En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-1.05 %
5 324.00
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 269.71
-0.93 %
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 529.26
-0.52 %
7 237.40
-0.59 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

"Rosaire aux frontières" pour des milliers de catholiques polonais

| AFP | 345 | 3 par 1 internautes
Le 7 octobre marque la fête du Rosaire de la Vierge Marie, célébrant la victoire en 1571 de la chrétienté sur les Turcs lors de la bataille navale de Lépante
Le 7 octobre marque la fête du Rosaire de la Vierge Marie, célébrant la victoire en 1571 de la chrétienté sur les Turcs lors de la bataille navale de Lépante ( GENT SHKULLAKU / AFP/Archives )

Des centaines de milliers de catholiques polonais sont attendus samedi aux frontières de leur pays où ils doivent réciter le chapelet "pour sauver la Pologne et le monde", à l'appel d'une fondation, Dios Solo Basta.

"Le rosaire aux frontières" est une initiative de prière purement religieuse aux yeux de l'épiscopat, mais pour les milieux ultra-catholiques, la récitation du rosaire serait une arme spirituelle de choix contre ce qu'ils considèrent comme l'islamisation de la Pologne et de l'Europe.

La date du 7 octobre n'a pas été choisie au hasard. C'est celle de la fête du Rosaire de la Vierge Marie, célébrant la victoire en 1571 de la chrétienté sur les Turcs lors de la bataille navale de Lépante.

L'islam est perçu comme une menace par bon nombre de Polonais, et le gouvernement conservateur de Beata Szydlo refuse d'accueillir des migrants sur le sol national
L'islam est perçu comme une menace par bon nombre de Polonais, et le gouvernement conservateur de Beata Szydlo refuse d'accueillir des migrants sur le sol national ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Une victoire (attribuée à l'époque par l'Eglise à la récitation du chapelet) "qui a sauvé l'Europe de l'islamisation", rappellent les organisateurs - la fondation Solo Dios Basta créée par deux jeunes vidéastes - sur la page web de l'événement.

L'islam est perçu comme une menace par bon nombre de Polonais, tandis que le gouvernement conservateur, soutenu par une partie importante de l'opinion, refuse d'accueillir des migrants sur le sol national, où les musulmans sont pratiquement absents.

Au total 22 diocèses jouxtant les frontières participent à l'événement. Les fidèles doivent se rassembler dans quelque 200 églises pour assister d'abord à une conférence et une messe avant de se rendre à la frontière même pour y réciter leur chapelet.

L'objectif est d'avoir des points de prière aussi nombreux que possible sur les 3.511 km des frontières polonaises avec l'Allemagne, la République tchèque, la Slovaquie, l'Ukraine, le Belarus, la Lituanie, la Russie et la mer Baltique.

En mer, des marins sur des bateaux de pêche doivent s'y joindre. Sur des rivières, des kayaks et des voiliers sont censés former une chaîne. Des prières doivent être dites aussi dans les chapelles de quelques aéroports internationaux. Des paroisses polonaises à l'étranger, jusqu'en Nouvelle-Zélande, ont annoncé leur participation à distance.

- "Briser les murs" -

Les organisateurs espèrent un million de personnes aux frontières, un chiffre qu'il sera très difficile de vérifier. La puissante station catholique Radio Maryja assure la transmission en direct de l'événement, tandis que les chemins de fer offrent des tickets pour une quarantaine de localités frontières pour un zloty symbolique (0,25 Euro).

Le but est de prier pour la paix dans le monde, a dit à l'AFP le porte-parole de la Conférence épiscopale polonaise, père Pawel Rytel Andrianik.

"L'initiative a reçu bien évidemment l'approbation de l'épiscopat polonais", souligne-t-il, et il serait incorrect de l'interpréter comme une réunion de prière pour protéger le pays contre l'arrivée de réfugiés musulmans.

"Il n'est pas question de se fermer aux autres, au contraire, aller aux frontières avec le rosaire, c'est pour briser les murs, s'ouvrir aux Russes, Belarusses, Slovaques, Ukrainiens et Allemands", insiste-t-il.

D'un autre côté, pour un militant catholique nationaliste, Marcin Dybowski, il est clair "qu'une guerre religieuse entre la chrétienté et l'Islam est de nouveau en cours en Europe comme dans le passé".

Un soldat hongrois patrouille à Tompa à la frontière avec la Serbie le 6 avril 2017
Un soldat hongrois patrouille à Tompa à la frontière avec la Serbie le 6 avril 2017 ( ATTILA KISBENEDEK / AFP/Archives )

"L'Europe est envahie par l'Islam qui ne respecte pas nos moeurs, notre civilisation. Les attentats font des centaines de victimes. L'Europe fait seulement semblant de protéger ses frontières. La vérité est qu'elle n'a pas de frontières. (La chancelière allemande Angela) Merkel les a largement ouvertes", a dit à l'AFP cet éditeur de livres religieux responsable de la Croisade du Rosaire pour la Patrie, une initiative religieuse et politique rassemblant des ultra-catholiques nationalistes.

"La Pologne est en danger, nous devons protéger nos familles, nos maisons, notre pays de toutes sortes de dangers, mais également de la déchristianisation de notre société que les libéraux de l'UE veulent imposer", pense-t-il.

"L'Autriche et la Hongrie construisent des murs avec du fil barbelé contre les réfugiés. Nous, nous édifions un barrage spirituel par la prière contre le danger du terrorisme", a-t-il ajouté.

mc/via/pg

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Philippe Ley est nommé à compter du 22 juin...

Publié le 21/06/2018

Bref communiqué au marché de la part du groupe de vins et spiritueux Vranken...

Publié le 21/06/2018

  Communiqué financier - 21 juin 2018   REPORT TECHNIQUE de l'Assemblée Générale Ordinaire Annuelle et Extraordinaire initialement PREVUE le 28 juin 2018     Les…

Publié le 21/06/2018

Yangon Airways a migré avec succès sur Zenith, le Passenger Service System développé par TTI...

Publié le 21/06/2018

Pas de programme de rachat d'actions...