En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 923.0
-0.95 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-1.36 %
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 610.02
-1.63 %
6 577.17
-0.99 %
1.138
-0.60 %

Résistance aux antibiotiques: un lien avec l'usage de pénicilline dans les élevages

| AFP | 291 | Aucun vote sur cette news
L'OMS a exhorté les éleveurs à ne plus du tout utiliser d'antibiotiques sur les animaux sains, afin de prévenir la propagation de la résistance à ces médicaments
L'OMS a exhorté les éleveurs à ne plus du tout utiliser d'antibiotiques sur les animaux sains, afin de prévenir la propagation de la résistance à ces médicaments ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

La résistance des bactéries à l'un des antibiotiques les plus courants, l'ampicilline, est antérieure à son utilisation chez l'homme et pourrait avoir été causée par l'administration de pénicilline au bétail dans les années 50, selon une étude publiée jeudi.

"Les résidus d'antibiotiques dans les environnements agricoles des années 1950, tels que le fumier, la terre, et les eaux, ont pu avoir un impact bien supérieur à ce que l'on pensait sur la propagation de la résistance à l'ampicilline", estime le docteur François-Xavier Weill, de l'institut Pasteur, qui a dirigé ces recherches. Leur résultat est paru dans la revue spécialisée The Lancet Infectious Diseases.

"Il est urgent de réévaluer l'usage des antibiotiques chez l'animal", poursuit le docteur Weill, qui prône "une veille étroite des résistances bactériennes, à la fois chez l'homme et chez l'animal, et ce à l'échelle mondiale".

Début novembre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les éleveurs à ne plus du tout utiliser d'antibiotiques sur les animaux sains, afin de prévenir la propagation de la résistance à ces médicaments.

L'ampicilline, une pénicilline de synthèse, a été commercialisée en Europe en 1961. Or, les premières épidémies provoquées par des bactéries résistantes à cet antibiotique ont été observées chez l'homme peu de temps après, à partir de 1962.

Intrigués par ce délai très court, les chercheurs français ont étudié les propriétés génétiques des bactéries résistantes.

Ils ont découvert "que des bactéries possédant des gènes capables de transmettre la résistance à l'ampicilline sont en fait apparues, de façon inattendue, dès la fin des années 1950", explique l'Institut Pasteur dans un communiqué.

"L'émergence de cette résistance à l'ampicilline pourrait être due à l'utilisation dans les élevages de pénicilline G", jugent les chercheurs.

Selon eux, les gènes de la résistance peuvent être transférés entre des souches de bactéries quand celles-ci sont exposées à des niveaux relativement faibles de pénicilline G, semblables aux doses utilisées à l'époque dans les élevages.

Découverte par Alexandre Fleming en 1928 et produite en masse pendant la Seconde Guerre mondiale, la pénicilline G a été utilisée dès les années 50 dans les élevages en Amérique du Nord et en Europe, pour faire grossir les animaux et donc augmenter leur valeur marchande.

L'augmentation de la résistance aux antibiotiques est une source d'inquiétude pour les autorités sanitaires mondiales et l'OMS tire régulièrement la sonnette d'alarme.

"Il est estimé que, d'ici 2050, cette résistance fera plus de 10 millions de victimes dans le monde", assurent les auteurs de l'étude.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Néovacs a déposé un brevet en Europe et aux Etats-Unis suite à l'obtention de la preuve de concept préclinique avec son nouveau vaccin IL-4/IL-13 Kinoïde dans le traitement de l'asthme. Le…

Publié le 20/11/2018

Altran a été choisi par Sanofi en tant que partenaire stratégiq

Publié le 20/11/2018

Lagardère Travel Retail a finalisé l’acquisition de Hojeij Branded Foods (HBF) et sa filiale Vino Volo, un spécialiste de la restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord.…

Publié le 20/11/2018

Après avoir obtenu l'autorisation réglementaire nécessaire, Amundi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions, via un mandat conclu avec un Prestataire de Services d'Investissement.…

Publié le 20/11/2018

A date, Delta Drone annonce un carnet de commandes en Afrique de 24,2 MZAR (environ 1,5 ME)