En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
-
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Roquettes palestiniennes sur Israël, raids israéliens sur Gaza

| AFP | 202 | 5 par 1 internautes
Raid aérien de l'armée israélienne sur la bande de Gaza, dans les territoires palestiniens, le 27 octobre 2018
Raid aérien de l'armée israélienne sur la bande de Gaza, dans les territoires palestiniens, le 27 octobre 2018 ( MAHMUD HAMS / AFP )

Des dizaines de roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza dans la nuit de vendredi à samedi, après la mort de cinq Palestiniens lors d'accrochages avec l'armée, et Israël a riposté par une série de raids aériens.

C'est la première fois depuis plusieurs mois qu'un aussi grand nombre de roquettes est tiré depuis l'enclave palestinienne. Cette recrudescence de la violence intervient alors que des pourparlers indirects sont en cours avec l'aide de l'Egypte pour tenter de réduire la tension entre Israël et la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste Hamas.

"Au cours de la nuit, des dizaines de roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza en direction de localités du sud d'Israël", a déclaré l'armée israélienne dans un communiqué publié tôt samedi matin.

Elle a précisé peu après que 30 roquettes avaient été tirées.

Le système israélien de défense aérienne Iron Dome "a intercepté une dizaine de projectiles", a indiqué l'armée. "Deux projectiles sont tombés dans la bande de Gaza, les autres sont tombées dans des terrains non habités" en territoire israélien, a-t-elle précisé.

Des médecins israéliens ont déclaré que sept civils étaient traités pour des états de choc.

Le chef de l'état-major de l'armée, le général Gadi Eisenkot, a tenu une réunion d'"évaluation de la situation" au quartier général de l'armée à Tel-Aviv avec la participation de hauts responsables du Shin Beth, le service israélien de sécurité intérieure.

Des palestiniens lancent des pierres lors d'affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes après une manifestation à l'est de la ville de Gaza, près de la frontière, le 26 octobre 2018
Des palestiniens lancent des pierres lors d'affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes après une manifestation à l'est de la ville de Gaza, près de la frontière, le 26 octobre 2018 ( MAHMUD HAMS / AFP )

En riposte aux tirs de roquettes, des avions, des hélicoptères et des drones des forces armées israéliennes ont frappé "environ 80 objectifs appartenant au Hamas à travers la bande de Gaza", a annoncé l'armée.

Il n'y a pas eu d'informations indiquant que ces raids aient fait des victimes.

Le Hamas n'a pas revendiqué les lancements de roquettes, mais Israël tient le mouvement islamiste pour responsable de tous les tirs partant de l'enclave dans la mesure où c'est lui qui la gouverne.

"Les tirs de roquettes sont menés dans une atmosphère de terreur qui est créée par le Hamas", a déclaré l'armée.

Le Jihad islamique, deuxième en importance des groupes armés présents dans la bande de Gaza, a salué dans un communiqué les tirs de roquettes, qui sont selon lui une réponse aux "agressions israéliennes". Il n'en a toutefois pas revendiqué la responsabilité.

- Accrochages dans la journée -

Dans la journée de vendredi, cinq Palestiniens âgés de 22 à 27 ans sont morts au cours de divers incidents survenus le long de la barrière qui marque la frontière entre le territoire israélien et la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Concernant ces accrochages, l'armée a déclaré que quelque 16.000 "émeutiers et manifestants" s'étaient rassemblés près de la barrière frontalière et qu'une partie d'entre eux avaient brûlé des pneus et lancé des pierres, des cocktails Molotov et des grenades sur des soldats israéliens.

Les troupes ont riposté avec "des moyens de dispersion d'émeute", a indiqué un porte-parole de l'armée.

Des palestiniens lancent des pierres lors d'affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes après une manifestation à l'est de la ville de Gaza, près de la frontière, le 26 octobre 2018
Des palestiniens lancent des pierres lors d'affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes après une manifestation à l'est de la ville de Gaza, près de la frontière, le 26 octobre 2018 ( MAHMUD HAMS / AFP )

Les Palestiniens manifestent le long de la barrière frontalière au moins une fois par semaine depuis le 30 mars.

Au moins 212 Palestiniens ont été tués par des tirs ou des raids israéliens depuis que ces manifestations ont commencé, selon un comptage effectué par l'AFP. Un soldat israélien a été tué par un sniper palestinien au cours de la même période.

Les manifestants réclament ce qu'ils appellent le "droit au retour" vers des terres situées en Israël et que des familles palestiniennes ont fuies ou dont elles ont été chassées pendant la guerre israélo-arabe de 1948, qui a suivi la proclamation l'année précédente de l'Etat d'Israël.

Les protestataires demandent également la levée du blocus qu'Israël impose à la bande de Gaza.

- Pourparlers en cours -

Le gouvernement israélien accuse le Hamas, considéré par une grande partie de la communauté internationale comme une organisation terroriste, d'orchester ces manifestations parfois violentes.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008.

La nouvelle flambée de violence compromet les chances de succès des pourparlers qui sont en cours pour tenter de mettre fin à des mois de manifestations.

L'Egypte, frontalière de la bande de Gaza, et l'ONU parrainent des négociations indirectes entre le Hamas et Israël pour tenter de calmer la situation et d'éviter que n'éclate une nouvelle guerre ouverte.

Des palestiniennes brandissent leur drapeau lors d'affrontements suite à une manifestation à l'est de Gaza, près de la frontière israélienne, le 26 octobre 2018
Des palestiniennes brandissent leur drapeau lors d'affrontements suite à une manifestation à l'est de Gaza, près de la frontière israélienne, le 26 octobre 2018 ( MAHMUD HAMS / AFP )

Le quotidien en langue arabe al-Hayat, publié à Londres, a affirmé vendredi qu'un accord avait été atteint, aux termes duquel les manifestations cesseraient en échange d'un allègement du blocus israélien.

Des responsables du Hamas ont démenti qu'un accord ait été conclu mais ont confirmé à l'AFP que des progrès avaient été réalisés.

"Nous nous attendons à parvenir à un accord très bientôt", a dit vendredi un responsable de haut rang du mouvement palestinien sous le couvert de l'anonymat.

Après ce nouvel accès de violence, un responsable du Hamas a déclaré que l'Egypte tentait de nouveau de négocier un retour au calme.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…