5 237.44 PTS
-0.22 %
5 222.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 191.75
+0.00 %
DAX PTS
12 561.79
+0.00 %
Dowjones PTS
22 370.80
+0.21 %
5 991.08
+0.00 %
Nikkei PTS
19 909.50
+0.52 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Birmanie: 300.000 Rohingyas enfuis au Bangladesh, selon l'ONU

| AFP | 110 | 5 par 1 internautes
Des Bangladais aident des réfugiés rohingyas à Teknaf le 11 septembre 2017
Des Bangladais aident des réfugiés rohingyas à Teknaf le 11 septembre 2017 ( MUNIR UZ ZAMAN / AFP )

Le cap des 300.000 musulmans rohingyas réfugiés depuis le 25 août au Bangladesh pour fuir les violences en Birmanie a été franchi, a estimé lundi l'ONU, dénonçant un "exemple classique de nettoyage ethnique".

Le dalaï lama en personne a exhorté la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix comme lui, à trouver une solution pour les Rohingyas, plus grande population apatride au monde avec un total d'environ un million de personnes.

"On estime à 313.000 le nombre de Rohingyas arrivés au Bangladesh depuis le 25 août", a dit à l'AFP Joseph Tripura, porte-parole du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU. Dimanche, leur nombre était encore estimé à 294.000.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad Al Hussein à Genève le 30 août 2017
Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad Al Hussein à Genève le 30 août 2017 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Le flux de Rohingyas fuyant à pied, dans la boue et la pluie, semble se ralentir ces derniers jours, après un pic la semaine dernière. Mais le Bangladesh fait face à une crise humanitaire, les camps étant surpeuplés.

Au total, en comptant les Rohingyas réfugiés après de précédentes violences en Birmanie, au moins 600.000 Rohingyas se trouveraient désormais en Birmanie, des estimations difficiles à confirmer avec précision met en garde l'ONU.

Tout a commencé cette fois-ci avec des attaques de rebelles rohingyas contre la police birmane le 25 août, qui ont déclenché une répression de l'armée. Bilan, au moins 500 morts, la plupart rohingyas, selon l'armée, l'ONU évoquant le double de morts, des villages incendiés et des exactions.

Les rebelles ont déclaré dimanche un cessez-le-feu unilatéral d'un mois, mais le gouvernement birman a répondu qu'il ne négociait pas avec des "terroristes".

"La Birmanie ayant refusé l'accès aux enquêteurs (...), l'évaluation actuelle de la situation ne peut pas être entièrement réalisée, mais la situation semble être un exemple classique de nettoyage ethnique", a déclaré le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein à l'ouverture de la 36e session du Conseil à Genève.

-Rapports et images satellites-

"Nous avons reçu de multiples rapports et des images satellites montrant des forces de sécurité et des milices locales brûlant des villages rohingyas, et des informations cohérentes faisant étant d'exécutions extrajudiciaires, y compris de tirs sur des civils en fuite", a-t-il ajouté. Des témoignages en ce sens ont également été recueillis par l'AFP.

Il a appelé le gouvernement birman à "mettre un terme à son opération militaire cruelle" et aux "discriminations généralisées" dont souffrent les Rohingyas.

Le dalaï lama, leader spirituel des Tibétains, admiré par Aung San Suu Kyi, l'a appelée à faire régner "un esprit de paix et de réconciliation" dans son pays, dans une lettre que l'AFP a pu lire.

Dans un premier temps, aucune réaction n'est venue du côté d'Aung San Suu Kyi, critiquée sur la scène internationale pour sa retenue et sa froideur sur ce sujet.

Son rôle n'est pas facilité par la grande autonomie de l'armée, dirigée par des anciens responsable de la junte autodissoute en 2011, qui reste toute puissante dans cette zone de conflit.

Le service de presse d'Aung San Suu Kyi s'est contenté lundi d'annoncer l'intervention de la police dimanche soir dans le centre du pays pour disperser une foule de 400 personnes jetant des pierres sur une boucherie musulmane, premières violences intercommunautaires suscitées par les attaques de la rébellion musulmane rohingya fin août.

En 2012, de violents affrontements ont éclaté dans le pays entre bouddhistes et musulmans faisant près de 200 morts, principalement des musulmans. Les violences anti-musulmanes étaient alors souvent parties de foules bouddhistes en colère.

Aung san Suu Kyi essaye aussi de composer avec un puissant mouvement de moines nationalistes estimant que les musulmans représentent une menace pour la Birmanie, pays bouddhiste à plus de 90%.

Considérés comme des étrangers en Birmanie, les Rohingyas sont victimes de multiples discriminations - travail forcé, extorsion, restrictions à la liberté de mouvement, règles de mariage injustes et confiscation des terres.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/09/2017

Des réfugiés, musulmans rohingyas dans le camp de Kutupalong au Bangladesh le 9 septembre 2017 ( MUNIR UZ ZAMAN / AFP )Près de 300.000 personnes, la plupart des musulmans rohingyas, se sont…

Publié le 04/09/2017

Des réfugiés Rohingyas arrivent au camp de Kutupalong, le 3 septembre 2017 à Ukhiya, au Bangladesh ( Jasmin RUMI / AFP )Les Rohingyas de Birmanie sont chaque jour plus nombreux à fuir au…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2017

Le premier semestre avait été marqué par des problèmes d'approvisionnement...

Publié le 20/09/2017

Fabrice Brégier a fait le point dans 'Les Echos' sur l'actualité de l'avionneur, notamment sur les programmes A320, A330 et A350...

Publié le 20/09/2017

  Courtaboeuf, 20 septembre 2017   Pour la rentrée, www.lexibook.com devient marchand ! Septembre, c'est le mois des changements et un avant-goût des tendances…

Publié le 20/09/2017

L'investisseur attaque Valéry le Helloco...

Publié le 20/09/2017

Extension de contrat...

CONTENUS SPONSORISÉS