En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 765.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.136
+0.14 %

Rompant avec la trêve politique de Thanksgiving, Trump attaque les juges

| AFP | 215 | 5 par 1 internautes
Donald Trump rend visite à des gardes côtiers américains à Riviera Beach, en Floride, le 22 novembre 2018
Donald Trump rend visite à des gardes côtiers américains à Riviera Beach, en Floride, le 22 novembre 2018 ( MANDEL NGAN / AFP )

Donald Trump a une énième fois dénoncé jeudi la décision d'un juge californien de suspendre son décret censé verrouiller le droit d'asile, rompant la trêve politique traditionnelle à la période de Thanksgiving.

En souhaitant par téléphone un joyeux Thanksgiving aux troupes américaines basées dans différentes parties du monde, le président américain a décoché de nouvelles flèches, après avoir envoyé plusieurs tweets le matin même, à l'encontre de la 9e juridiction fédérale des cours d'appel américaines.

Il a qualifié cette suspension "d'épine dans le pied", le président n'ayant eu de cesse ces dernières semaines de qualifier d'"invasion" l'arrivée de milliers de migrants à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

"C'est une chose terrible quand les juges s'ingèrent dans la protection du pays, quand ils vous disent comment protéger votre frontière. C'est une honte", a dit le locataire de la Maison Blanche depuis sa résidence de Mar-a-Lago en Floride. C'est là qu'il passe ce jeudi Thanksgiving, une fête traditionnelle censée être un moment d'apaisement et de consensus national.

"Dans beaucoup de cas, ce ne sont pas des gens biens. Ils sont mauvais", a-t-il dit à propos des migrants.

Interrogé par des journalistes, il a également envisagé de fermer temporairement "toute la frontière" avec le Mexique "si on arrive à un stade où on perd le contrôle ou s'il y a des violences".

Le président américain a déjà envoyé des milliers de soldats sur place avant l'arrivée de migrants d'Amérique centrale, fuyant le plus souvent la violence.

Un peu plus tôt jeudi, Donald Trump avait alimenté sur Twitter sa querelle inédite avec le chef de la Cour suprême, John Roberts.

"Le juge Roberts peut dire ce qu'il veut mais la 9e juridiction est un désastre intégral et absolu", a-t-il tempêté.

Auparavant, le président de la Cour suprême s'était permis de recadrer Donald Trump qui avait accusé un "juge pro-Obama" d'être derrière la décision de bloquer son décret pour verrouiller le droit d'asile.

"Nous n'avons pas de juges pro-Obama, ou Trump, ou Bush, ou Clinton", lui avait répondu dans un communiqué John Roberts, juge conservateur nommé par l'ex-président républicain George W. Bush.

"Les juges ne doivent pas Légiférer sur la Sécurité à la Frontière ou n'importe où. Ils n'y connaissent rien et mettent notre Pays en danger", a écrit le 45e président américain.

"Nos professionnels géniaux des Forces de l'Ordre DOIVENT ETRE AUTORISES A FAIRE LEUR TRAVAIL", a-t-il insisté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...