En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-0.36 %
5 416.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-0.30 %
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 597.35
-

Salvador: 30 ans de prison pour une ado violée ayant perdu son bébé

| AFP | 446 | Aucun vote sur cette news
La balance de la justice
La balance de la justice ( Philippe Huguen / AFP/Archives )

Une adolescente tombée enceinte après un viol et ayant ensuite perdu le bébé a été reconnue coupable d'homicide et condamnée à 30 ans de prison au Salvador, où l'avortement est totalement interdit, a dénoncé vendredi un collectif féministe.

L'étudiante, qui avait 18 ans au moment des faits, avait accouché le 6 avril 2016 dans la salle de bain de son modeste logement d'une commune rurale, à huit de mois de grossesse.

Selon son témoignage rapporté par le collectif, le bébé était mort-né.

Sa grossesse était due à un viol qu'elle n'avait pas dénoncé à la police en raison de menaces à sa famille.

Sa condamnation pour avortement "est injuste et nous allons faire appel", a déclaré à l'AFP Morena Herrera, du Groupement citoyen pour la dépénalisation de l'avortement thérapeutique, éthique et eugénique (ACDATEE).

La jeune femme a été condamnée mercredi par un tribunal de Cojutepeque (est) "sans aucune preuve directe", a-t-elle affirmé, accusant la justice d'agir selon "des préjugés".

L'autopsie avait montré que le bébé avait succombé à une "pneumonie".

La défense avait assuré que la jeune fille avait fait un déni de grossesse.

Au Salvador, l'avortement est totalement interdit et même les femmes avortant en raison de complications peuvent être condamnées à des peines pouvant aller jusqu'à 40 ans de prison.

Actuellement, 17 femmes sont incarcérées dans ce pays d'Amérique centrale pour avortement, classé homicide avec circonstances aggravantes.

La sévérité de la législation salvadorienne avait connu un écho international en 2013 avec le cas de la jeune Beatriz, 22 ans, atteinte de lupus et qui n'avait pas été autorisée à avorter d'un fœtus dépourvu de cerveau.

Après une intervention de la Cour interaméricaine des droits de l'homme, l'Etat avait finalement autorisé en juin 2013 qu'on lui pratique une césarienne. Le nouveau-né était décédé au bout de quelques heures.

Depuis octobre dernier, le Parlement salvadorien étudie un projet pour dépénaliser l'avortement, mais le débat est pour l'instant gelé en raison de l'opposition des partis de droite.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...