis a annoncé samedi le démantèlement de l'unité spéciale impliquée dans…

Publié le 28/01/2023

A Chicago le 27 janvier 2023 ( KAMIL KRZACZYNSKI / AFP )Un long passage à tabac nocturne, à coups de poing, de pied, de matraque: les Américains ont découvert vendredi soir avec effroi la…

Publié le 28/01/2023

Capture d'écran d'une des vidéos montrant l'arrestation de Tyre Nichols à Memphis, le 7 janvier 2023 ( Handout / City of Memphis/AFP )Cela devait être un simple contrôle routier nocturne.…

Publié le 27/01/2023

Veillée à la mémoire de l'Afro-Américain Tyre Nichols, mort après son arrestation brutale, le 26 janvier 2023 à Memphis, au Tennessee ( SCOTT OLSON / Getty/AFP )La mort d'un Afro-Américain…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/01/2023

A venir, la réunion monétaire de la Fed mercredi puis celles de la Banque d'Angleterre et de la BCE jeudi.

Publié le 30/01/2023

#fed #investir #aapl #google #amzn #finance C'est la semaine la plus importante du semestre qui s'ouvre, avec des publications macroéconomiques majeures dont, notamment, les chiffres mensuels…

Publié le 30/01/2023

Beau potentiel...

Publié le 30/01/2023

Renault est lanterne rouge du CAC 40 ce matin (-2% à 37,44) après avoir annoncé un accord avec son homologue japonais Nissan. Le titre reste cependant en hausse de plus de 24% sur six mois, contre…

Publié le 30/01/2023

La Bourse de New York a fini la semaine dans le vert, les publications du jour indiquant un ralentissement de l'inflation et de l'économie à quelques jours de la prochaine décision de la Fed sur…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne