En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 000.22 PTS
-1.05 %
4 993.00
-1.13 %
SBF 120 PTS
3 998.92
-1.25 %
DAX PTS
11 335.86
-1.64 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.146
-0.06 %

RDC: Kabila reste au pouvoir jusqu'au début 2019, l'opposition exige son départ fin 2017

| AFP | 629 | Aucun vote sur cette news
Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, le 23 septembre 2017 au siège de l'ONU à New York
Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, le 23 septembre 2017 au siège de l'ONU à New York ( Bryan R. Smith / AFP )

Fin de suspense en République démocratique du Congo, mais pas des tensions: sous pression, Kinshasa a annoncé dimanche un calendrier électoral permettant au président Joseph Kabila de rester au pouvoir jusqu'au début de 2019, alors que l'opposition redouble d'ardeur pour demander son départ fin 2017.

Dix jours après la visite de Nikki Haley, l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies qui avait exigé des élections en 2018 en RDC, la Commission électorale a annoncé plusieurs scrutins, dont la présidentielle, le 23 décembre 2018.

"Ce calendrier a été élaboré sous la pression de la communauté internationale, des acteurs politiques et de la société civile congolaise", a déclaré le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, qui affirmait récemment ne pas pouvoir organiser d'élections avant mars-avril 2019.

Le président Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016, se maintiendra au pouvoir jusqu'en janvier 2019, selon ce calendrier attendu depuis des mois par les grands partenaires de la RDC (Etats-Unis, France, Belgique, Union européenne, et bien sûr, les Nations unies, qui entretiennent dans ce pays l'une de leurs missions parmi les plus anciennes, onéreuses et pléthoriques, la Monusco).

- Géant instable -

L'un des principaux responsables de l'opposition congolaise en exil, Moïse Katumbi, le 16 juin 2017 à Paris
L'un des principaux responsables de l'opposition congolaise en exil, Moïse Katumbi, le 16 juin 2017 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Cette annonce n'a pas détendu la crise politique qui mine ce géant instable d'Afrique centrale (2,3 millions de km2, neuf frontières), en proie à la violence des groupes armés dans l'est, le long de ses frontières avec l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

"Ce régime prédateur veut prolonger instabilité et la misère du peuple. Nous n’acceptons pas ce calendrier fantaisiste. Stop. doit partir", a immédiatement réagi sur Twitter l'un des principaux responsables de l'opposition, Moïse Katumbi.

M. Katumbi, candidat à la présidence et en exil de fait en Belgique, et son allié Félix Tshisekedi, demandent une "transition sans Kabila" à compter du 1er janvier 2018 pour confier l'organisation des élections à une ou des personnalités indépendantes.

"Il (le président Kabila) n'est légitime que jusqu'au 31 décembre", a indiqué samedi à l'AFP M. Katumbi, allusion à un accord pouvoir-opposition qui prévoyait des élections dès la fin de cette année qui est resté lettre morte.

"Nous rejetons le calendrier de Corneille Nangaa (président de la commission électorale). Ce qui nous intéresse pour le moment c'est le départ de Kabila au 31 décembre 2017", a surenchéri un porte-parole du parti de M. Tshisekedi, Augustin Kabuya.

"Les opposants attendent de prendre le pouvoir par la violence", a accusé un porte-parole de la Majorité présidentielle (MP), Célestin Tunda. "Nous prenons acte du calendrier électoral. Nous prenons ce calendrier comme tel".

La Commission électorale a rappelé qu'elle attendait de la communauté internationale de l'aide pour financer les élections dans ce vaste pays qui n'a jamais connu d'alternance pacifique depuis son indépendance le 30 juin 1960.

- 750 millions de dollars évaporés -

La RDC aux immenses ressources minières est aussi sous la pression des lanceurs d'alerte, alors que deux récents rapports ont démontré que 750 millions de dollars s'étaient évaporés entre 2011 et 2014 des caisses de la principale entreprise publique du pays, la Générale des carrières et des mines (Gécamines).

Le mouvement citoyen Lucha avait aussi demandé dès dimanche matin "une position commune ferme, invariable et sans équivoque, considérant que Kabila doit quitter le pouvoir (ou cesser d’être considéré comme président de la RDC) d’ici au 31 décembre 2017".

L'opposition et la société civile ont-elles les moyens de leurs objectifs? Leurs appels aux journées "ville morte" n'ont rencontré qu'un succès mitigé depuis la mort le 1er février du chef historique de l'opposition, Etienne Tshisekedi.

Chaque tentative de manifestation est sévèrement réprimée, comme lundi dernier à Goma (au moins quatre civils tués et un policier).

En Belgique depuis mai 2016 en raison de sa condamnation dans une affaire immobilière dont il conteste les fondements, Moïse Katumbi annonce son retour pour décembre, alors qu'il risque la prison dès son arrivée en RDC.

Fils du leader historique de l'opposition, Félix Tshisekedi a dénoncé la répression des autorités quand il a tenté d'aller à la rencontre de ses partisans à Lubumbashi la deuxième ville du pays la semaine dernière. Et la dépouille de son père, mort le 1er février à Bruxelles, se trouve toujours en Belgique, faute d'accord sur l'organisation des obsèques.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Orange Business Services et Telespazio, société commune de Leonardo et Thales, annoncent s’unir pour fournir des services de télécommunication par satellite au Ministère des Armées. Les deux…

Publié le 23/10/2018

Un des points faibles historiques d’Atos est revenu le hanter pour la deuxième publication consécutive : la faiblesse de sa croissance organique. Déjà décevante au premier semestre, elle…

Publié le 23/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/10/2018

Innate Pharma a annoncé la signature d'un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules...

Publié le 23/10/2018

Eurofins a fait état d’une progression de 30,6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, à 955 millions d’euros. La croissance organique est ressortie à plus de 5%, en ligne avec…