En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.78 PTS
-0.17 %
4 864.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 882.89
-0.15 %
DAX PTS
11 136.20
-0.62 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.137
+0.04 %

Rugby: vers un abaissement de la ligne de plaquage autorisée

| AFP | 307 | Aucun vote sur cette news
L'ailier fidjien de Clermont Alivereti Raka plaqué lors du match de Top 14 contre Lyon, le 25 novembre 2018 au stade Michelin
L'ailier fidjien de Clermont Alivereti Raka plaqué lors du match de Top 14 contre Lyon, le 25 novembre 2018 au stade Michelin ( THIERRY ZOCCOLAN / AFP )

Des mesures concrètes: huit jours après le nouveau décès d'un jeune joueur français, la Fédération française de rugby (FFR) et la Ligue nationale de rugby (LNR), ont proposé jeudi à World Rugby, la fédération internationale, d'abaisser la ligne de plaquage autorisée des épaules à la ceinture.

Les deux institutions souhaitent également interdire le plaquage à deux joueurs et pénaliser plus durement celui tête contre tête. "Le plaqueur devra donc se baisser s'il vient plaquer, au risque d’être pénalisé" a indiqué Bernard Laporte, président de la FFR, dans un communiqué commun Fédération, Ligue et World Rugby.

"Nous avons d'ailleurs proposé à World Rugby d'expérimenter ces nouvelles règles sur nos compétitions amateurs" a ajouté Laporte, sans cependant préciser quand entrerait en vigueur cette expérimentation, qui doit recevoir l'aval de World Rugby.

Par ailleurs, à l'occasion d'un forum mondial organisé par la fédération internationale sur la santé des joueurs et l'évolution des règles, les 19 et 20 mars prochains à Paris, débutera "un processus d'examen des éventuelles expérimentations de règles dans le cadre de la prochaine édition de la Coupe du Monde de Rugby" au Japon. Soit dès l'automne 2019 (20 septembre-2 novembre).

La Fédération internationale avait testé lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans des équipes de seconde division, fin août-début septembre, un abaissement de la ligne de plaquage au niveau de la poitrine (dite "ligne des tétons").

Zones à risque

Les propositions des deux instances qui gèrent le rugby français, qui ont rencontré la fédération internationale jeudi à Paris, vont donc plus loin et ciblent les plaquages dans les zones à risque, après trois décès en moins de sept mois dans le rugby français.

La famille et les proches du jeune espoir du Stade Français Nicolas Chauvin, décédé après un plaquage, lors de ses obsèques à Paris, le 19 décembre 2018
La famille et les proches du jeune espoir du Stade Français Nicolas Chauvin, décédé après un plaquage, lors de ses obsèques à Paris, le 19 décembre 2018 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Le 12 décembre, Nicolas Chauvin (18 ans), joueur de l'équipe Espoirs du Stade Français, est décédé après avoir reçu un plaquage lors d'un match contre les Espoirs (moins de 22 ans) de Bordeaux-Bègles. Le choc violent a entraîné une fracture de la deuxième vertèbre cervicale, laquelle a occasionné un arrêt cardiaque et une anoxie cérébrale (manque d'oxygène au cerveau).

Le 11 août, Louis Fajfrowski (21 ans) avait lui trouvé la mort à la suite d'un traumatisme thoracique, "responsable d'une commotion cardiaque létale sur un coeur pathologique" lors d'un match entre son club d'Aurillac (Pro D2) et Rodez.

Et le 20 mai, Adrien Descrulhes (17 ans), un joueur de Billom (Puy-de-Dôme), était décédé d'une hémorragie cérébrale causée par un traumatisme crânien, la nuit suivant une rencontre.

'Risque faible'

"L'évolution des règles de plaquage est prioritaire pour mieux protéger les joueurs" a déclaré Paul Goze, le président de la LNR.

"Plus largement, nous voulons aussi réduire les chocs par la promotion d’un rugby de mouvement dans nos championnats" a-t -il ajouté, en écho à Laporte: "Il faut que notre jeu évolue fondamentalement et que le rugby devienne un jeu de mouvement où l'évitement prime sur l’impact."

En mars, Fédération et Ligue, rassemblées dans l'Observatoire médical du rugby, avaient dressé une liste de 45 préconisations pour protéger la santé des joueurs et des joueuses.

Et en parallèle, la Fédération, confrontée à une baisse des licenciés chez les jeunes (-10% la saison dernière, selon Laporte), a présenté en juin un "plan national de prévention des risques" intitulé "Rugby bien joué". Ses deux mesures phares sont la généralisation du "toucher deux secondes" (au lieu du plaquage) et l'interdiction du passage en force dans les catégories les plus jeunes afin d'encourager l'évitement.

Jeudi soir, Laporte a également tenu à faire savoir, dans un message publié sur Facebook, que "la pratique du Rugby en France (n’occasionnait) pas plus d’accidents graves aujourd'hui qu'hier", graphique à l'appui.

Et, selon "une étude menée en 2010 par l'ancien Institut de Veille Sanitaire", seulement une personne était décédée cette année-là de la pratique du rugby, contre "99 lors d’activités de Montagnes".

Des propos en écho à ceux du président de World Rugby, Bill Beaumont, dans le communiqué, expliquant "que les accidents tragiques sont de plus en plus rares, et que le risque de blessures graves est heureusement plus faible qu'il ne l'a jamais été".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Au titre de son troisième trimestre 2018/2019, Oeneo affiche un chiffre d’affaires de 65,7 millions d’euros, en hausse de 15,6% (+12,8% à périmètre et taux de change constants). Une…

Publié le 21/01/2019

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 21/01/2019

Soitec a réalisé son point d’activité au titre de son troisième trimestre 2018-2019 (clos fin décembre). Ainsi, le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a dévoilé un chiffre d`affaires…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Vicat annonce avoir conclu son accord d’acquisition avec les actionnaires de la société Ciplan (Cimento do Planalto), au Brésil. Dans ce contexte, Vicat détient désormais une…

Publié le 21/01/2019

Abeo et Vogo annoncent un partenariat, dans le but de valider commercialement au cours du premier semestre 2019 une nouvelle offre à destination des clients d’Abeo. Celle-ci repose sur une…