En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Hariri attendu à Paris samedi pour s'entretenir avec Macron

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Le 1er septembre 2017, une poignée de main Macron-Hariri à l'Elysée
Le 1er septembre 2017, une poignée de main Macron-Hariri à l'Elysée ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, qui se trouve en Arabie saoudite depuis qu'il y a annoncé sa démission, est attendu samedi à Paris où il doit s'entretenir avec le président Emmanuel Macron.

Cette annonce faite jeudi par le palais présidentiel de l'Elysée a coïncidé avec une visite à Ryad du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui a rencontré M. Hariri, 47 ans, dans la capitale saoudienne. Elle est intervenue après un démenti de Ryad sur une éventuelle restriction de la liberté de mouvement de M. Hariri.

La démission surprise annoncée le 4 novembre à Ryad par M. Hariri, qui a notamment accusé l'Iran et son allié chiite libanais, le Hezbollah, de "mainmise" sur le Liban, a fait craindre une escalade des tensions entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, les deux puissances régionales rivales.

"L'Elysée confirme la venue en France de Saad Hariri et la rencontre avec le président de la République samedi à l'Elysée", a indiqué à l'AFP la présidence.

La France, qui entretient historiquement des liens très étroits avec le Liban, s'est récemment activée pour trouver une issue à la crise.

Plus tôt jeudi, l'Elysée avait indiqué que M. Hariri "devrait arriver en France dans les prochains jours", à l'invitation de M. Macron.

"M. Hariri a accepté l'invitation du président de la République", a dit M. Le Drian à des journalistes.

- 'Allégations mensongères' -

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (G) tient une conférence de presse avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir à Ryad, le 16 novembre 2017
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (G) tient une conférence de presse avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir à Ryad, le 16 novembre 2017 ( Fayez Nureldine / AFP )

Le prince héritier Mohammed ben Salmane, l'homme fort d'Arabie saoudite, qui doit se rendre à Paris début 2018, "en a été informé", a souligné M. Le Drian.

Depuis l'annonce de démission faite par M. Hariri, qui avait aussi dit craindre pour sa vie, informations et rumeurs ont circulé sur une interdiction au Premier ministre libanais de quitter le royaume saoudien après avoir été "contraint" à la démission.

Et mercredi, le président libanais Michel Aoun n'a pas hésité à affirmer qu'il le considérait comme étant "en captivité" à Ryad.

Rejetant ces accusations, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a déclaré jeudi que M. Hariri était libre de quitter l'Arabie saoudite "quand il veut".

"Hariri est un citoyen saoudien et un citoyen libanais et en tant que tel, on ne peut pas le retenir, ce sont des allégations mensongères", a dit M. Jubeir, premier responsable saoudien d'un tel rang à clarifier publiquement le statut de M. Hariri.

M. Jubeir a en outre renouvelé les accusations contre le mouvement chiite Hezbollah, rival de M. Hariri mais avec lequel ce dernier avait formé un gouvernement il y a un an.

"Le Hezbollah est une organisation terroriste de première catégorie", a-t-il soutenu, accusant ce mouvement d'avoir "pris en otage l'Etat au Liban, d'y avoir bloqué le processus politique et d'être devenu un instrument aux mains des Gardiens de la révolution" iraniens.

- 'A l'abri des ingérences' -

La démission de M. Hariri a été perçue comme un nouveau bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui s'affrontent déjà sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les guerres au Yémen et en Syrie.

Lors de la conférence de presse, M. Le Drian -qui a rencontré les dirigeants saoudiens lors d'une visite de 24 heures - a déclaré que le Liban devrait rester "à l'abri des ingérences" étrangères.

Une photo obtenue du palais royal montre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (D) recevant le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Ryad le 15 novembre 2017
Une photo obtenue du palais royal montre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (D) recevant le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Ryad le 15 novembre 2017 ( BANDAR AL-JALOUD / Saudi Royal Palace/AFP )

Il a abondé dans le sens de l'Arabie saoudite, dénonçant une "tentation hégémonique" de l'Iran et s'inquiétant de son programme de missiles balistiques.

Au Liban, M. Aoun a affirmé qu'il attendrait le retour de M. Hariri de Paris pour discuter de sa démission. Il a estimé que l'acceptation par M. Hariri de l'invitation à se rendre en France était "le début d'une solution".

Pour Amal Saad, professeur de sciences politiques à l'Université libanaise, le voyage de M. Hariri signifie soit l'exil et la fin de sa carrière politique, soit un retour au Liban et des négociations avec le Hezbollah.

"Soit il devra démissionner de toute la vie politique (...)", soit "Paris est juste une escale, et il reviendra à Beyrouth négocier un deal avec le Hezbollah".

Photo prise le 17 novembre 2017 montrant le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (G) et le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri (D) à Ryad
Photo prise le 17 novembre 2017 montrant le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (G) et le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri (D) à Ryad ( Valérie LEROUX / AFP )

Dans un éditorial, le quotidien français Le Figaro relève vendredi que la visite de M. Hariri interviendra "près de trois décennies après l’exfiltration vers la France de Michel Aoun, l’actuel président de la République libanaise".

Le quotidien conservateur note que la venue annoncée de M. Hariri constitue "un joli succès" pour la "nouvelle diplomatie" d’Emmanuel Macron, et aussi "une porte de sortie honorable" pour le prince héritier saoudien dans "cette affaire rocambolesque".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…